Corse : l'un des deux sites d'enfouissements des déchets partiellement bloqué

Corse : l'un des deux sites d'enfouissements des déchets partiellement bloqué

Publié le :

Lundi 20 Août 2018 - 12:18

Mise à jour :

Mardi 21 Août 2018 - 06:51
© Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
PARTAGER :

Par AFP - Ajaccio

-A +A

L'un de deux sites d'enfouissement des déchets de Corse est partiellement bloqué depuis lundi matin à l'initiative d'élus locaux qui estiment faire les frais de l'absence de solution globale à la question des ordures sur l'île.

La réunion organisée dans l'après-midi avec notamment les élus locaux, l'exécutif de Corse, dirigé par les nationalistes, et l'Etat n'a pas permis lundi soir de trouver d'accord autour de la gestion des déchets, problème lancinant sur l'île depuis une vingtaine d'années, ont annoncé leurs participants.

Le blocage partiel du centre technique d'enfouissement de Prunelli di Fium’Orbu (Haute-Corse) est maintenu jusqu'à une réunion des élus de l'intercommunalité prévue mardi après-midi, a indiqué le maire Pierre Siméon de Buochberg. Depuis 8 heures du matin, seuls les camions de l'intercommunalité peuvent pénétrer sur le site.

Sans incinérateur sur son territoire, l’île de Beauté ne dispose que de deux centres d'enfouissement techniques (CET), à Viggianello (Corse-du-Sud) et Prunelli di Fium’Orbu.

Chaque année, ces sites voient leur capacité administrative de stockage accrue par arrêté préfectoral. Ces dérogations sont présentées comme provisoires, dans l’attente que des sites soient trouvés pour héberger de nouveaux CET.

Depuis trois ans, le site de Prunelli di Fium’Orbu a ainsi vu sa capacité passer de 43.000 à 60.000 tonnes par an. Une augmentation que les élus locaux ont dénoncée à l'unanimité, demandant de s'en tenir à la capacité prévue à l'origine: "Aujourd'hui on a atteint 40.000 (tonnes), et il ne reste donc que 3.000 tonnes à enfouir", a souligné le maire.

Le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, a demandé lundi que l'augmentation du tonnage perdure trois années supplémentaires, alors qu'un plan vise à réduire de 60% les déchets à enfouir d’ici 2021.

"Il y aura une période transitoire de trois ans où la production des déchets de l’île sera supérieure aux capacités d’enfouissement de l'île. Nous sommes donc obligés de demander des efforts aux deux centres en fonctionnement en attendant des solutions alternatives", a déclaré à l'AFP, Gilles Simeoni, à l'issue de la réunion.

Le maire de Prunelli di Fium’Orbu a pour sa part demandé "des garanties fortes" sur l'application de ce plan ainsi que des "investissements pour le développement routier, numérique et en matière de santé" du territoire. "Des propositions en ce sens seront élaborées mardi et transmises au conseil exécutif. Leur prise en compte décidera de la levée du blocage", a-t-il prévenu.

"On sait que les élus et les populations des territoires veulent des garanties sur le court, moyen et long terme. Cela ne peut se construire que de façon progressive. C’est une relation de construction partagée où chacun fait des efforts et donne des gages", a souligné M. Simeoni.

Le centre d'enfouissement de déchets de Viggianello, à Propriano, le 27 avril 2018


Commentaires

-