Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Lundi 20 octobre, 19:56
Accueil > Actualité > Société > Rafle du Vel'dHiv' - Ils témoignent

Rafle du Vel'dHiv' - Ils témoignent

Mémoire de la Shoah


C'était en 1942. Ils se souviennent.

Frida Wattenberg : “Mon oncle était persuadé de pouvoir retrouver sa femme”

La veille, dans le quartier de la rue des Rosiers, dans le IVe arrondissement, le bruit avait couru qu’une rafle importante se préparait. Frida Wattenberg avait 18 ans, son frère, Maurice, 17 ans. Leur mère, Alta, qui, divorcée, élevait seule ses deux enfants, avait aussitôt décidé d’envoyer Maurice chez une amie à Freinville, près de Livry-Gargan. Quant à Frida, il n’était pas question qu’elle s’éloigne de Paris. Dans l’après-midi, elle passait le baccalauréat.

Les Wattenberg habitent au deuxième étage sur cour du 13, rue des Ecouffes. Ce 16 juillet 1942, il est « cinq ou six heures du matin » quand on frappe à la porte de leur appartement. Deux policiers. L’un en uniforme, l’autre en civil. Ils ordonnent à Alta Wattenberg de préparer un léger bagage. Ils vont repasser dans une heure. Frida ne figure pas sur leur liste. Née à Paris, elle a la nationalité française. Pas sa mère, immigrée originaire de Tomaszov-Mazowiecki, près de Lodz en Pologne. Frida confie : « J’ai dit à ma mère qu’il fallait se sauver, se cacher. Elle a refusé.

– Où irions-nous, m’a-t-elle dit ? Nous n’avons pas d’argent, pas de relations. Et puis, je n’ai rien fait de mal. »

Rue de Lancry

A peine Alta s’éloigne-t-elle encadrée par les deux policiers que Frida se précipite chez son oncle Yankel. Il vit avec sa fille Rachel, rue de Lancry, dans le Xe. « Leur concierge m’a appris qu’ils avaient été embarqués et qu’ils se trouvaient, avec d’autres Juifs, à la caserne des pompiers de la rue du Château-d’Eau. Ils attendaient les bus qui les conduiraient à Drancy. Un policier était en faction à l’entrée de la caserne. J’avais une carte d’identité française, bien que barrée du tampon Juif. Il m’a laissée passer. C’était l’après-midi. J’ai vu mon oncle et ma cousine. Comme je n’avais pas été arrêtée, une femme m’a donné des tickets de rationnement afin que j’aille acheter du lait pour son bébé. J’y suis allée. Voyant que je pouvais aisément sortir et rentrer, plusieurs autres personnes m’ont demandé de leur faire quelques courses. Le policier en faction me laissait faire. Alors j’ai dit à mon oncle et à ma cousine : suivez-moi, je peux vous sortir d’ici. Mon oncle m’a répondu : – Non ! On nous a affirmé qu’on allait nous renvoyer là d’où nous sommes venus pour travailler. Nous partons travailler en Pologne. A Tomaszov-Mazowiecki, je retrouverai ma femme et mes autres enfants restés là-bas. »

Son oncle dans un convoi, sa cousine dans un autre

L’oncle Yankel sera déporté pour Auschwitz par le convoi 33 du 16 septembre 1942. Sa fille Rachel par le convoi 12 du 29 juillet 1942.

Grâce à un document certifiant qu’elle travaille dans un atelier fabriquant des vêtements pour les Allemands, Frida fera sortir de Drancy sa mère, qui sera ensuite hébergée par un employé municipal de Lhommaizé, près de Montmorillon, dans la Vienne. Et jusqu’à la fin de la guerre, Frida se battra dans la Résistance.

Rachel Psankiewicz-Jedinak : “En me giflant, ma mère m’a sauvé la vie.”

Chana-Gitla Psankiewicz, la mère de Rachel, avait pourtant pris ses précautions. Depuis que son mari, Abram, avait été piégé en mai 1941 par le « billet vert », elle était sur ses gardes. Or, le 15 juillet 1942, la rumeur avait couru qu’une grande rafle se préparait. Dans la soirée, elle avait envoyé ses deux filles, Rachel, 8 ans, et Louise, 13 ans, dormir chez leurs grands-parents, 15, rue de Tlemcen, dans le XXe arrondissement. Elle était restée chez elle, 26 rue Duris. C’est là qu’au petit matin, le 16, des policiers vont l’arrêter, tandis que la concierge « va signaler aux flics » que les deux gamines se trouvent chez leurs grands-parents, rue de Tlemcen.

Rachel se rappelle les coups dans la porte, les ordres, les cris, les lamentations, les groupes de Juifs rassemblés au pied des immeubles. « Comme un troupeau, les policiers nous ont guidés jusqu’à La Bellevilloise, une salle de spectacles, 23-25, rue Boyer. Aux fenêtres, sur les trottoirs, les gens regardaient notre misérable troupe. Certains faisaient un signe de croix, les larmes aux yeux. D’autres nous montraient du doigt en rigolant. C’était humiliant de se sentir traité comme du bétail. »

A la Bellevilloise

A La Bellevilloise, dont les sièges ont été démontés pour dégager de la place, les deux gamines retrouvent leur mère, qui a repéré une issue de secours au fond de la salle, ainsi que leur cousin, Peysach, 16 ans. Chana-Gitla le supplie de partir. Il refuse. « Je ne suis plus un enfant. J’ai l’âge de travailler. » Il sera déporté trois jours plus tard par le convoi 7. Chana-Gitla tente également de convaincre ses deux filles de filer. Elles pleurent, ne veulent pas se séparer d’elle. Rachel s’accroche à la robe de sa mère. A bout d’argument, Chana-Gitla la gifle. « Ma mère ne m’avait jamais frappée. Il m’a fallu du temps pour prendre conscience qu’il s’agissait d’une immense preuve d’amour. En me giflant, m’a mère m’a sauvé la vie. »

Résignées, les fillettes vont sortir. Dehors, deux policiers en faction détournent la tête en les voyant s’éclipser. Chana-Gitla sera déportée par le convoi 12 du 29 juillet 1942.
       

F. S.

Réactions à cet article2 commentaires

  • Par cesar75, le 17 jui à 13:57

    cesar75
    1962

    massacre de milliers d'harkis français,silence absolu des aitorites françaises..



    - Signaler un abus  
  • Par bourboule, le 17 jui à 14:28

    bourboule
    vel d'hiv

    les conducteurs des bus , les flics Français , les cheminots ont-ils fait grève ce jour là ?


    Que de beaux patriotes cégétistes ont-ils générés ensuite !



    - Signaler un abus  
Publié : 09/03/10 - 19h36
Mis à jour : 06/07/12 - 16h15
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      403640 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      391690 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      238710 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 23:39

      186380 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur