La Bourse de Paris s'offre une respiration (+0,59%) dans une séance pauvre en actualités

La Bourse de Paris s'offre une respiration (+0,59%) dans une séance pauvre en actualités

Publié le :

Lundi 19 Novembre 2018 - 09:02

Mise à jour :

Lundi 19 Novembre 2018 - 09:56
©DR
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

La Bourse de Paris avançait à pas mesurés (+0,59%) lundi, à l'orée d'une séance pauvre en indicateurs, les investisseurs privilégiant toujours la prudence face aux incertitudes autour du Brexit, de la guerre commerciale sino-américaine et du budget italien.

À 09H32 (08H32 GMT), l'indice CAC 40 progressait de 29,74 points à 5.054,94 points. Vendredi, il avait fini en léger repli de 0,17%.

"Cette séance, qui sera marquée par l'absence d'indicateurs majeurs, sera peut-être l'occasion de reprendre son souffle même si le risque politique a de fortes chances d'être encore au premier plan", a résumé dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"L'avenir politique de la Première ministre Theresa May faisant l'objet d'incertitudes, c'est tout le processus de négociations du Brexit avec l'UE qui est menacé", a-t-il complété.

"La situation politique outre-Manche sera scrutée comme le lait sur le feu. Theresa May a gagné quelques points ces derniers jours, mais elle reste dans une situation très précaire. Les Bourses n'ont toujours pas la moindre visibilité", a relevé pour sa part dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

L'Union européenne, spectatrice du champ de bataille politique britannique sur le Brexit, se lance cette semaine dans son propre examen du projet d'accord de divorce avec en point d'orgue un sommet spécial dimanche pour adopter le texte.

Dès ce lundi, les ministres des Affaires européennes des 27 se retrouvent à Bruxelles pour une première réunion politique depuis la publication mercredi du projet d'accord sur les conditions du retrait, qui doit préparer la rencontre au sommet du 25 novembre.

La Première ministre britannique Theresa May, qui a encaissé une série de démissions au sein de son gouvernement et fait face à une sévère contestation de tous bords sur le texte négocié, a annoncé qu'elle se rendrait à Bruxelles dans la semaine pour rencontrer notamment le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Par ailleurs, à une semaine du G20, la Chine et les États-Unis ont exposé samedi l'étendue de leurs divergences en amont du sommet de l'Apec à Port Moresby, en s'écharpant sur le protectionnisme et le commerce sur fond de lutte d'influence dans le Pacifique.

Donald Trump avait pourtant estimé la veille qu'un accord commercial entre Washington et Pékin pourrait être conclu "très bientôt", envisageant pour la première fois de ne pas infliger de taxes douanières supplémentaires sur les importations chinoises.

"L'évolution autour des 5.000 points du CAC 40 vendredi dernier confirme un biais baissier pour le marché. De notre point de vue, seul un accord, même imparfait, entre la Chine et les Etats-Unis à l'occasion du G20 du 30 novembre, qui mettrait fin à la guerre froide commerciale, serait en mesure de rassurer le marché et de permettre un rebond durable", même si "un tel scénario semble très improbable à ce stade", selon M. Dembik.

- Nexans en forme -

Du côté des indicateurs, peu de données viendront animer la séance, à l'exception des reventes de logements pour octobre (NAR) aux États-Unis.

Sur le front des valeurs, Renault perdait 3,21% à 62,43 euros. Selon le quotidien japonais Asahi, le PDG de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, Carlos Ghosn, serait sur le point d'être arrêté au Japon pour violation de la réglementation financière.

Nexans gagnait 3,06% à 25,56 euros, profitant d'un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "conserver" auparavant par HSBC. Le fabricant de câbles a par ailleurs annoncé lundi avoir remporté un contrat supérieur à 150 millions d'euros pour la fourniture d'un câble d'exportation d'énergie destiné au parc éolien Hornsea II d'Orsted, en mer du Nord.

Airbus grappillait 0,50% à 93,35 euros alors que le groupe a remporté auprès d'Eutelsat un important contrat pour la fourniture de deux gros satellites de télédiffusion destinés à la flotte HotBird de l'opérateur satellitaire.

Vivendi gagnait 0,69% à 21,82 euros. L'actuel administrateur de la compagnie aérienne Alitalia, Luigi Gubitosi, a été nommé dimanche soir à la tête de Telecom Italia (Tim), dont le géant français détient 24%.

Vallourec poursuivait sa débâcle (-6,09% à 2,45 euros), après avoir déjà perdu plus de 32% vendredi, plombé par des inquiétudes sur sa trésorerie.

Arkema reculait de 1,80% à 89,64 euros, pénalisé par un abaissement de sa recommandation à "vendre" contre "neutre" auparavant par Goldman Sachs.

Municipale 2014


Commentaires

-