La Métropole du Grand Paris se dit en "risque de cessation d'activité" en 2018

La Métropole du Grand Paris se dit en "risque de cessation d'activité" en 2018

Publié le :

Vendredi 23 Juin 2017 - 21:14

Mise à jour :

Vendredi 23 Juin 2017 - 21:15
© bertrand GUAY / POOL/AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP

-A +A

La métropole du Grand Paris (MGP) risque d'être "en situation de cessation d'activité" en 2018, "compte tenu de la faiblesse de son budget", alerte son président Patrick Ollier dans un "voeu" adopté vendredi par la collectivité, réclamant au gouvernement d'abonder le budget de la métropole.

La MGP affirme que sa prévision budgétaire pour 2018 s'établit "à hauteur de -134 millions", dans un voeu déposé par Patrick Ollier et adopté à l’unanimité lors de la séance du Conseil métropolitain vendredi.

"Deux effets aux conséquences dévastatrices se cumulent pour la Métropole en 2018 : la diminution des dotations de l’Etat, dont la dotation globale de fonctionnement (-41 millions d’euros), conjuguée à la mise en oeuvre de la nouvelle territorialisation de la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée, - 93 millions d’euros)", précise ce voeu.

"Compte tenu de son faible budget, la Métropole ne peut en aucun cas supporter une réduction aussi brutale de son financement", poursuit le texte, qui précise que "face au risque de +situation de cessation d’activité+ de la Métropole, il n’existe qu’une seule solution, sauf à diminuer de 3 à 4% les Attributions de Compensation versées aux communes", ce que la métropole "se refuse à faire".

La solution "consiste à convaincre le gouvernement pour que, grâce à la loi de finances pour 2018 et aux lettres de cadrage qui doivent intervenir avant l’été, il trouve les moyens d’abonder le budget de la Métropole pour le rééquilibrer", ajoute le texte.

La MGP, créée en janvier 2016, regroupe 131 communes : Paris, les 123 communes des départements de la petite couronne, une commune du Val-d'Oise (Argenteuil) et six de l'Essonne, rassemblées en 12 territoires remplaçant les agglomérations existantes.

Patrick Ollier, le 18 juin 2017 à Suresnes


Commentaires

-