Décès de Julien Lauprêtre, artisan clé du Secours populaire

Décès de Julien Lauprêtre, artisan clé du Secours populaire

Publié le :

Vendredi 26 Avril 2019 - 14:46

Mise à jour :

Vendredi 26 Avril 2019 - 20:20
©DR
PARTAGER :

Par Romain FONSEGRIVES - Paris (AFP)

-A +A

La "générosité faite homme": Julien Lauprêtre, à la tête du Secours populaire depuis plus de 60 ans, est décédé vendredi à 93 ans, suscitant un hommage unanime du monde associatif et politique, jusqu'au sommet de l'Etat, à la mémoire de ce "grand combattant contre la pauvreté".

L'association a annoncé sa mort vendredi "dans un hôpital parisien des suites d'une chute". "Plus qu'un président, c'est un ami que tous les membres du Secours populaire ont perdu aujourd'hui", a-t-elle estimé dans un communiqué.

Figure du milieu caritatif français, ancien résistant élevé au rang de grand officier de la Légion d'honneur en 2017 par Emmanuel Macron, Julien Laupretre avait été élu à la tête du Secours populaire en 1955, à une époque où l'association n'était encore qu'une petite structure du Parti communiste.

En plus de six décennies à sa tête, cet artisan miroitier en a fait l'une des associations les plus connues des Français, aux côtés des Restos du Cœur.

Outre l'aide alimentaire, il avait notamment mis les enfants au cœur des actions du Secours populaire. Pères Noël verts, Chasses aux œufs et "Journées des oubliés des vacances" sont devenus les emblèmes du mouvement qui compte un million de membres et 80.000 bénévoles.

L'Elysée a salué "un éveilleur de conscience, un pourfendeur d'indifférence et un porte-parole des pauvres auprès des pouvoirs publics".

"Julien Lauprêtre était tout entier cette main tendue de la générosité et ces ailes de l'espérance qui forment l'emblème de l'association", a poursuivi l'Elysée.

Même tonalité chez le Premier ministre Edouard Philippe: "La France perd un pilier de la lutte contre la pauvreté, porte-voix des plus démunis, en particulier des enfants", a-t-il tweeté.

Pour Christophe Robert, le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, "c'est quelqu'un qui ne lâchait rien et qui avait une constance remarquable dans la lutte contre l'exclusion."

"De la question alimentaire jusqu'à celles des vacances, on mesure bien avec son action ce que veut dire la pauvreté: le sentiment d'être hors-jeu, de ne pas pouvoir faire comme les autres", a-t-il ajouté auprès de l'AFP.

"Le président du Secours populaire était un abbé Pierre laïc (...) et un compagnon chaleureux", a quant à lui réagi le directeur du quotidien l'Humanité, Patrick Apel-Muller.

Pour l'adjoint communiste à la mairie de Paris, Ian Brossat, "Il était la générosité faite homme".

- "Irremplaçable" -

"La plus grande récompense, ce sont les yeux des gosses qui brillent", confiait M. Lauprêtre à l'AFP en 2015. Un peu voûté par les années, il restait corpulent et vigoureux et n'envisageait pas de passer la main.

Vendredi, les hommages dépassaient largement les sphères communistes et associatives.

"Julien Lauprêtre était un homme de résistance, qui a lutté toute sa vie contre l'injustice et qui a consacré sa vie à la solidarité", a salué le ministre du Logement, Julien Denormandie. "Son engagement restera pour nous un exemple qu'il faut poursuivre."

"Il restera irremplaçable dans mon cœur comme au Secours populaire", a tweeté Valérie Trierweiler, une des marraines de l'association, se disant "tellement, tellement triste". En 2016, deux ans après sa rupture avec François Hollande, l'ex-Première dame avait posé avec M. Lauprêtre en une du magazine VSD, sous le titre: "Mon président de cœur".

"Tous ceux qui ont connu Julien Lauprêtre se souviendront de son humanité exceptionnelle et de sa capacité à éveiller les consciences en faveur de la solidarité, de la justice sociale et de la protection de l'enfance", a jugé la maire de Paris, Anne Hidalgo, sur Twitter.

Pour le chef de file de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, "le Secours populaire et les pauvres perdent leur voix majeure avec le décès de Julien Lauprêtre. Condoléances émues et reconnaissantes", a-t-il tweeté.

Le maire LR de Nice Christian Estrosi a pour sa part salué "un combattant de l'espoir, de la solidarité et de la dignité".

Municipale 2014


Commentaires

-