Benalla: Collomb ne connaissait "ni son nom, ni ses fonctions", selon Girier

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Benalla: Collomb ne connaissait "ni son nom, ni ses fonctions", selon Girier

Publié le 30/07/2018 à 14:23 - Mise à jour à 14:34
© GERARD JULIEN / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Le chef de cabinet de Gérard Collomb, Jean-Marie Girier, a affirmé lundi à la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla que son ministre ne connaissait de l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron "ni son nom, ni son prénom, ni ses fonctions", confortant des déclarations du ministre.

"Il le connaissait de vue, il ne connaissait ni son nom, ni son prénom, ni ses fonctions", a affirmé ce proche du ministre de l'Intérieur et ancien directeur de campagne d'Emmanuel Macron. Lors de son audition M. Collomb avait rappelé à plusieurs reprises qu'il avait croisé Alexandre Benalla mais pensait qu'il était "policier".

Le 1er mai, lors d'une visite de la salle de commandement de la préfecture de police (PP) de Paris, M. Collomb "n'a pas fait d'accolade à M. Benalla, il l'a salué comme toutes les personnes présentes", après les manifestations, a précisé lundi son chef de cabinet. Se basant sur une note de la PP, le Canard enchaîné avait évoqué une "accolade" entre les deux hommes ce jour-là. Celle que l'AFP a pu consulter un simple "salut".

Jean-Marie Girier, quant à lui, a fait la connaissance d'Alexandre Benalla "pendant la campagne électorale" d'Emmanuel Macron mais affirme ne pas l'avoir recruté dans l'équipe de sécurité du candidat.

"Je n'ai pas recruté Alexandre Benalla", "j'ai été avisé de son embauche", a déclaré M. Girier. "M. Benalla a été recruté en décembre 2016, j'ai pris mes fonctions de directeur de campagne au 1er janvier", a-t-il détaillé.

"Au cours de la campagne, j'ai appris à le connaître, notre relation est tout à fait cordiale et je n'ai eu aucune remarque négative à formuler ni sur son engagement, ni sur son comportement, ni sur la qualité de son travail", a-t-il ajouté.

"Je n'ai pas été saisi et je n'avais pas mon mot à dire sur le recrutement de M. Benalla à l'Elysée", a assuré le chef de cabinet de M. Collomb.

"Depuis son entrée en fonction à l'Elysée j'ai eu des contacts réguliers avec lui", a-t-il dit, dans le cadre de "réunions" ou de "déplacements" mais "M. Benalla n'a bénéficié d'aucun traitement privilégié par mon intermédiaire", a insisté Jean-Marie Girier.

Il s'est dit "particulièrement surpris" du comportement de M. Benalla sur la vidéo prise le 1er mai où ce dernier moleste deux manifestants. "Je dois vous dire que le 2 mai au matin lorsque j'ai découvert la vidéo, je l'ai regardé plusieurs fois pour y croire parce que la personne que j'ai connue pendant la campagne électorale était en aucun cas violente (...) c'était au contraire quelqu'un qui savait gérer son stress et garder son calme".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Jean-Marie Girier, chef de cabinet de Gérard Collomb, photo du 30 juillet 2018

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-