L'Alliance du Pacifique et le Mercosur veulent se rapprocher

L'Alliance du Pacifique et le Mercosur veulent se rapprocher

Publié le :

Mercredi 25 Juillet 2018 - 06:55

Mise à jour :

Mercredi 25 Juillet 2018 - 07:26
©DR
PARTAGER :

Par AFP - Puerto Vallarta

-A +A

Les quatre pays de l'Alliance du Pacifique, le Mexique, le Chili, la Colombie et le Pérou, ont convenu de chercher une meilleure intégration avec le Mercosur, au milieu des tensions commerciales mondiales.

"Nous avons décidé d'explorer de nouvelles routes de coopération pour renforcer notre relation économique et commerciale", a indiqué mardi le président mexicain Enrique Peña Nieto.

Le rapprochement avec le Mercosur (Brésil, Uruguay, Argentine, Paraguay) a été annoncé au second jour du sommet de l'Alliance du Pacifique dans la station balnéaire de Puerto Vallarta (ouest), sur la côte pacifique mexicaine.

Peña Nieto a souligné qu'un plan d'action avait été adopté "pour faciliter le commerce des biens, l'internationalisation des petites et moyennes entreprises, pour développer l'économie du savoir et générer davantage de progrès en matière de genre, de mobilité, de tourisme et de culture" entre les deux entités.

Le Mercosur était représenté par les présidents uruguayen Tabaré Vazquez et brésilien Michel Temer, ainsi que par le secrétaire aux Affaires étrangères argentin Daniel Raimondi et le vice-ministre des Affaires étrangères du Paraguay, Federico Gonzalez.

"Nous sommes ici pour réaffirmer notre volonté d'approfondir les liens commerciaux, les investissements et la coopération entre ces deux projets" a souligné M. Vazquez, qui préside actuellement le Mercosur.

Les deux blocs ont commencé à renforcer leur coopération en 2017 face aux menaces protectionnistes, notamment des Etats-Unis, le premier partenaire commercial du Mexique.

Le Mercosur cherche également à s'ouvrir en direction de l'Union européenne, avec laquelle il a engagé un processus de négociations il y a près de deux décennies, qui pourrait enfin aboutir à un accord commercial cette année.

Vazquez a commenté que les processus d'intégration économique ne sont pas "des baguettes magiques pour régler les problèmes" mais "des instruments convenables pour parvenir à des objectifs stratégiques".

Le Mexique cherche également à diversifier ses partenaires face à la posture protectionniste du président Donald Trump, tout en essayant de relancer l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) avec les Etats-Unis et le Canada, que Trump a qualifié de "désastre" pour les emplois américains.

Le 26 juillet, les négociateurs des trois pays se réuniront à Washington pour reprendre les discussions.

"Nous pensons que c'est le bon moment pour relancer les négociations" a indiqué à la presse la future ministre mexicaine de l'Economie, Graciela Marquez, désignée par le président élu mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador.

Il y aura dans le futur gouvernement mexicain une conviction "pour l'intégration et le libre-échange", a assuré Marquez.

Le gouvernement Trump a appliqué des droits de douanes prohibitifs sur l'acier et l'aluminium mexicains, canadiens et européens, ainsi que sur des produits chinois, ce qui a provoqué une réaction de ses partenaires faisant craindre une guerre commerciale.

Selon le FMI, les tensions commerciales pourraient faire "dérailler" la croissance après 2020.

Municipale 2014

Commentaires

-