Macron dénonce "les affaires" et défend son "projet pour la ruralité"

Macron dénonce "les affaires" et défend son "projet pour la ruralité"

Publié le :

Samedi 25 Février 2017 - 19:39

Mise à jour :

Samedi 25 Février 2017 - 19:49
© DIARMID COURREGES / AFP
PARTAGER :

Par AFP

-A +A

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle d'En marche!, a défendu samedi à Saint-Priest-Taurion (Haute-Vienne) son "projet pour la ruralité", et s'est démarqué de ses adversaires englués dans "les affaires", François Fillon (LR) et Marine Le Pen (FN).

Dans cette petite commune de 3.000 habitants, l'ex-ministre de l'Economie a été accueilli aux cris de "Macron président!" par un bon millier de sympathisants. Il leur a dit en préambule: "je voulais venir ici car je voulais que l'on puisse parler du quotidien, de la réalité des Français, dont on parle peu dans cette campagne tant certains sont occupés par leurs +affaires+".

Son rival François Fillon (Les Républicains), est visé par une enquête confiée à des juges d'instruction sur les emplois présumés fictifs de sa famille. La candidate du Front national (FN), Marine Le Pen, a quant à elle refusé de répondre à une convocation de la justice dans une enquête sur des soupçons d'emplois fictifs visant son parti.

"C'est un contexte auquel je n'arrive pas à m'accoutumer. La campagne présidentielle ne peut être réduite à un débat sur +faut-il ou pas une trêve?+, un débat sur l'impartialité des juges et des médias", a lancé le candidat d'En Marche! sous les applaudissements.

"Fillon et Le Pen pourront bientôt faire du co-voiturage pour se rendre ensemble chez le juge d'instruction!", avait auparavant ironisé, à la tribune, Richard Ferrand, député PS du Finistère et secrétaire général d'En Marche!.

Emmanuel Macron a ensuite décliné son "projet pour la ruralité" autour de "trois priorités : investir, libérer, protéger". "Trois batailles" à gagner, selon lui, "dans 5-10 ans" pour réussir "la réconciliation des territoires et des concitoyens".

Il propose notamment "partout où il y a des Métropoles que l'on supprime les Départements. Tandis qu'on les conforte dans les territoires ruraux". Sur la fracture numérique qui pénalise fortement la France rurale, M. Macron a souligné que "la fibre ça marche très bien ...dans les zones très très rentables", ce qui n'est "pas le cas du rural". "C'est pourquoi, a-t-il ajouté, l'Etat prendra la main dans les zones non rentables et fera lui-même".

Puis, en conclusion, un message de soutien à la France rurale: "vivre du juste prix payé, c'est cela que je veux pour nos agriculteurs".

En fin de meeting, M. Macron a inauguré un échange de questions-réponses avec la salle, un exercice qu'il renouvellera lors d'un prochain meeting "dans un de nos territoires, en duplex avec une cinquantaine de villes".

Après avoir fait alliance avec le président du Modem François Bayrou, il devrait dîner dimanche avec Jean-Louis Borloo, ex-président de l'UDI, autre parti centriste, selon des proches des deux hommes. Samedi soir le candidat d'En marche! s'est refusé à tout commentaire sur ce point.

Emmanuel Macron, le candidat à la présidentielle d'En marche! le 25 février 2017 à Brive-la-Gaillarde


Commentaires

-