Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 31 octobre, 20:14
Accueil > Actualité > Société > Sandrine Bonnaire, sourire malgré tout

Sandrine Bonnaire, sourire malgré tout

Société


L’égérie de Maurice Pialat raconte son parcours dans son livre, Le soleil me trace la route. Elle y évoque son agression qui l’a transformée. Morceaux choisis.

Maurice Pialat, le second père

Et dire que tout a commencé grâce à France-Soir ! « Un jour, ma sœur Lydie tombe par hasard sur une petite annonce dans le journal France-Soir : « Société de production recherche deux jeunes filles de 15, 16 ans pour les rôles principaux d’un long-métrage de fiction. » Sandrine est retenue et tourne donc avec Pialat, A nos amours, en 1983. Un jour, ils tournent en extérieur et l’actrice n’a qu’une veste sur le dos. Profitant de la pause déjeuner, le réalisateur achète pour 20.000 francs de vêtements. « J’avais parfois l’impression d’être sa fille adoptive, il était très protecteur. » Elle joue en 1987 dans Sous le soleil de Satan, qui remporte la Palme d’or à Cannes, mais refuse de tourner dans Van Gogh. C’est la fin de leur amitié : « Chacun est resté campé sur sa position… Quel dommage ! » Et puis, en 2001, à l’occasion du Vivement dimanche qui lui est consacré, elle demande à Michel Drucker d’inviter Maurice Pialat. Il accepte. Malheureusement, ils profitent peu de leurs retrouvailles puisque le réalisateur meurt un an plus tard.

Des origines modestes

Sandrine Bonnaire est issue d’une famille de onze enfants (dont une sœur autiste, Sabine, à laquelle elle avait consacré un film en 2007). Elle passe son enfance dans une cité HLM de Grigny (Essonne). Sa mère est témoin de Jéhovah et entraîne ses enfants avec elle. « A dix ans j’ai dit : “Non, ça suffit !” J’avais l’impression que cette religion me privait de ce qu’on aime quand on est gamin. » En effet, ils ne fêtent ni les anniversaires ni Noël. De son côté, son père est ajusteur, se lève tous les matins à 5 heures et rentre à 19 heures, épuisé, mais avec le dîner à faire car sa mère est absente. « Quand le père est décédé, je suis devenue très vite le pilier financier. » A 18 ans, elle recueille ses deux petits frères. « Prendre la place de ma mère m’a beaucoup perturbée. »

Ses amours

Sa première fois ne lui a pas laissé un souvenir positif : « On s’est un peu bécotés puis tout s’est passé très vite, trop vite. » A la fin des années 1980, à 20 ans, elle rencontre Jean-Yves Escoffier, un chef opérateur de 17 ans son aîné. Ils restent quatre ans ensemble. Elle rencontre l’acteur américain William Hurt en 1991 sur le tournage de La Peste, de Luis Puenzo. Il est le père de Jeanne, sa fille aînée. En 2003, elle a épousé Guillaume Laurant, scénariste et dialoguiste (notamment du Fabuleux Destin d’Amélie Poulain), qu’elle avait rencontré lors du Festival du film romantique de Cabourg. Il est le père d’Adèle, sa deuxième fille.

Son agression

En 2000, sa vie bascule pendant le tournage du film C’est la vie. Elle part durant quatre jours à Paris. « Je nageais dans le bonheur (…) et quelques heures plus tard, j’étais détruite. » Elle raconte l’agression dont elle a été victime de la part d’un de ses proches : « J’ai le souvenir d’une strangulation. » Et puis, pour montrer la violence qu’elle a subie : « J’avais des cailloux plein la bouche. En crachant, j’ai vu des tas de morceaux de dents dans ma main. » Elle se fait opérer et se fait poser deux plaques de titane dans le menton : « RoboCop, c’est moi », déclare-t-elle avec humour. Car, malgré tout ce qui lui est arrivé, elle continue à sourire à la vie.

Le soleil me trace la route, de Sandrine Bonnaire, éd. Stock, 250 p., 25 euros

C'est sur France Soir !

Plus d'articles Société

Réactions à cet article13 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 10:36

    Anonyme-77656
    Photo

    Estes-vous sûr qu'il s'agit bien de MUSELIN sur votre photo illustrant votre article?



    - Signaler un abus  
    • Par Sylvain Leclercq, le 12 mai à 11:05

      Sylvain Leclercq
      Rectification

      Bonjour,


      Nous venons de modifier la photo en question.


      Merci pour votre vigilance.


      Cordialement


      Sylvain, pour Francesoir.fr



      - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:19

    Anonyme-77656
    une belle faute d'orthographe en titre

    Votre titre (Tony Musulin - "L'argent, c'est pas moi qui l'ait !") comporte une énorme faute d'orthographe. J'ai tellement honte pour vous que j'ose à peine vous indiquer laquelle... il le faut pourtant. "c'est pas moi" : 1ère personne au présent de l'indicatif. "qui l'ait" : 3ème personne au présent du subjonctif. Il fallait écrire "L'argent, c'est pas moi qui l'ai". Bouh !



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:21

    Anonyme-77656
    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:22

    Anonyme-77656
    conjugaison

    Quelle jolie faute en titre !

    En bon français, on écrit : "c'est pas moi qui l'ai". (moi = je, donc première personne du singulier)



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:22

    Anonyme-77656
    moi qui l'ai ?

    dans le titre : ait ou ai ?



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:23

    Anonyme-77656
    Tony Musulin

    Bravo la nouvelle génération de journaliste incultes. Prenez des cours d'orthographe avant d'écrire vos titres.

    On écrit : c'est moi qui l'ai.

    Accord avec la première personne "je".



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:24

    Anonyme-77656
    ATTENTION A L'ORTHOGRAPHE !

    C'est pas moi qui l'AI.


    Une faute d'orthographe sur le titre, ca ne fait pas très sérieux pour un grand quotidien.



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:25

    Anonyme-77656
    Titre

    Belle faute d'orthographe dans le titre de l'article...



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:25

    Anonyme-77656
    Deuxième faute

    J'AURAIS dû mettre le feu dans l'inter…



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:29

    Anonyme-77656
    "c'est pas moi qui l'ait" ->

    "c'est pas moi qui l'ait" -> "c'est pas moi qui l'ai"


    "« J'aurai dû mettre le feu à ce camion ! »" -> "« J'aurais dû mettre le feu à ce camion ! »"



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 12 mai à 11:29

    Anonyme-77656
    Robin des Bois

    Nottinghill ou Nothingham ??



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 26 août à 14:54

    Anonyme-77656
    Bien joué Tony. A sa

    Bien joué Tony. A sa libération dans 3 ans seulement il sera millionnaire. Un coup de maître.



    - Signaler un abus  
Publié : 22/02/10 - 17h36
Mis à jour : 16/03/10 - 12h41
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 18:55

      403640 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 16:29

      391690 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 20:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 16:21

      238720 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 22:39

      186380 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur