Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Jeudi 18 septembre, 01:37
Accueil > Actualité > Société > Dorothée Poivre d'Arvor - Elle dresse le portrait de son père

Dorothée Poivre d'Arvor - Elle dresse le portrait de son père

Société


La fille aînée de Patrick Poivre d’Arvor réalise un documentaire sur son père. L’occasion de découvrir la face cachée de l’un des hommes les plus populaires de France.

FRANCE-SOIR. Vous signez un portrait de votre père pour la collection Empreintes. N’avez-vous pas peur d’être taxée de subjectivité ?
DOROTHÉE POIVRE.
Si. Certains journaux ne se sont pas gênés pour le faire. Je savais que l’on m’attendrait au tournant. Ce bonhomme, en l’occurrence mon père, est soit adoré, soit détesté. Il n’y a pas d’entre-deux. En réalisant un portrait, il était évident que sa vérité serait exposée. D’un autre côté, je me dis que je suis certainement la personne la plus à même de réaliser ce documentaire. Je porte un regard sain sur le personnage. Je connais tous ses défauts. Pour moi, il ne sera jamais une icône. Je n’aurais jamais pu me laisser embobiner par lui.

Sur quelles facettes de votre père avez-vous voulu insister ?
Je l’ai montré tel qu’il était dans son environnement personnel et professionnel. Je l’ai filmé dans sa maison de campagne. Il n’a pas des goûts de luxe. Il a aussi un côté très gamin. Le moteur de sa vie, c’est de se lancer, en permanence, des défis. Il se demande sans arrêt s’il est « cap ou pas cap » de faire quelque chose. Je suis persuadée que s’il a traité Nicolas Sarkozy de petit garçon, c’est qu’à ce moment-là il se demandait s’il était capable de faire une chose pareille.

Il semble aussi ne pas pouvoir rester en place…
C’est vrai. Le quotidien l’ennuie profondément. Lorsque l’on organise un déjeuner de famille, il ne supporte pas la banalité d’une discussion.

Ce film vous a-t-il rapproché de lui ?
On a toujours eu un mal fou à dialoguer. Il arrive que l’on ne s’appelle pas pendant un mois. J’imaginais effectivement que ce reportage nous rapprocherait. Au final, ça n’a pas été le résultat escompté. Je pensais que l’on aurait de longues discussions et qu’il se consacrerait totalement à moi. Résultat, il faisait 40.000 choses à la fois. Mais j’ai été plus têtue que lui. A chaque fois qu’il m’envoyait bouler, je revenais à la charge ! J’ai tout de même vécu des moments inoubliables. Notamment lorsque j’ai réalisé une interview de lui dans son salon. Il s’est posé sur son canapé. Et l’on a passé la soirée à dialoguer.

A-t-il toujours été aussi impatient ?
Oui. Je n’ai pas le souvenir d’une personne qui se soit posée une seule seconde. C’est difficile de parler avec lui en lui courant toujours après.

Regrettez-vous cette distance ?
Je n’ai aucune amertume. J’ai toujours été indépendante. Lorsque j’étais plus jeune, je passais mes mercredis et mes samedis dans les clubs hippiques. Il y a toujours eu de la pudeur et de la retenue entre nous. Mais le plus important pour moi, c’est qu’il soit là en cas de coup dur. Et je n’ai aucun doute là-dessus.

Vous aviez terminé votre reportage avant d’apprendre l’éviction de votre père de TF1. Comment l’avez-vous complété ?
Un vendredi de mai, j’ai demandé à mon père de venir voir le montage que j’avais réalisé. J’avais la trouille qu’il ne lui plaise pas. Il était, au contraire, satisfait. Le lundi, j’apprenais sur France Inter qu’il était viré de TF1. France 5 m’a demandé de recueillir ses impressions. J’avais peur qu’il prenne ça pour du voyeurisme. Il a accepté.

C’est seule que vous avez filmé les coulisses de son dernier JT…
Je ne trouvais pas judicieux que toute l’équipe soit là. La séquence était à la fois émouvante et drôle. Avant le JT, on a parlé de sa cravate. Pendant qu’il me parlait, des mecs déménageaient son bureau. Et lorsqu’il est sorti du plateau, à la fin du journal, toute son équipe applaudissait. Je tremblais comme une feuille. J’ai focalisé sur les regards tristes de ses collègues. Je ne pensais pas qu’il recevrait autant de marques de sympathie.

Comment a-t-il réagi à sa sortie de TF1 ?
J’avais peur qu’il en devienne aigri. Au final, il a eu une réaction géniale. Il m’a dit : « Il faut relativiser. Ça arrive à pleins d’autres personnes et on n’en parle jamais. »

Et vous qu’en pensez-vous ?
Je ne cautionne pas la manière dont les choses se sont passées. Il aurait été plus simple de lui annoncer de vive voix plutôt que de faire croire qu’il y avait eu des fuites dans la presse. D’un autre côté, c’est un mal pour un bien. J’étais pour ma part étonnée qu’il reste aussi longtemps à la tête du journal alors qu’il ne supporte pas la routine. Je pense qu’aujourd’hui, il va enfin pouvoir faire des choses qui le passionnent vraiment.

Par Propos recueillis par Ingrid Bernard
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Société

Publié : 16/10/08 - 19h23
Mis à jour : 12/03/10 - 12h18
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      403560 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      391630 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      238620 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 23:39

      186340 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur