Au Park Hyatt Vendôme, le conflit toujours dans l'impasse

Au Park Hyatt Vendôme, le conflit toujours dans l'impasse

Publié le :

Mercredi 24 Octobre 2018 - 16:17

Mise à jour :

Mercredi 24 Octobre 2018 - 16:24
© - / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

Alors que leur mouvement dure depuis un mois, les grévistes du Park Hyatt Vendôme à Paris ne voyaient toujours pas d'issue au conflit mercredi, aucune discussion n'ayant été engagée jusqu'à présent ni avec l'hôtel ni avec le prestataire de nettoyage STN.

Devant le palace de la rue de la Paix, une trentaine des quelque 80 grévistes - majoritairement des salariés de STN, mais aussi des employés de l'hôtel - s'encouragent au rythme de la sono, rescapée d'une nouvelle opération de la police "venue ce (mercredi) matin confisquer notre matériel", s'indigne Clize, cuisinière pour les employés.

En grève depuis le 25 septembre à l'appel de la CGT pour obtenir notamment l'embauche directe par l'hôtel des salariés de STN (femmes et valets de chambre, gouvernantes...) et des augmentations de salaire pour les employés de l'hôtel, ils se disent "prêts à continuer jusqu'au bout". Et voient du dédain dans l'absence de négociation.

"Au moins, qu'ils s'assoient pour discuter. Après, nous les grévistes, on décidera" de reprendre le travail ou pas, dit l'une des femmes de chambre tenant le piquet de grève devant l'hôtel. "Là, on se dit que c'est du mépris".

Selon la CGT, une réunion, la première, avait bien été programmée le 10 octobre, mais elle a été annulée "à l'initiative de la direction" du palace. Puis, le 12 octobre, les grévistes ont été délogés par les forces de l'ordre, avant de réinvestir les lieux.

Depuis, la direction de l'hôtel met en avant les "troubles" causés par les grévistes - notamment le bruit - pour refuser d'ouvrir des discussions.

"Aucune réunion ne peut être mise en oeuvre tant que la CGT privilégiera les troubles à l'ordre public", avait indiqué le palace la semaine dernière. Une position réaffirmée mercredi.

"Les conditions ne sont pas réunies pour se mettre autour de la table", a indiqué la direction à l'AFP.

"Aucune négociation ne peut commencer par des préalables", rétorquent les syndicats CGT et CGT-HPE (Hôtels de prestige et économiques). "On négocie d'abord, après on voit", insiste Tiziri Kandi (CGT-HPE).

Quant à STN, l'entreprise avait souhaité la semaine dernière "une réunion avec toutes les parties prenantes". Mais rien n'a été proposé, disent les grévistes.

Pour "fêter le premier mois de grève", un "dîner de solidarité" est organisé jeudi soir devant le palace. Les fonds recueillis serviront à alimenter la caisse de grève.

Des employés de l'hôtel Park Hyatt Paris Vendôme font grève, le 10 octobre 2018 à Paris


Commentaires

-