"Gilets jaunes" à Paris: chaos sur les Champs-Elysées

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

"Gilets jaunes" à Paris: chaos sur les Champs-Elysées

Publié le 24/11/2018 à 17:22 - Mise à jour à 18:45
© Bertrand GUAY / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Céline AGNIEL et Sarah BRETHES - Paris (AFP)

-A +A

Barricades incendiées, fumée noire, feux tricolores arrachés, pavés descellés, canons à eau... Envahi de gaz lacrymogène, le quartier des Champs-Elysées a été le théâtre d'incidents violents lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris.

Dès la matinée, des groupes de "gilets jaunes" ont convergé vers la capitale, pour beaucoup venant de banlieue ou de province sans trop savoir exactement où se rassembler.

La manifestation n'avait été autorisée qu'au Champ-de-Mars, entouré de barrières et ceinturé de forces de l'ordre.

De petits groupes épars, gilet fluo sur le dos, ont rapidement afflué vers l'avenue, barrée par des cordons de CRS et de gendarmes mobiles à partir du rond-point des Champs-Elysées jusqu'à la Concorde.

"Macron démission", "Macron, rends le pognon" et Marseillaise répondaient aux sirènes des forces de l'ordre.

Très vite, un cordon policier est dépassé par la marée jaune qui veut rallier la Concorde, décrétée zone interdite. "C'est n'importe quoi, on n'a pas d'ordre", peste un policier casqué, bras au ciel.

- "Souviens-toi de 1789" -

Les manifestants espèrent pouvoir s'approcher de l'Elysée en descendant la célèbre avenue, encore pleine de touristes et de badauds. Peine perdue. Au rond-point des Champs-Elysées, frontière infranchissable, le cordon policier tient cette fois.

Mais la situation dégénère très vite: de jeunes gens au visage souvent masqué par des foulards et capuches, disséminés dans le cortège, font face aux forces de l'ordre, essayant d'aller au contact.

Tirs de grenades lacrymogènes et jets des canons à eau répondent aux tirs de mortiers d'artifice et jets de projectile de toutes sortes: bouteilles, pavés, planches... La place est envahie par les fumées irritantes. Les manifestants fuient dans les rues adjacentes ou reculent vers l'Arc de Triomphe.

"On s'est déplacé exprès d'Isère ce matin, lâche avec dépit Christophe, 49 ans, venu avec son épouse. On vient juste manifester pacifiquement et on se fait gazer... On voit comment on est reçu à Paris !"

Derrière le couple, les explosions de grenades, de pétards, de mortiers s'enchaînent, les canons à eau repoussent la foule vers le haut des Champs-Elysées.

"Vous êtes là pour nous, messieurs, il faut que vous soyez avec nous maintenant", tente Laetitia Dewalle, porte-parole des "gilets jaunes" dans le Val-d'Oise, à genoux sur la chaussée devant les gendarmes mobiles.

Sur la place, des barrières métalliques de chantier sont arrachées pour servir de barricades improvisées au milieu de "la plus belle avenue du monde". Des projectiles pleuvent sur les casques et boucliers des CRS ou gendarmes mobiles. Ces derniers chargent à plusieurs reprises.

En fin de matinée, le rond-point est évacué, petit à petit les manifestants refluent vers l'Arc-de-Triomphe.

Franck, 54 ans, un ex-commercial au chômage depuis quelques mois venu de Seine-Saint-Denis, semble déçu par la mobilisation, plus faible que le week-end dernier. "On devrait être beaucoup plus nombreux à montrer notre mécontentement par rapport à ce que fait le gouvernement. (Macron) laisse pas parler les Français, il fait de la dictature ni plus ni moins", ajoute le quinquagénaire, pancarte "Souviens-toi de 1789" sur l'épaule.

Plus bas sur l'avenue, une cabine de chantier renversée sur la chaussée brûle. Une terrasse couverte d'une chaîne de boulangerie s'enflamme à son tour. C'est l'un des rares commerces de l'avenue qui sera touché.

Auteur(s): Par Céline AGNIEL et Sarah BRETHES - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Manifestation des "gilets jaunes" à Paris le 24 novembre 2018

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-