Benalla et Crase libérés faute de certitude sur la violation de leur contrôle judiciaire

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Benalla et Crase libérés faute de certitude sur la violation de leur contrôle judiciaire

Publié le 28/02/2019 à 19:57 - Mise à jour à 20:04
© Alain JOCARD, Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Les magistrats qui ont remis en liberté Alexandre Benalla et Vincent Crase mardi ont estimé que les enregistrements publiés par Mediapart ne prouvaient pas avec certitude à ce jour que les deux hommes avaient violé leur contrôle judiciaire, a appris jeudi l'AFP de source proche.

L'ex-collaborateur du président Emmanuel Macron et l'ancien salarié de la République en marche avaient été placés en détention provisoire le 19 février sur la base d'enregistrements clandestins d'une conversation entre eux datée du 26 juillet.

Or, depuis le 22 juillet, les deux hommes avaient interdiction d'entrer en contact, en vertu des obligations de leur contrôle judiciaire imposé après leur mise en examen dans l'enquête sur les violences commises en marge du défilé du 1er-Mai à Paris.

"Il existe des indices concordants d'une rencontre (...) qui, en considération de leur nature, ou des conditions dans lesquels ils ont été recueillis, ou de leur caractère provisoire et hypothétique, ne permettent pas d'établir le caractère certain de la violation alléguée", conclut la décision des magistrats de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, selon cette source, confirmant une information de CNews.

La défense des deux hommes avait fait valoir à l'audience mardi que l'expertise des enregistrements, publiés le 31 janvier par Mediapart puis remis à la justice, étaient toujours en cours.

"On nous donne des extraits sonores dont on ne sait rien quant à l'origine, l'intégrité, l'authenticité", avait déclaré mardi Me Christian Saint-Palais, avocat de Vincent Crase.

La défense d'Alexandre Benalla a déposé une plainte le 14 février pour "détention illicite d'appareils ou dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d'interceptions", "atteinte à l'intimité de la vie privée", "atteinte à la représentation de la personne" et "faux". M. Crase a lui aussi porté plainte.

Début février, le parquet de Paris avait déjà chargé la Brigade criminelle d'une enquête sur les conditions et l'origine de ces mystérieuses captations.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Alexandre Benalla et Vincent Crase avaient été placés en détention provisoire le 19 février sur la base d'enregistrements clandestins

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-