La Bourse de Paris s'enthousiasme d'un possible apaisement sur le front commercial

La Bourse de Paris s'enthousiasme d'un possible apaisement sur le front commercial

Publié le :

Vendredi 18 Janvier 2019 - 14:08

Mise à jour :

Vendredi 18 Janvier 2019 - 14:10
©DR
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

La Bourse de Paris accroissait ses gains (+1,57%) vendredi à mi-séance, galvanisée par l'espoir d'une amélioration des relations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis après des informations de presse.

A 13H42 (12H42 GMT), l'indice CAC 40 gagnait 75,44 points à 4.869,81 points, dans un volume d'échanges de 1,8 milliard d'euros. La veille, il avait fini en recul de 0,34%.

Après avoir rebondi à l'ouverture, la cote parisienne a progressivement accéléré la cadence au cours de la matinée, voulant croire à des avancées positives sur le front commercial sino-américain.

Wall Street se dirigeait également vers une ouverture en territoire positif. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 0,65%, celui de l'indice élargi S&P montait de 0,45% et celui du Nasdaq, à dominante technologique, gagnait 0,44%.

"Les marchés font preuve d'un peu plus d'optimisme en cette fin de semaine, dans l'espoir que les négociations sino-américaines débouchent sur du concret", a expliqué Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

"Alors qu'il n'est pas certain que le secrétaire d'Etat au Trésor américain se soit déclaré favorable à une levée partielle ou totale des taxes additionnelles à l'importation imposées sur des biens chinois, les investisseurs s'en contentent ce matin, alimentant l'optimisme sur les marchés financiers", a souligné de son côté Franklin Pichard, directeur général chez Kiplink Finance.

"C'est le durcissement de la position du Congrès américain dans le dossier Huawei qui pousserait Washington à revenir à de meilleurs sentiments à l'égard de la Chine avant la visite du vice-Premier ministre chinois Liu He à Washington à la fin du mois", a-t-il complété.

L'administration de Donald Trump étudie la possibilité de supprimer tout ou partie des tarifs douaniers imposés à la Chine, pour inciter Pékin à faire plus de concessions dans les négociations commerciales en cours entre les deux pays, affirme le Wall Street Journal.

Les investisseurs gardaient également toujours un œil sur les négociations autour du Brexit.

Les tractations souhaitées par la Première ministre britannique Theresa May avec l'opposition pour parvenir à un consensus sur un accord de Brexit ont abouti jeudi à une impasse, la dirigeante jugeant "impossible" de remplir une condition posée par le Labour.

Cette dernière doit s'entretenir par téléphone avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker vendredi après-midi.

Du côté des indicateurs, les ventes au détail au Royaume-Uni ont reculé lors de la période cruciale des fêtes de fin d'année et pourraient rester poussives dans l'immédiat, en pleine confusion autour du Brexit.

Outre-Atlantique sont encore attendus la production industrielle pour décembre ainsi que les chiffres de la confiance des consommateurs de l'Université du Michigan pour janvier.

- Eurofins s'envole -

Du côté des valeurs, Casino bondissait (+6,58% à 38,57 euros) après avoir dégagé un chiffre d'affaires en baisse de 2,4% en 2018, à 36,6 milliards d'euros, mais conforme aux attentes des analystes, le groupe s'étant en outre félicité d'avoir su mieux résister que ses concurrents aux conséquences du mouvement des "gilets jaunes" lors du quatrième trimestre en France.

Renault progressait de 1,57% à 57,01 euros. Le constructeur automobile, dont le PDG Carlos Ghosn est incarcéré au Japon, a établi l'an dernier un nouveau record de ventes, avec des volumes en hausse de 3,2%, à 3,88 millions de véhicules.

Par ailleurs, le groupe automobile japonais Nissan a annoncé vendredi vouloir récupérer la somme de près de 8 millions d'euros qui aurait été indûment versée à son ex-patron, Carlos Ghosn, par une filiale établie aux Pays-Bas avec son compatriote Mitsubishi Motors (NMBV).

Fnac Darty montait de 1,94% à 63 euros. Le groupe est entré en "négociations exclusives" pour acheter, au nom de sa filiale France Billet, le site de billetterie en ligne Billetreduc.com, spécialisé dans la vente de places de théâtre, au groupe Lagardère.

Pierre et Vacances s'envolait de 9,39% à 18,64 euros, fort de ventes qui ont progressé de 28,9% au premier trimestre, portées par le succès des locations touristiques et des activités immobilière.

Eurofins gagnait 7,85% à 357 euros, propulsé par une note de Berenberg mettant en avant une "expansion significative de la marge" du groupe.

La Compagnie des Alpes reculait de 1,22% à 24,25 euros. Le groupe a enregistré un bon début de saison dans ses domaines skiables en raison de la neige "tombée suffisamment tôt", faisant état d'une activité en progression de 7,3% au premier trimestre de son exercice décalé.

Société Générale grappillait 0,28% à 28,58 euros tandis que la banque a annoncé vendredi avoir conclu avec son homologue sud-africaine Absa un accord pour lui céder ses activités de conservation, de banque dépositaire et de compensation de dérivés à Johannesburg.

Virbac se repliait en revanche de 6,21% à 117,80 euros. Le fabricant tricolore de produits vétérinaires a légèrement augmenté son chiffre d'affaires en 2018, mais il a été freiné par des effets de change défavorables, des ventes en berne au Chili et un impact négatif aux Etats-Unis.

Municipale 2014


Commentaires

-