Wall Street: records sur les indices S&P 500 et Dow Jones, les banques en soutien

Wall Street: records sur les indices S&P 500 et Dow Jones, les banques en soutien

Publié le :

Jeudi 20 Septembre 2018 - 18:07

Mise à jour :

Jeudi 20 Septembre 2018 - 18:08
©DR
PARTAGER :

Par AFP - New York

-A +A

A Wall Street, l'indice S&P 500 et le Dow Jones évoluaient à des niveaux record jeudi peu après l'ouverture, soutenus par une nouvelle progression des banques et un rebond des valeurs technologiques, faisant également progresser le Nasdaq.

Vers 14H35 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, prenait 0,70%, à 26.591,12 points peu après être monté jusqu'à 26.654,19 points.

L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,56%, à 2.924,24 points, après avoir touché 2.927,23 points un peu plus tôt.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique avançait de 0,88%, à 8.019,74 points.

La place new-yorkaise avait fini en ordre dispersé mercredi, les valeurs bancaires profitant déjà à plein régime d'une forte tension sur les taux d'intérêt, tandis que les craintes liées à la guerre commerciale continuaient à s'estomper: le Dow Jones avait gagné 0,61% et le Nasdaq avait perdu 0,08%.

Ces records ont visiblement égayé Donald Trump, le président américain se réjouissant sur Twitter: "LE S&P 500 ATTEINT UN RECORD HISTORIQUE Félicitations aux Etats-Unis!".

"La récente hausse des taux d'intérêt sur la dette américaine soutient le secteur financier et le secteur technologique affiche un joli rebond" par rapport à la veille, ont observé les analystes de Charles Schwab.

JPMorgan Chase (+0,62%), Bank of America (+0,63%), Goldman Sachs (+0,59%) ainsi que l'ensemble des valeurs bancaires regroupées au sein du sous-indice dédié sur le S&P 500 (+0,36%) continuaient à bénéficier d'une forte tension sur les taux américain, cette situation favorisant leurs revenus.

Malgré une stabilisation peu après l'ouverture, le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans, référence sur le marché obligataire, s'affichait près de ses plus haut depuis mai à 3,069%, contre 3,063% mercredi à la clôture, celui à 30 ans évoluait à 3,207%, contre 3,210% à la précédente fermeture, et celui à deux ans connaissait jeudi un nouveau plus haut depuis 2008 à 2,818%.

- Déclin du yuan -

Le secteur technologique pouvait quant à lui compter sur ses mastodontes, Apple (+1,55%) et Facebook (+1,61%), portant les valeurs du secteur regroupées au sein du S&P 500 (+1,16%).

Quelques jours après un durcissement brutal de la guerre commerciale entre Pékin et Washington, les investisseurs relativisaient par ailleurs les conséquences, à l'instar de Patrick O'Hare de Briefing, qualifiant les craintes d'"exagérées".

De plus, "les investisseurs voient peut-être le déclin du yuan (la devise chinoise), en baisse de 5% par rapport à l'an dernier, comme un contrepoids aux sanctions" a affirmé Sam Stovall de CFRA.

Du côté américain, "la force dans le secteur de la consommation est souvent perçu comme un amortisseur aux conséquences des taxes douanières", a-t-il également noté.

Signe de l'accalmie, les multinationales Boeing et Caterpillar, sensibles aux soubresauts du commerce international, prenaient 0,91% et 1,54%.

Les indicateurs économiques se sont montrés positifs: les demandes d'allocation chômage se sont affichées cette semaine au plus bas depuis presque 50 ans et l'activité manufacturière de la région de Philadelphie a repris de l'élan en septembre.

Parmi les autres valeurs du jour, Comcast et Fox prenaient respectivement 0,19% et 0,54% alors que les deux prétendants au rachat du groupe de télévision Sky, devront dévoiler leur offre définitive à travers un mécanisme d'enchères très rarement utilisé, a annoncé jeudi le régulateur britannique.

Au lendemain d'un emballement à Wall Street pour les entreprises spécialisées dans le cannabis qui a fait gagner jusqu'à 93% à la société Tilray en séance, un frémissement agitait toujours le titre de cette même entreprise canadienne cotée à Wall Street (+5,17%), mais aussi des groupes Cronos (+3,85%) et Canopy Growth (+0,28%).

General Electric chutait (-3,58% à 12,39 dollars) après l'abaissement par les analystes de JPMorgan Chase de leur perspective sur le prix de l'action de 11 à 10 dollars.

Municipale 2014


Commentaires

-