Wall Street, en pleine saison de résultats, ouvre en baisse

Wall Street, en pleine saison de résultats, ouvre en baisse

Publié le :

Lundi 22 Avril 2019 - 15:30

Mise à jour :

Lundi 22 Avril 2019 - 16:46
©DR
PARTAGER :

Par AFP - New York

-A +A

La Bourse de New York, de retour d'un long week-end, évoluait dans le rouge lundi à l'ouverture,les investisseurs restant prudents à l'entame d'une semaine riche en résultats d'entreprise.

Vers 14H25 GMT, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, cédait 0,28%, à 26.485,17 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 0,14%, à 7.986,62 points et l'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,12%, à 2.901,49 points.

Fermée vendredi à l'occasion des fêtes de Pâques, Wall Street avait évolué en dents de scie la semaine dernière au gré des publications trimestrielles: le Dow Jones a enregistré une hausse hebdomadaire de 0,6% et le Nasdaq de 0,2% tandis que le S&P 500 a cédé 0,1% sur la semaine.

Selon les analystes du cabinet FactSet, 78% des entreprises du S&P 500 ayant déjà dévoilé leurs résultats du premier trimestre ont dépassé les estimations des analystes en termes de bénéfice par action, l'indicateur de référence à Wall Street quand il s'agit de mesurer la santé d'une entreprise. Et 53% d'entre elles ont publié un chiffre d'affaires supérieur aux attentes.

Les analystes s'attendent maintenant à ce que l'ensemble des sociétés du S&P 500 fassent part d'un bénéfice par action en repli de 3,9%.

"Le S&P 500 évolue désormais à moins de 1% du record atteint en clôture le 20 septembre 2018 après après chuté de 19,8% entre le 20 septembre et le 24 décembre 2018", rappelle Sam Stovall de CFRA.

"En conséquence, beaucoup pensent que l'indice, qui a bondi de 23% en seulement quatre mois, s'est redressé trop rapidement", note-t-il.

Toutefois, ajoute-t-il, l'ampleur et la vitesse de ce rebond ne sont pas si surprenants puisqu'à chaque fois que la Bourse a perdu plus de 20% depuis la Seconde guerre mondiale, il a fallu en moyenne seulement quatre mois pour faire revenir l'indice à son niveau d'avant la chute.

Les acteurs du marché continueront cette semaine à scruter les résultats d'entreprises.

Ceux du groupe américain de produits d'hygiène de grande consommation Kimberly-Clark, qui a quasiment quintuplé son bénéfice net au premier trimestre, étaient bien reçus lundi, l'action bondissant de 6,77%.

Les investisseurs accueillaient plus fraîchement ceux du groupe de services pétroliers américain Halliburton (-0,13%), qui a fait part d'un bénéfice par action juste au-dessus des attentes.

- Véhicules autonomes de Tesla -

Le sous-indice regroupant les entreprises du secteur énergétique au sein du S&P 500 montait pourtant de 1,17% dans le sillage de la nette hausse des cours du pétrole après l'officialisation par la Maison Blanche de la fin des exemptions qui permettaient à huit pays l'achat de pétrole iranien malgré des sanctions américaines.

Plus tard dans la semaine seront notamment diffusés les résultats de Procter and Gamble, Twitter, Facebook, Microsoft, Amazon, Ford, Chevron et Tesla.

En attendant, le constructeur de véhicules électriques perdait 3,35% lundi alors son patron Elon Musk doit en fin de journée faire état, auprès d'investisseurs, des avancées du groupe en termes de véhicules autonomes.

Boeing, qui doit dévoiler mercredi ses résultats trimestriels et tiendra lundi prochain son assemblée générale annuelle, lâchait de son côté 0,88%. Englué dans une crise entourant son mono-couloir 737 MAX après deux tragédies rapprochées ayant fait au total 346 morts et conduit à l'immobilisation de cet appareil depuis plus d'un mois, un article du New York Times a fait surgir ce week-end de nouvelles interrogations sur sur son long-courrier 787 Dreamliner.

Le groupe d'agro-alimentaire Kraft Heinz montait de 1,27% après l'annonce du remplacement au 30 juin du directeur général Bernardo Hees par Miguel Patricio, auparavant chez Anheuser-Busch. Ce changement à la tête du groupe intervient quelques semaines après la communication par le groupe d'une dépréciation de 15,4 milliards de dollars sur certaines de ses marques.

La chaîne d'articles de maisons Bed Bath and Beyond reculait de 3,30% après l'annonce d'un remaniement important de son conseil d'administration comprenant notamment le départ de cinq administrateurs indépendants et des deux co-fondateurs de l'entreprise.

Le conseil d'administration va aussi former un comité dont la mission sera d'évaluer "tous les aspects de la transformation de l'activité, de la stratégie et de la structure de l'entreprise".

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt à 10 ans sur la dette américaine montait à 2,581% contre 2,560% jeudi à la clôture.

Municipale 2014


Commentaires

-