Affaire Ferrand: l'association Anticor dépose plainte à Paris pour relancer l'enquête

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Affaire Ferrand: l'association Anticor dépose plainte à Paris pour relancer l'enquête

Publié le 09/11/2017 à 07:01 - Mise à jour à 09:35
© Thomas SAMSON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Le président de l'Assemblée nationale François de Rugy (LREM) s'est demandé jeudi si l'association anti-corruption Anticor "ne faisait pas perdre du temps à la justice" après la plainte déposée par l'association anticorruption pour relancer l'enquête qui visait le chef de file des députés LREM Richard Ferrand.

"Il faut peut-être savoir s'arrêter, quand même", a réagi M. de Rugy sur franceinfo.

"Il y a eu des accusations portées par la presse contre Richard Ferrand. Il s'en est expliqué immédiatement, il ne s'est pas muré dans le silence. Il y a une procédure qui est enclenchée (...) et à la suite de cette enquête, le procureur, qui a livré une analyse publique, a dit il n'y a pas matière à poursuite".

"Et là une association, qui est agréée --elle a le droit de le faire, je ne lui conteste évidemment pas ce droit-- dit: nous ne sommes pas d'accord avec l’interprétation du procureur. Et nous saisissons un autre procureur, celui de Paris, pour espérer qu'il y ait une nouvelle enquête".

"Est-ce qu'on n'est pas en train de faire perdre du temps à la justice simplement pour faire entretenir l'idée, parce que c'est quand même ça qu'il y a derrière, qu'à partir du moment où il y a une accusation, il doit y avoir une condamnation ?", s'est interrogé M. de Rugy.

"Il faut se dire que la bonne justice, c'est que l'on fait les enquêtes, que la justice établit les faits. S'il y a matière à poursuite ou pas, et là, il n'y a pas matière à poursuite", a conclu le député LREM de Loire-Atlantique.

La plainte d'Anticor avec constitution de partie civile a été déposée mercredi auprès du doyen des juges d'instruction du pôle financier de Paris.

Elle vise à obtenir la désignation - quasi-automatique - d'un magistrat pour enquêter sur l'affaire du bien immobilier acquis par la compagne de Richard Ferrand et loué ensuite aux Mutuelles de Bretagne, dont il était alors le directeur général.

Également révélée par France Inter, la plainte porte sur des faits présumés de "prise illégale d'intérêts", recel et complicité de ce délit, a précisé l'avocat Jérôme Karsenti.

Le parquet de Brest avait annoncé le 13 octobre le classement de l'enquête, au regard notamment de la prescription de cette éventuelle infraction.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Richard Ferrand (c) à l'Assemblée nationale, le 25 octobre 2017 à Paris.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-