Levothyrox: perquisition au siège de l'Agence française du médicament

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Levothyrox: perquisition au siège de l'Agence française du médicament

Publié le 17/10/2017 à 11:05 - Mise à jour à 18:45
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Une perquisition a eu lieu mardi au siège de l'Agence nationale de sécurité du médicament dans le cadre de l'enquête menée à Marseille sur la nouvelle formule du Levothyrox, produit par Merck, qui a suscité à ce jour 365 plaintes.

Mardi matin, le siège de l'ANSM à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été perquisitionné sous la conduite du magistrat à la tête du pôle santé publique du parquet de Marseille, dans le cadre d'une enquête préliminaire pour "tromperie aggravée, atteintes involontaires à l'intégrité physique et mise en danger de la vie d'autrui", a précisé à l'AFP le procureur de Marseille Xavier Tarabeux.

Cette perquisition s'est achevée dans la seconde partie de l'après-midi et a permis la saisie de documents qui seront exploités ultérieurement, a ensuite déclaré M. Tarabeux à l'AFP.

Il s'agit de la seconde perquisition dans cette affaire, après celle réalisée le 3 octobre au siège de Merck à Lyon: des boîtes de médicaments et des documents avaient alors été saisis.

"Ce qui est intéressant avec ces perquisitions, qui sont prévisibles, c'est de voir si on parvient à saisir des documents authentiques ou si des documents disparaissent ou sont trafiqués", a commenté auprès de l'AFP Me David-Olivier Kaminski, qui représente des plaignants.

L'avocat, qui a recueilli plus de 150 plaintes, a rappelé que le changement de formule du Levothyrox, dont de nombreux utilisateurs se plaignent, a été réclamée par l'ANSM à Merck en 2012, pour "rendre le principe actif plus stable". "Il y a forcément des échanges de courriers à ce sujet, on parle quand même d'un médicament que prennent 3 millions de personnes en France", explique-t-il.

Ce changement de formule, qui ne concerne pas le principe actif mais l'excipient de cette hormone thyroïdienne de synthèse, a provoqué chez de nombreux patients des effets secondaires lourds, comme des crampes, des vertiges et des maux de tête.

- un problème de dosage? -

Les témoignages sur ces effets secondaires depuis la mise sur le marché français de la nouvelle formule en mars se sont multipliés, à tel point que le dossier est devenu un enjeu sanitaire majeur pour le gouvernement.

Après une intervention de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, l'ancienne formule du Levothyrox a fait son retour dans les pharmacies françaises le 2 octobre, en quantités limitées.

Depuis, l'ANSM a publié les résultats d'une enquête de pharmacovigilance sur le Levothyrox, qui conclut que les effets indésirables signalés depuis l'arrivée de la nouvelle formule sont dus à "un déséquilibre thyroïdien" causé par le changement de traitement et non à la nouvelle formule elle-même.

L'ANSM, qui indiquait au 15 septembre que près de 15.000 signalements avaient été reçus dans les centres régionaux de pharmacovigilance, ajoutait que le changement de formule pouvait "modifier l'équilibre hormonal et nécessiter un réajustement du dosage".

"On a changé un excipient et ça a complètement décuplé le principe actif chez une de mes clientes, par exemple, qui souffre d'hyperthyroïdie et est maintenant en hypothyroïdie!", a déploré Me Kaminsky.

Premier marché mondial avec trois millions d'utilisateurs, la France, secouée ces dernières années par plusieurs scandales sanitaires comme celui du Mediator, est aussi le premier pays où la nouvelle formule a été introduite.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Une boîte de l'ancienne version du Levothyrox, prise en photo à Paris, le 2 octobre 2017

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-