Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 23 avril, 23:33
Accueil > Actualité > International > Immigration : L’île de Lampedusa entre l’Italie et la France

Immigration : L’île de Lampedusa entre l’Italie et la France

International


Jeudi, pour faire face à l’afflux d’immigrés tunisiens, l’Italie a annoncé des mesures de « régularisation ». Une mesure contestée par la France.

Franco Frattini, ministre italien des Affaires Étrangères : « Nous assistons à une absence de solidarité éclatante, à commencer de la part de la France »
Franco Frattini, ministre italien des Affaires Étrangères : « Nous assistons à une absence de solidarité éclatante, à commencer de la part de la France » SIPA

Alors que le ministre français de l’Intérieur, Claude Guéant, compte réduire l’immigration légale, la déclaration, jeudi, de son homologue italien, Roberto Maroni, a provoqué un choc : « Nous avons décidé d’octroyer des permis de séjour temporaires pour protection humanitaire qui permettront (aux migrants tunisiens) de voyager dans les pays de l’espace Schengen. » Depuis la chute du président tunisien Ben Ali à la mi-janvier, plus de 20.000 immigrés, essentiellement Tunisiens, ont débarqué clandestinement sur la petite île de Lampedusa, 20 km2 et 5.000 habitants, à mi-chemin entre la Sicile et la Tunisie. Une cohabitation avec la population locale qualifiée d’« absolument insoutenable » par la porte-parole pour l’Italie du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) de l’ONU, Laura Boldrini.

Dès la déclaration de son ministre de l’Intérieur, le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, s’est empressé de signer le décret autorisant ces permis. La réaction de Paris, qui n’entend pas « subir une vague d’immigration », n’a pas tardé. Pour circuler « à l’intérieur de l’espace Schengen, a protesté Claude Guéant, il ne suffit pas d’avoir une autorisation de séjour dans (un des Etats membres), encore faut-il avoir des documents d’identité et, surtout, justifier de ressources ». Et d’envoyer à tous les préfets une circulaire précisant tous les documents requis pour pénétrer sur le territoire : passeport national valide, titre de séjour, titre de voyage, ressources minimales, justification du but du voyage… Autrement dit : « Si ces conditions ne sont pas réunies, la France est tout à fait en droit de ramener en Italie » les personnes concernées. « C’est ce qu’elle fera. » Pour Roberto Maroni, il s’agit là d’« un comportement hostile » de Paris. Il insiste : « La libre circulation dans la zone Schengen est garantie par des règles qui doivent être respectées. » Enfin, il souligne : « L’écrasante majorité des immigrés déclarent vouloir rejoindre amis et proches en France ou dans d’autres pays européens. »

Le manque de solidarité européenne

La semaine dernière, lors d’une visite éclair à Lampedusa, Silvio Berlusconi s’était engagé à faire évacuer de la petite île les migrants qui s’y entassaient. Dans la foulée, il annonçait le doublement des capacités d’accueil du campement de Manduria dans les Pouilles, qui passait de 1.500 à 3.000 places, ainsi que l’ouverture de centres à Trapani (800 places) et à Caltanissetta (500 places) en Sicile, à Potenza (500 places) en Basilicate et à Pise (500 places), en Toscane. Immédiatement, deux membres du parti de Silvio Berlusconi démissionnaient : le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Alfredo Mantovano, originaire des Pouilles, et le maire de Manduria, Paolo Tommasino, qui s’exclamait : « Je ne peux pas accepter une chose de ce genre, je voulais défendre la population de ma ville mais cela n’a pas été possible. » Même mécontentement en Toscane, une centaine de personnes ont bloqué jeudi dernier l’accès d’une ex-base américaine de Coltano, près de Pise, où il était prévu d’héberger les migrants. Le maire, Marco Filippeschi, a dénoncé cette décision prise par Rome sans concertation, tandis qu’Enrico Rossi, le président de la région, traditionnellement de gauche, expliquait : « Notre idée était de distribuer ces personnes sur plusieurs départements […] pas de les enfermer dans un gros centre fait de tentes et entouré de fils barbelés. »

L’Italie avait beau demander l’aide des autres pays européens, elle ne recevait qu’un silence poli, la commission de Bruxelles lui rappelant même son devoir de prendre en charge ses arrivants. D’où ce commentaire du ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini : « Nous assistons à une absence de solidarité éclatante, à commencer de la part de la France. » Le 26 avril, un sommet est prévu à Rome entre le président français, Nicolas Sarkozy, et Silvio Berlusconi. En attendant, leurs deux ministres de l’Intérieur doivent se retrouver vendredi à Milan.

Un naufrage tragique

L’espoir de retrouver vivants environ 150 réfugiés africains partis de Libye et disparus dans le naufrage de leur embarcation mercredi au sud de l’île italienne de Lampedusa était suspendu jeudi à un fil, les secours étant ralentis par une forte houle et le mauvais temps. Pour le commandant des gardes-côtes de Lampedusa Pietro Carosia, il faut « tenter le tout pour le tout » dans « l’espoir de trouver un naufragé, peut-être agrippé à un morceau d’épave ». Mais « l’espoir de trouver des survivants s’amenuise d’heure en heure », déclarait au Parlement le ministre de l’Intérieur, Roberto Maroni.

Alain Vincenot
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article3 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 8 avr à 08:53

    Anonyme-77656
    LE BRAS DE MER DE LA REVANCHE

    En déclenchant une guerre en LIBYE terre d'accueil du MAGHREB et la propagande qui a suivi il fallait s'attendre à cette marre humaine aux portes de l'Europe .Le monde qu'on a vu quitter ce pays franchement personne n'a cru que ces gens là vivaient travailler et gagner leur vie chez KADDAFI .Le gouvernement de Guéant est le premier responsable de cette situation .Les Italiens vont laissé passer cette marré humaine destination hexagone ou on arrête cette guerre en demandant à KADDAFI de reprendre ces travailleurs car il a du travail et des logements à leur donner ou on continue cette guerre inutile en ouvrant grand les bras pour embrasser les victimes collatéraux de notre guerre .La revanche car si GUEANT accepte ceux qui débarquent de TUNISIE il sera condamne de régulariser ceux qui viennent d'ANJOUAN et la FRANCE n'est pas capable d'absorber à lui seul la conséquence de l'impuissance et du manque d'imagination du F MI et compagnie



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 8 avr à 15:52

    Anonyme-77656
    OPERATION PORTRES OUVERTES

    L'Histoire est un éternel recommencement. Au même titre que les Croisades, les Invasions arabo-musulmanes font partie de l'Histoire...



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 3 juin à 19:13

    Anonyme-77656
    mais pourquoi

    ne ferment ils pas les frontières?



    - Signaler un abus  
Publié : 08/04/11 - 06h48
Mis à jour : 08/04/11 - 07h41
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      403560 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      391600 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      238620 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 23:39

      186340 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur