Cambadélis à Mélenchon: "quand on est de gauche, on ne biaise pas" face au FN

Cambadélis à Mélenchon: "quand on est de gauche, on ne biaise pas" face au FN

Publié le :

Mercredi 26 Avril 2017 - 09:25

Mise à jour :

Mercredi 26 Avril 2017 - 10:00
© CHARLES PLATIAU / POOL/AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP

-A +A

Jean-Christophe Cambadélis (PS) a dit mercredi ne pas comprendre "du tout" Jean-Luc Mélenchon, qui n'a pas donné de consigne de vote pour le second tour de la présidentielle, affirmant que "quand on est de gauche, on ne biaise pas" face au FN.

"Quand on est de gauche, on ne biaise pas, on est immédiatement dans le combat contre le Front national", a affirmé le premier secrétaire du Parti socialiste sur France 2. "Pour moi la lutte contre le FN, quand on est de gauche est un réflexe spontané, ce n'est pas une introspection, une interrogation, une consultation".

"Quand on est un responsable politique du niveau qui est le sien, on ne biaise pas dans la lutte contre le FN. Non je ne le comprends pas du tout", a-t-il ajouté à propos de la position prise par Jean-Luc Mélenchon. "Comme on dit dans le langage sportif, il s'est désuni dans la dernière ligne droite".

Le leader de La France insoumise a fait le choix dimanche soir de ne pas donner la moindre consigne de vote dans le duel Macron-Le Pen, renvoyant à ses militants le choix de la conduite à tenir au second tour.

Jean-Christophe Cambadélis a estimé que Marine Le Pen "peut difficilement gagner parce qu’il y aura une forte mobilisation". "Ce que je crains, moi, lors du second tour, c’est une espèce de situation d’abstention générale", a-t-il ajouté. "Ca c'est très mauvais parce que c'est ce qui fait monter le FN".

M. Cambadélis a par ailleurs expliqué que le PS avait renoncé à diffuser un tract avec un visuel représentant la candidate du FN en habit présidentiel, barré de la mention "ça jamais", parce que "beaucoup de responsables PS ne veulent pas diffuser la tête de Marine Le Pen". "Donc on fera un tract avec simplement la photo de la République".

Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, à Paris, le 17 mars 2017

Commentaires

-