Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 30 juillet, 07:01
Accueil > Actualité > Santé > Mutualité française : "Le gouvernement légitime les dépassements d'honoraires"

Mutualité française : "Le gouvernement légitime les dépassements d'honoraires"

Les complémentaires santé

Interview

Le gouvernement vient d'instaurer une mesure pour maîtriser la flambée des dépassements d'honoraires, qui entre immédiatement en vigueur, contraignant les mutuelles à en rembourser une partie. Pour le président de la Mutualité française, Étienne Caniard, cette mesure va avoir pour effet de maintenir une situation de dépassements d'honoraires excessifs sans pour autant régler le problème de frein d'accès aux soins.

Étienne Caniard, président de la Mutualité française
Étienne Caniard, président de la Mutualité française AFP/JACQUES DEMARTHON

France-Soir. En quoi consiste concrètement cette mesure du gouvernement ?

Étienne Caniard. Cette mesure est une possibilité offerte aux médecins de trois spécialités (chirurgie, anesthésie, gynécologie-obstétrique) afin de pouvoir effectuer une partie de leurs actes en dépassement d'honoraires. Mais elle est fondée sur le volontariat des médecins. Il est donc très vraisemblable que les professionnels qui pratiquaient des tarifs inférieurs au niveau fixé auront intérêt à opter pour cette nouvelle option. Si tel est le cas, cela constituera un effet d'aubaine pour ces médecins, sans changement pour les assurés sociaux mais avec une dépense supplémentaire pour les mutuelles. Les médecins qui pratiquaient des tarifs supérieurs à ce niveau fixé dans l'option de coordination n'auront eux aucun intérêt à y adhérer. On maintiendra donc une situation de dépassements d'honoraires excessifs mais également de frein à l'accès aux soins. 


F.- S. Quel impact cette mesure aura sur les cotisations des assurés ?

E. C. C'est encore difficile à dire aujourd'hui. En 2005, une option de coordination du même type avait été mise en place pour l'ensemble des actes techniques, dans toutes les spécialités, permettant ainsi une prise en charge améliorée des cotisations sociales des médecins en échange d'une autorisation de pratiquer des dépassements de 20 %, puis de 30%. Cette option a été boudée par les médecins. Sept ans après seuls 1500 d'entre eux y ont adhéré sur les 33.000 qui pouvaient le faire. Il est probable que nous nous retrouvions dans une situation assez semblable. Il n'y aura donc pratiquement aucun effet sur les cotisations. Mais il n'y aura aucun effet non plus sur l'amélioration de l'accès au soin. En revanche, si un nombre important de médecins adhéraient sans avoir d'effet sur l'accès aux soins, cela aurait un impact sur les cotisations. Cela va conduire à une augmentation des coûts, en apparence neutre pour les patients puisqu'ils seront pris en charge par les mutuelles. Mais, évidemment, cette prise en charge sera répercutée dans les dépenses des mutuelles et finalement dans les cotisations des assurés. C'est un faux cadeau qui est fait aux adhérents. Il vaudrait mieux maîtriser les dépenses pour éviter cette inflation plutôt que d'autoriser cette inflation et cet effet d'aubaine et conduire les assurés à payer cette amélioration dans leurs cotisations mutualistes dans les années qui viennent.


F.- S. Que proposez-vous pour enrayer la flambée des dépassements d'honoraires ?

E. C. Il faut sortir de la logique du paiement à l'acte. Un patient atteint d'une pathologie chronique a besoin de conseils, de surveillance, de réponses de son médecin. On vient bien que le suivi d'une pathologie de ce type serait beaucoup mieux assuré avec un paiement forfaitaire qu'avec un paiement à l'acte. Dans certains cas, il peut être une bonne solution. A condition qu'il soit adapté et qu'on ne se pas retrouve dans une logique où la faiblesse des rémunérations cherche à être compensée par le volume des actes. Toute la régulation du système de santé français a reposé sur ce principe. Pendant très longtemps les prix des médicaments étaient plus faibles que dans les autres pays européens et le volume de prescriptions plus important. Aujourd'hui, le volume de prescriptions est toujours important et pourtant nous avons des prix qui ont rejoint ceux des autres pays. Nous perdons sur les deux tableaux. Concernant les honoraires, c'est pareil. Quand on refuse de rémunérer correctement les médecins, on entre dans une logique de multiplication des actes. Il faut avoir une politique de juste revenu pour les médecins, pondérer les modes de rémunérations entre paiement à l'acte et rémunération forfaitaire, et faire en sorte que le paiement à l'acte corresponde à la valeurs réelle de la prestation médicale qui est apportée. Il faut également proscrire les dépassements d'honoraires les plus importants. Il n'est pas admissible que dans un système qui est financé par la collectivité, une liberté totale soit accordée à quelques praticiens, même s'ils sont peu nombreux. Les dépassements d'honoraires les plus importants sont le fait d'une minorité. Finalement, c'est la majorité des professionnels qui payent le prix de ces excès. On se livre à des amalgames en laissant penser que c'est une situation généralisée sur tout le territoire. Ce sont des excès contre lesquels nous pouvons lutter facilement. Il ne s'agit pas d'interdire à des professionnels de décider d'eux-mêmes des tarifs qu'il souhaitent appliquer. Mais s'ils veulent une liberté totale, ils doivent sortir de la convention. La collectivité n'a pas à financer des pratiques inacceptables.


F.- S. Certains évoquent un cadeau électoral de la part du ministre de la Santé Xavier Bertrand, à moins de 30 jours de la présidentielle. Qu'en pensez-vous ?

E. C. Il s'agit davantage d'un effet d'annonce que d'une mesure structurante. Toutes les institutions du secteur, des syndicats de salariés aux associations de patients, critiquent d'ailleurs l'efficacité de cette mesure. Nous voyons bien que nous sommes dans une logique inflationniste qui ne servira en rien à améliorer l'accès aux soins ni d'ailleurs leur qualité. A travers cette mesure, le gouvernement légitime tout simplement les dépassements d'honoraires.

 

Propos recueillis par M. D.

Réactions à cet article7 commentaires

  • Par ire, le 24 mar à 10:15

    ire
              Il en résulte au

              Il en résulte au bout du compte que les patients vont régler 2 fois la facture  . Une première directement au médecin et la seconde à la mutuelle qui étant obligée de rembourser une partie  ne manquera pas d'augmenter les tarifs 



    - Signaler un abus  
  • Par YVES 18, le 24 mar à 17:21

    YVES 18
    un cadeau electoral

    encore un cadeau aux medecins par le president du pouvoir d'achat



    - Signaler un abus  
  • Par sierra45, le 25 mar à 03:39

    sierra45
    un cadeau electoral nouveau

     Je ne sais pas comment tout cela se terminera, après la fin de la campagne.


    Mais avec le peu d'entreprises qu'il nous reste, en France, l'emploi se restreind  comme ( peau de chagrin ) nous approchons du zoo pour touristes.



    - Signaler un abus  
  • Par crecelle, le 25 mar à 05:58

    crecelle
    dépassement d honoraires

     cela permets de repasser la  PATATE CHAUDE aux mutuelles, que nous allons encore payer plus cheres;


     et là le gouvernement n a pas perdu de temps pour réagir



    - Signaler un abus  
  • Par Episodique, le 25 mar à 13:29

    Episodique
    Sous doué

    confier des soucis économiques à des politiciens sans compétences est une faiblesse du système français. Le principe d;employer les copains au lieu de traiter avec des gens qualifiés nous amène au Sarkozisme outrancier et le pays se casse la figure. Vite des compétences dans ces matières qui sont des sujets de mauvais politiciens toujours âpres à être élus plus que des intérêts des contribuables ou du pays.


    Il faut tondre ces incapables, socialistes ou Zarkosiztes qui se moquent des électeurs. Commençons à les renvoyer dans leur pays d'origine pour une dizaine d'entre eux et les autres dans leur province.


    Un politicien ne devrait plus être éligible après trois mandats, place aux autres et cela serait le meilleur moyen de combattre cette corruption galopante qui étouffe ce petit pays du tiers monde qu'est devenue la France.



    - Signaler un abus  
  • Par louisdunord, le 25 mar à 18:57

    louisdunord
    complice

    Le pillage en bande organisée du peuple continue ! Que chacun se serve, grassement. Gouvernement indigne 



    - Signaler un abus  
  • Par Paul Emile, le 26 mar à 18:19

    Paul Emile
    Pas trop sûre

    Après ça va dépendre de la taille de l’appartement.

    Il me semble que c’est relatif aux revenus de la famille. Si tu veux en être

    sûre, appelle le centre des impôts.



    - Signaler un abus  
Publié : 24/03/12 - 00h41
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      403560 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      391630 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      238620 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 23:39

      186340 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur