Sika et Saint-Gobain enterrent la hâche de guerre

Sika et Saint-Gobain enterrent la hâche de guerre

Publié le :

Vendredi 11 Mai 2018 - 07:38

Mise à jour :

Vendredi 11 Mai 2018 - 10:18
© ERIC PIERMONT / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

Saint-Gobain, le groupe suisse Sika et les héritiers du fondateur de l'entreprise ont trouvé vendredi un accord sur le rachat des parts de la famille, mettant fin à leur différend après s'être affrontés pendant plus de trois ans.

Dans un communiqué commun, les différentes parties ont annoncé avoir trouvé un accord global qui prévoit que Saint-Gobain rachète la holding Schenker-Winkler (SWH), l'entité qui représente les intérêts de la famille Burkard dans Sika, à la tête de près de 17% du capital.

Le géant français des matériaux de construction et SWH ont ensuite convenu de céder à Sika 6,97% du capital de l'entreprise.

Avec ce compromis, Saint-Gobain va obtenir 10,75% du capital de Sika et s'est engagé à maintenir sa participation à ce niveau pendant au moins deux ans. Le groupe va débourser 3,22 milliards de francs suisses (2,69 milliards d'euros) dans cette opération, soit 500 millions de francs de plus que ce qu'il avait proposé initialement aux actionnaires familiaux.

Sika va, lui, mettre 2,08 milliards de francs suisses sur la table pour racheter son propre capital.

Les deux entreprises prévoient désormais de collaborer dans leurs activités commerciales, tout en préservant l'indépendance de chacun, cet accord mettant un terme à leur litige. Toutes les procédures judiciaires en cours vont être abandonnées.

"C'est une issue très positive, tant d'un point de vue financier que stratégique", s'est félicité Pierre-André de Chalendar, le PDG de Saint-Gobain, cité dans le communiqué.

"Le conseil d'administration et le comité de direction de Sika saluent cette issue positive. Cette solution permet d'amorcer un nouveau chapitre de notre réussite", a de son côté déclaré Paul Hälg, le président de Sika.

Saint-Gobain, la famille Burkard et la direction de Sika, ainsi qu'une partie de son conseil d'administration, s'affrontaient depuis plus de trois ans autour d'une offre faite par le groupe français sur ce groupe de chimie de spécialités, actif dans les matériaux de construction, notamment dans les produits d'étanchéité.

- Trois ans de bataille -

En décembre 2014, Saint-Gobain avait proposé aux héritiers du fondateur de Sika de racheter leurs parts qui représentaient 16,4% du capital mais 52,6% des droits de vote.

En pratique, cette opération lui permettait de prendre le contrôle de l'entreprise sans avoir à lancer d'offre publique d'achat, ce à quoi s'opposait les dirigeants de Sika mais aussi de nombreux autres actionnaires.

Avec l'appui d'investisseurs internationaux, dont le Trust de la fondation Bill & Melinda Gates et le fonds Cascade (également contrôlé par le fondateur de Microsoft), ils s'étaient fermement opposés à l'opération.

Les différentes parties s'étaient opposées à coups de procédures devant les tribunaux mais aussi de résolutions durant les assemblées générales visant à bloquer les décisions de l'un ou l'autre camp.

Sika compte désormais convoquer une assemblée générale extraordinaire pour permettre à ses actionnaires de valider cet accord. Prévue pour le 11 juin, elle doit permettre de régler ce que constituait une des principales pierres d'achoppement dans ce différend, à savoir qu'à chaque action sera désormais rattachée un droit de vote.

Dans les premiers échanges, l'action Sika bondissait de 10,53%, à 8.295 francs suisses alors que le SMI, l'indice des valeurs phares de la Bourse suisse, s'appréciait de 0,08%. Le titre Saint-Gobain gagnait lui 2,18% à 45,03 euros, alors que le CAC40 se repliait de 0,14%.

"Sika va rester indépendant", a réagi Bernd Pomrehn, analyse chez Vontobel dans un commentaire boursier, jugeant qu'il s'agissait d'une "excellente nouvelle pour l'entreprise et ses actionnaires" avec cet accord "dans le meilleur intérêt de toutes les parties".

Dans un communiqué séparé, le fonds Cascade et le trust de la fondation Bill & Melinda Gates a salué ce "pas décisif" pour sortir de l'impasse, estimant qu'il s'agit "victoire importante pour les droits des actionnaires et les principes de bonne gouvernance d'entreprise".

Saint-Gobain et Sika concluent un accord mettant fin à leur différend


Commentaires

-