Copies du bac: "On ne peut pas prendre nos enfants et leurs familles en otage", déclare Macron

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Copies du bac: "On ne peut pas prendre nos enfants et leurs familles en otage", déclare Macron

Publié le 07/07/2019 à 16:41 - Mise à jour à 20:04
© ludovic MARIN / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

"On ne peut pas prendre nos enfants et leurs familles en otage", a jugé dimanche Emmanuel Macron à propos des enseignants qui avaient refusé de faire remonter des notes des copies du Bac.

"Je respecte la liberté d'opinion, la liberté syndicale, mais à la fin des fins, on ne peut pas prendre nos enfants et leurs familles en otage", a-t-il commenté dans un entretien sur France Info.

"Je pense que le ministre a eu la bonne réaction", a-t-il ajouté, en référence à la décision de Jean-Michel Blanquer de faire attribuer aux élèves des notes provisoires issues du contrôle continu. "Quand on est enseignant on a des droits mais aussi des devoirs". "Quand un examen est attendu avec angoisse", "notre devoir à tous est d'être au rendez-vous".

"Il peut y avoir des désaccords, évidemment le droit de grève, de manifestation seront préservés, j'y tiens beaucoup, je le dis avec beaucoup de respect pour ceux qui expriment ces désaccords. Mais en aucun cas ces désaccords ne peuvent se faire en prenant en otage nos jeunes, dans un moment qui est toujours un moment d'angoisse et extrêmement important pour leurs familles", a-t-il répété.

Quelques élèves ont eu des résultat provisoires, "une toute petite minorité" mais "je veux les rassurer, les choses sont sous contrôle du ministre".

Il a tenu cependant à rendre hommage aux enseignants dans leur ensemble et promis de se pencher sur le niveau de leur rémunération.

"99% de celles et ceux qui font chaque jour l'Education nationale ont ce sens du devoir", a déclaré le chef de l'Etat, avec parfois "des rémunérations, je le sais, qui ne sont pas pas satisfaisantes - et c'est un chantier qu'on veut ouvrir - des conditions matérielles parfois très dures. Ils sont là, enseignent, éduquent, les savoirs fondamentaux, les valeurs, accompagnent nos jeunes. C'est le plus beau métier (...) Je ne veux pas le laisser salir, écorner", a-t-il conclu.

Le chef du Modem, François Bayrou, membre de la majorité présidentielle, a plaidé pour des sanctions. "Il faut que le ministre de l'Éducation nationale examine la situation et moi, je ne comprendrais pas qu'il n'y ait aucune sanction", a déclaré l'ex-ministre de l'Education dimanche soir à LCI.

Selon lui, "leur attitude est inacceptable". "Ces professeurs qui ont refusé de rendre les notes, en effet, créant des situations pour les élèves qui sont inextricables et provoquant des dégâts pour la suite, il faut les sanctionner".

"Ce qu'ils ont fait, c'est le contraire de la vocation d'un enseignant (...) Ils ont porté atteinte à leur métier, ils ont porté atteinte à l'image des enseignants et c'est une image qui est suffisamment attaquée pour qu'on veille tous à la maintenir", a ajouté l'agrégé de lettres classiques.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Le président Emmanuel Macron.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-