Européennes: la majorité préfère voir le verre à moitié plein

Européennes: la majorité préfère voir le verre à moitié plein

Publié le :

Dimanche 26 Mai 2019 - 21:23

Mise à jour :

Dimanche 26 Mai 2019 - 22:34
© ludovic MARIN / AFP
PARTAGER :

Par Jérémy MAROT - Paris (AFP)

-A +A

Plutôt que ressasser d'avoir été dépassée par le Rassemblement national, la majorité présidentielle se réjouit d'avoir préservé un "bon score" dimanche aux européennes, sans triomphalisme, au terme d'une campagne qui n'aura jamais vraiment décollé.

"Un score honorable", dixit l'Elysée, évalué selon les estimations entre 21,9 et 22,9% des voix, derrière le RN de Marine Le Pen, qui obtient entre 23 et 24,2% des suffrages.

"C'est un très beau résultat qui consolide le président de la République et la majorité", estime le ministre de l'Economie Bruno Le Maire en se félicitant qu'il soit "à quelques points du score du premier tour de la présidentielle" (24%).

Le Premier ministre Edouard Philippe a certes accueilli les résultats "avec humilité", estimant que "quand on termine deuxième à une élection, on ne peut pas dire qu'on a gagné".

Mais dans l'ensemble, la majorité a préféré distiller dimanche soir des messages positifs, se félicitant d'avoir tenu le bras de fer face au parti de Marine Le Pen. A l'image des militants présents à La Mutualité qui ont salué par quelques "vivats" et des "Nathalie, Nathalie!" l'annonce des résultats.

"Il y a une pointe de déception de ne pas être en tête mais aussi une pointe d'optimisme car on obtient un score non négligeable avec une participation très élevée", plaide le N.2 de La République en marche (LREM) Pierre Person. "Et c'est une satisfaction au regard du score des partis traditionnels", note-t-il, constatant l'effondrement de LR, du PS mais aussi de la France insoumise.

Cette communication marque pourtant une nette inflexion au leitmotiv martelé pendant la campagne: finir devant le RN. Emmanuel Macron avait, lui-même, annoncé la couleur en affirmant qu'il mettrait "toute (son) énergie pour que le Rassemblement national ne soit pas en tête le 26 mai".

Même relatif, l'échec de la liste présidentielle interroge le manque de souffle de la campagne de LREM et de ses alliés du MoDem, Agir et Mouvement radical, alors qu'Emmanuel Macron avait fait de la question européenne un marqueur de son succès en 2017.

"Les électorats se sont structurés par rapport à des questions posées au début de la campagne, c'est-à-dire soit un référendum anti-Macron pour les oppositions, soit un référendum pour ou contre l'Europe pour nous. Et ils sont restés là-dessus", analyse le directeur de campagne Stéphane Séjourné.

"J'ai l'impression qu'il y a une forme d'épuisement national après les six mois de gilets jaunes", se désolait en privé Mme Loiseau.

La volonté de polariser le scrutin dans un match face au RN a également pu se révéler contre-productif.

- Macron "sauve les meubles" -

"Comme Emmanuel Macron a installé Marine Le Pen comme principale opposante, il a offert un débouché politique à une partie de la population qui, au lieu de se disperser sur des listes d'opposition, s'est concentrée sur Marine Le Pen, présentée comme adversaire la plus déterminée de Macron", décrypte le politologue Jérôme Fourquet.

Persuadée que les européennes permettraient de poursuivre le mouvement de recomposition politique, la majorité a aussi ciblé l'électorat écologiste et de centre-droit, susceptible d'élargir son socle. Quitte à oublier le noyau historique des Marcheurs?

"Ce que l'on a perdu, c'est notre électorat de centre-gauche, CFDTiste, pro-PMA, pro-LGBT, pro-dialogue social", se lamente un ministre.

Outre une entrée en mêlée plus tardive que ses concurrents - le programme n'a été dévoilé que le 8 mai - le choix de Mme Loiseau pour diriger la liste sera également disséqué: révélation de sa présence sur une liste d'extrême droite lors d'élections étudiantes et maladresses verbales ont entaché sa partition.

L'ancienne ministre des Affaires européennes "connaît très bien les dossiers. Mais la question c'est: +Est-ce que c'est ça que les gens attendent pour voter ? Pour une tête de liste, il faut avoir une histoire à raconter+...", glisse, dubitatif, un poids lourd de la majorité.

Quant à l'implication d'Emmanuel Macron, qui a multiplié les sorties dans la dernière ligne droite, elle "a permis à LREM de sauver les meubles", assure M. Fourquet. "Mais notre faiblesse est qu'il soit toujours notre seul agent mobilisateur", s'inquiète un cadre du parti.

Nathalie Loiseau le 26 mai 2019 à l'annonce des résultats des élections européennes


Commentaires

-