Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 02 août, 00:26
Accueil > Actualité > Société > Transport - Les salariés de Serta prennent la Seine en otage

Transport - Les salariés de Serta prennent la Seine en otage

Société


S’ils n’obtiennent pas la prime de départ qu’ils demandent, les employés de l’entreprise Serta pourraient polluer un affluent de la Seine.

Une soixantaine de salariés de l’entreprise de transports Serta, au bord de la liquidation judiciaire, menacent de déverser 8.000 litres de produits toxiques dans un affluent de la Seine, près de Rouen, pour obtenir une indemnité de départ de 15.000 euros, selon une source syndicale.

« C’est la seule arme dont on dispose, ces 8.000 litres d’additifs de carburants. Il n’y a pas d’ultimatum, et nous n’en sommes pas encore à mettre la menace à exécution, mais nous demandons une aide supra-légale de 15.000 euros par salarié », a expliqué Jean-Pierre Villemin, délégué CFDT au dépôt de La Vaupalière, près de Rouen, en grève depuis la fin de la semaine dernière.

Les salariés menacent de déverser les produits toxiques dans le Cailly, « petit ruisseau qui passe en bas du dépôt de La Vaupalière et se jette dans la Seine », a expliqué Jean-Pierre Villemin.

« Nous formulons cette menace car nous sommes face à des gens sourds et aveugles », a-t-il poursuivi. L’entreprise emploie 150 salariés dans toute la France, notamment à La Vaupalière et à Cavaillon (Vaucluse). Elle comptait 250 personnes avant un premier plan social en janvier, conséquence de son placement en redressement judiciaire en novembre 2008, a indiqué la CFDT.

Une audience devait se tenir hier après-midi au tribunal de commerce d’Evreux pour décider du sort de l’entreprise, entre une liquidation ou une reprise. Deux offres ont été déposées, mais « les salariés ne veulent pas des repreneurs », a ajouté Jean-Pierre Villemin. La préfecture de Seine-Maritime a indiqué hier matin qu’elle « étudiait le dossier ».

Tentative d’extorsion

S’il y a un grand pas entre l’avertissement et la mise à exécution, la menace elle-même peut toutefois être condamnable pénalement. « Cela pourrait être considéré comme une tentative d’extorsion », explique l’avocate Cathy Clairet-Roig.

Selon le droit français, le fait d’obtenir par violence, ou menace de violences, un engagement, la remise de fonds, de valeurs, ou d’un bien quelconque, peut être puni de 7 ans d’emprisonnement, et de 100.000 euros d’amende. Une perspective qui n’effraie toutefois pas les salariés, qui ont pu voir ce type de pratiques fleurir tout l’été.

Par Guillaume Rameaux
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Société

Publié : 20/08/09 - 16h33
Mis à jour : 12/03/10 - 14h24
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      403560 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      391630 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      238620 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 23:39

      186340 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Actu du jour en image

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    TV Tout sur Secret Stroy 6

    Faits Divers Les maisons de l'horreur