Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 17 septembre, 01:27
Accueil > Actualité > Santé > Nucléaire : Ce que l’on risque en France

Nucléaire : Ce que l’on risque en France

Santé


Chaque Français vit à moins de 300 kilomètres d’une centrale nucléaire. L’accident grave survenu au Japon relance l’inquiétude et bien des questions sur la sécurité de l’atome.

Tous les riverains qui vivent dans un rayon de 5 à 10 km des centrales nucléaires sont censés posséder des comprimés d’iode afin de saturer la thyroïde en iode non radioactif et d’éviter les cancers
Tous les riverains qui vivent dans un rayon de 5 à 10 km des centrales nucléaires sont censés posséder des comprimés d’iode afin de saturer la thyroïde en iode non radioactif et d’éviter les cancers MaxPPP

La France est le deuxième plus grand pays nucléaire au monde après les Etats-Unis. L’Hexagone abrite 58 réacteurs nucléaires répartis sur 19 sites, contre 55 au Japon. L’électricité nucléaire représente 78 % de la consommation électrique nationale. Quel que soit l’endroit où vous habitez, vous vivez à moins de 300 km d’une centrale nucléaire.

L’accident nucléaire japonais peut-il se produire en France ?

Oui, le risque zéro n’existe pas. Mais la France réunit moins de facteurs dangereux. Les centrales japonaises sont équipées de réacteurs à eau bouillante (REB), tandis que les centrales françaises possèdent des réacteurs à eau pressurisée (REP). « Aucune technologie n’est plus sûre que l’autre. Elles présentent chacune des avantages et des inconvénients », estime Roland Desbordes, président de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad). Dans tous les cas, les réacteurs ont besoin d’électricité pour évacuer la chaleur et éviter que le combustible nucléaire ne fonde. A Fukushima, la centrale a été noyée sous des mètres d’eau de mer, ce qui a entraîné une coupure totale du courant et une panne du système de refroidissement. « Le même scénario pourrait se produire en France si les groupes électrogènes de secours ne démarraient pas », prévoit Roland Desbordes.

Une hypothèse peu crédible, jugent toutefois les autorités françaises. « L’accident nucléaire au Japon résulte de la conjonction d’un séisme et d’un tsunami. Je n’imagine pas que la France puisse être frappée par une catastrophe naturelle d’une telle ampleur », tempère Philippe Jamet, l’un des commissaires de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). « L’arrivée d’un tsunami de 10 à 14 mètres le long des côtes atlantiques est peu probable », ironise Lionel Taccoen, ingénieur et auteur du Pari nucléaire français (éd. L’Harmattan). « Le risque sismique est moins élevé en France qu’au Japon, mais nos centrales sont moins protégées que les centrales japonaises », nuance Stéphane Lhomme, président de l’Observatoire du nucléaire.

Qu’est-ce qui menace nos centrales ?

Il existe des risques externes (attaque terroriste, tremblement de terre, inondation, rupture de barrage hydroélectrique, conditions climatiques extrêmes) et des risques internes (éclatement d’un tuyau, incendie ou encore acte de malveillance d’un salarié). La fusion du cœur du réacteur représente le pire scénario envisagé par les autorités. Avant l’implantation de chaque centrale, des études évaluent les risques spécifiques au secteur. Les autorités redoublent de vigilance lorsqu’il s’agit d’une zone sismique, comme à Fessenheim, en Alsace, ou à Tricastin, dans la vallée du Rhône (voir notre carte). Le principe de prévention est simple : les installations doivent résister à un tremblement de terre supérieur à tous ceux précédemment enregistrés dans la région, archives à l’appui. Ainsi, à Fessenheim, le risque de séisme pris en compte s’élève à 6,7 sur l’échelle de Richter.

D’autres centrales sont implantées en zone inondable, comme celle du Blayais, en Gironde. Dans ce cas, les bâtiments sont surélevés ou protégés par une digue afin d’éviter tout risque d’inondation qui menacerait de noyer les installations électriques, en particulier les pompes du circuit de refroidissement des réacteurs. Pour autant, « on a frôlé la catastrophe nucléaire en 1999 au Blayais quand la centrale a été envahie par les eaux », rappelle Stéphane Lhomme.

Quel est le danger réel du nucléaire ?

Cette question divise partisans et opposants du nucléaire. « Le nucléaire est vanté comme une énergie propre. Mais pour la seule année 2010 on a recensé un millier d’incidents plus ou moins importants dans le monde. Le risque est encore plus élevé en France, où on continue de faire vivoter des centrales qui ont dépassé leur durée de vie maximale, fixée à trente ans », insiste Noé Pflieger, secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes.

« Une centrale nucléaire contient plusieurs tonnes d’uranium, bien plus qu’une bombe atomique. La radioactivité peut s’étendre sur des territoires très vastes, dans un périmètre de 300 km. Potentiellement, un accident sur une seule centrale pourrait contaminer l’ensemble du pays, voire plus : en 1986, le nuage de Tchernobyl avait touché la majeure partie de l’Europe », rappelle Roland Desbordes. « Près de vingt-cinq ans après, nous payons encore les conséquences de cette catastrophe », ajoute Stéphane Lhomme. « Le risque nul n’existe pas, reconnaît Philippe Jamet. Mais la probabilité qu’un accident se produise en France reste très faible. D’autant plus que les réacteurs de troisième génération minimisent le risque de rejets radioactifs. » « Les centrales sont conçues pour avoir une chance sur un million de connaître un accident grave chaque année. Et les radiations qui s’échappent lors d’un fonctionnement normal sont infimes », renchérit Lionel Taccoen. Un argument balayé par Charlotte Mijeon, porte-parole de Sortir du nucléaire : « L’industrie nucléaire a un tel poids en France que les risques sont volontairement cachés ou sous-estimés. Et il n’y a pas d’autorité réellement indépendante. »

Comment protège-t-on la population en cas d’accident ?

Pour protéger les civils, le préfet ordonne d’abord le confinement : alertés par une sirène, les habitants doivent se réfugier dans un bâtiment en dur en calfeutrant les portes et les fenêtres. Cette mesure d’urgence s’applique lorsque la radioactivité absorbée par l’organisme dépasse 50 milligray, l’unité de mesure inventée par le physicien britannique Louis Harold Gray. Le fait de se mettre à l’abri empêche les particules de pénétrer dans les poumons et le tube digestif. Parallèlement, la population doit absorber des comprimés d’iode afin de saturer la thyroïde en iode non radioactif et d’éviter les cancers. Tous les riverains qui vivent dans un rayon de 5 à 10 km des centrales nucléaires sont censés posséder ces pastilles. Enfin, en cas de rejets radioactifs importants, le préfet peut ordonner l’évacuation. Des exercices de crise sont organisés tous les mois, afin d’entraîner les habitants. Mais ce principe de précaution peine à convaincre certains experts. « Les personnes de passage dans les régions à risque ne sont pas en mesure de se protéger. De toute façon, nous devons trouver un moyen de continuer à vivre en zone contaminée. Aucun incident nucléaire grave ne s’est encore produit en France, mais, si c’était le cas, cela coûterait trop cher d’évacuer tout le monde », soutient Roland Desbordes.

Combien de temps faudrait-il à la France pour sortir du nucléaire ?

« Cela ne pourra pas se produire du jour au lendemain, car la France a fait très peu d’efforts pour développer les énergies renouvelables », estime Charlotte Mijeon. La porte-parole de Sortir du nucléaire envisage trois étapes avant un éventuel retrait : étudier nos besoins réels en énergie, faire des efforts en matière d’efficacité énergétique en privilégiant les technologies qui consomment le moins d’énergie, et développer les sources d’énergie renouvelables. « Cela peut prendre quelques années ou quelques décennies, tout dépend de la volonté politique », précise-t-elle. Stéphane Lhomme ajoute : « Dans un scénario d’urgence, on pourrait fermer une quinzaine de réacteurs en quelques semaines, puis fermer les autres progressivement en cinq ans, le temps de développer d’autres formes d’énergie. » « On peut produire de l’énergie à la fois propre et non dangereuse. Je pense aux énergies renouvelables comme l’énergie solaire, photovoltaïque, éolienne, géothermique ou hydraulique », estime Noé Pflieger, des Jeunes Ecologistes. Le Verts Noël Mamère estime, pour sa part, qu’il faut prévoir un plan sur trente ans pour se désengager totalement du nucléaire.

Que font nos voisins européens ?

L’Autriche est sortie du nucléaire en 1979. « Cette année-là, la construction d’une centrale nucléaire a provoqué un tollé chez une grande partie de la population. Le gouvernement a organisé un référendum et les opposants l’ont emporté. La centrale a donc été transformée en centrale solaire », rapporte Charlotte Mijeon. L’Italie a pris la même décision à la fin des années 1980, après Tchernobyl, mais les opposants de Silvio Berlusconi craignent un retour en arrière, à l’image de la Suède et de l’Allemagne. Outre-Rhin, la décision de ne pas construire de nouveaux réacteurs est toujours d’actualité, mais, fin 2009, la durée de vie des réacteurs a été allongée.

Nucléaire : les effets sur la santé

Les matières radioactives sont constituées d’atomes instables qui, en se désintégrant, émettent des radiations. Ces radiations perturbent le fonctionnement des cellules vivantes.

1. Une irradiation très forte tue les cellules et provoque des brûlures radioactives, la maladie et, dans les cas extrêmes, la mort. Cela ne concerne que les personnes qui sont directement en contact avec le produit radioactif, tels les pompiers de Tchernobyl. Les populations vivant à proximité d’une centrale qui aurait explosé n’encourt pas une mort immédiate, mais un risque certain de cancer si elles ne prennent pas des précautions rapides (confinement, calfeutrement de la maison, douche, prise de comprimés d’iode ou encore évacuation de la zone).

2. Un niveau d’irradiation moins élevé pour les personnes vivant à des dizaines de kilomètres de la centrale entraîne des mutations dont les effets sont peu prévisibles. Certaines personnes souffriront de cancer comme celui de la glande thyroïde, surtout chez l’enfant, du cancer du sein, de leucémie. Il pourra survenir des naissances d’enfants atteints de malformations. Les effets se manifestent souvent des dizaines d’années après l’irradiation.

3. En cas d’irradiation encore plus faible (comme c’est actuellement le cas dans les zones contaminées au Japon), les scientifiques sont en désaccord quant aux effets. Certains spécialistes, associés à l’industrie nucléaire, prétendent que des radiations faibles sont inoffensives pour la santé. D’autres considèrent que l’étendue des risques reste mal connue, car on continue de découvrir des effets inattendus de la radioactivité. Après de nombreuses années de silence, les autorités françaises ont fini par reconnaître leur responsabilité vis-à-vis de certaines victimes des expériences nucléaires au Sahara et en Polynésie. Enfin, la contamination radioactive peut résulter également de l’ingestion de produits alimentaires contaminés, tels les légumes, les fruits ou les produits laitiers.

4. Dernier risque de contamination possible, celui-là sur des milliers de kilomètres, par un nuage radioactif porté par le vent. Ce fut le cas lors de la catastrophe de Tchernobyl. Là encore, les experts ne sont pas tous d’accord. Selon certains, le nuage a provoqué des cancers de la thyroïde en France, ce que réfutent d’autres scientifiques.

Marie Conquy , Marie-Laure Hardy
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article14 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 14 mar à 09:32

    Anonyme-77656
    on a des protections secretes

    en france on a une version individuelle de celle qui arretait le nuage de tchernobyl aux frontiere il suffit de cliquer sur le bouton du "magic protector" et le tour est joué



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 14 mar à 11:40

    Anonyme-77656
    78% de l'électricité....

    produite par les centrales nucléaires en France !


    par quoi remplacer les centrales ? par "l’énergie solaire, photovoltaïque, éolienne, géothermique ou hydraulique" disent les Ecolos !


    L'énergie solaire ? A part le Sud de la France, le soleil ne brille pas partout !


    Les éoliennes ? Il faudrait les installer dans les régions les plus venteuses, à savoir sur des sites inscrits au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, tels que la baie du Mont St Michel, la Côte Atlantique ou encore la Côte d'Opale....


    La géothermie ? Cela supposerait que l'on ait les ressources nécessaires ! Mais la France n'est pas l'Islande.....


    L'énergie hydraulique ? Donc construire plus de barrages, ce qui supposerait la destruction de biotope, d'activités humaines et de patrimoine architectural !


    Mais tout ça, les Ecolos (ou pseudo écolos) s'en tamponnent le coquillard.....



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 14 mar à 13:06

    Anonyme-77656
    les énergies

    La France doit rester dans le nucléaire , la population Française n'a pas à avoir peur.

    Nous devons peut-être plus nous perfectionner, tirer tous les enseignements de ce qui se passe au Japon.

    La France n'est pas une pays séismique.

    quand il n'y aura plus de pétrole , que les écolos

    et bien des riverains condamnent les éoliennes ( sabotage de l'environnement , bruit , néfaste pour la santé , réception de la T.V , des portables etc...)

    L'électricité géotermique, photovoltaÏque trop chèrs

    et toujours pour les écolos , néfastent à l'environnement , Une partie de la population aura

    l'électricité , l'autre partie s'éclairera à la lampe

    à huile ou à la bougie , on se déplacera à dos de mule.

    soyons réaliste , faisons confiance à nos ingénieurs

    à nos dirigeants de tous les partis politiques ,

    qui , là , seront obligés d'oubliér leurs intérêts propres , pour s'occuper de l'intéret général , pour une fois ils sont concernés.

    Le parti écologique veut en faire une affaire personnelle , 2012 arrive et la récupération électorale des écolos avec.

    Même avec le nucléaire, je continuerai à voter F.N



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 14 mar à 13:07

    Anonyme-77656
    @Anakin

    Tout à fait, ne touchons pas aux biotopes. Et puis des enfants avec 4 bras ou 3 yeux, on s'habituera...

    Au fait, pour le solaire, c'est la luminosité l'important, pas les rayons du soleil...



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 14 mar à 14:11

    Anonyme-77656
    nOUVELLE 7RE

    l'ère de godzillas approche !



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 14 mar à 15:18

    Anonyme-77656
    faut il que je le prene ou pas se médicament???

    bonjour je m'appelle Gladis g 20ans et depuis que je suis née je nés pas ma glande thyroïde...je regarde les information et vous avez sortie un médicament, mes je me pose la question vue que je nés pas ma glande thyroïde je dois prendre se médicament ou pas???? sil vous plais répondez moi ces importent...



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 14 mar à 21:47

    Anonyme-77656
    SOLUTION SVP

    Le problème c'est que les anti-nucléaires ne nous donnent aucune solution. Moi, remplacer une centrale atomique par 3 millions d'éoliennes ne me satisfait pas surtout qu'en cas de séisme, les éoliennes vont s'écrouler, vite fait. Et je les trouve nullissimes à soulever le pb de gens peut-être contaminés quand il y a des milliers de vrais morts. Heureusement qu'il n'avait pas de mines au Japon !



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 mar à 00:52

    Anonyme-77656
    La France ???? ne risque jamais rien !!!

    C'est bien connu, nous Français nous avons une chance énorme de vivre dans le monde des bisous nours.

    Le nuage de Tchernobyl très intelligent s'est arrêté à nos frontières, le Japon ne devait jamais souffrir d'un énorme séisme. La France ne sera jamais touchée par un tel séisme IMPOSSIBLE...Tout est sous contrôle...sauf ....l'imprévu...

    Alors.... "responsable mais pas coupable"

    Fastoche non ????

    Et si on pensait solaire????



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 mar à 03:36

    Anonyme-77656
    Faut il se résigner ?

    Il ne suffit pas de rester a se lamenter sur l'inneluctable nucléaire mais imaginer des réponses qui nous conviennent ainsi qu'a nos descendants. Or le nucléaire pose des problèmes majeurs pour les quelles il n'y a pas de solution. Alors ou trouver l'énergie ? Il faut penser a grande échelle. Le projet desertec par exemple qui consiste a faire tourner des turbines dans les régions désertiques Grace la ou on ne prends rien a personne et ou les rayonnement solaire sont 3 fois plus forts que sous nos latitudes. Si on achemine le courant en continue on compte 4%de perte pour le transport. En échange nous valorisons nos vertes prairies pour leur donner la nourriture dont ils manquent. Quand l'imagination reprendra elle le pouvoir ?



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 mar à 09:58

    Anonyme-77656
    @Zz Oui les capteurs

    @Zz Oui les capteurs thermiques sont tout aussi rentables sous des latitudes élevées (nord de la France, Belgique, Canada,....) que dans les zones ensoleillées.



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 mar à 10:10

    Anonyme-77656
    chasse.

    A quoi sert le nucléaire? Sûrement pas pour chasser les oiseaux ou les gazelles.Le supprimer? Il faudrait d'abord supprimer(ah!pardon!)il faudrait soigner certains dirigeants des pays qui détiennent ces armes.Il faut les mettre dans des asiles de fous pour prévenir ou éliminer tout risque d'accident...



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 mar à 17:29

    Anonyme-77656
    pour gladys

    gladys,

    pour répondre a ta question

    les cachés sont de l'iodure de potassium qui permettent a la glande thyroide d' etre saturée iode non radioactive et donc ne pas fixer l'iode 131 radioactif que tu respire en cas d'accident nucléaire, ainsi ton organisme elimine plus facilement cette iode radioactive.

    Pour ton cas personnel, sans glande thyroidienne, pas de fixation d iode 131 donc pas besoin de cachet,

    voila j'espere avoir repondu a tes questions en etant le plus clair possible



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 15 mar à 18:05

    Anonyme-77656
    nicodoux

    vous parlez de cachet de potassuim,cela est bien mais j habite pres d une centrale nous avons le droit sur convocation de recevoir une ou 2 boites .Je viens de verifier les drenieres boites que j ai recu sont perime depuis 2009 avec 2 dosages different une de 65mg et l autre de 130mg et toujours pas de nouvelle pour les autres boites???? Mais enfin comme cite plus haut nous n avons plus de douniers a nos frontieres mais je crois qu il l ai on envoyes dans le ciel pour arreter les nuages genre tiernobyl



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 16 mar à 15:14

    Anonyme-77656
    Bla bla bla et pas de solutions

    Beaucoup de bla bla pour dire qu'il est impératif de sortir du nucléaire. Chacun y va de son petit commentaire, car là encore chacun est persuadé de détenir LA vérité! Ben voyons. Perso, je n'ai aucune envie de voir sous mes fenêtres 3.000 éoliennes, toutes plus laides les unes que les autres et faisant un boucan tel qu'il sera impossible d'ouvrir les fenêtres (et pourtant il y a un projet très sérieux d'implantation face à Arcachon! Mais ça les écolos-bobos s'en tapent! Le solaire : je vous invite à faire un tour en Espagne au sud de Madrid. Là vous pourrez voir ce que suppose le solaire: des kilomètres de capteurs occupant des km², c'est à dire autant d'espace perdus pour la culture ou l'élevage. L'hydro: combien de régions, villes, villages êtes vous prêts à voir disparaitre pour la construction de barrages (contre lesquelles nous nous battus il n'y a pas si longtemps) ? Et au passage doit on rappeler la catastrophe de Fréjus pour dire que l'hydro ne peut pas être la solution. Alors le nucléaire n'est peut être pas la solution, mais y a t il une solution qui soit plus valable qu'une autre ? Moi je n'en sais rien contrairement à tous ceux qui s'expriment si volontiers sur les différents forums. Et j'oubliai : j'habite à 30 kms de Blaye et environ 150 de Golfech. Donc le nucléaire je vis avec ....



    - Signaler un abus  
Publié : 14/03/11 - 07h59
Mis à jour : 14/03/11 - 08h00
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      403560 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      391630 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      238620 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 23:39

      186340 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur