Irma: la sécurité maîtrisée à Saint-Martin, 572 gendarmes encore sur place

Irma: la sécurité maîtrisée à Saint-Martin, 572 gendarmes encore sur place

Publié le :

Vendredi 13 Octobre 2017 - 23:58

Mise à jour :

Samedi 14 Octobre 2017 - 00:00
© Helene Valenzuela / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP

-A +A

Plus d'un mois après l'ouragan Irma, 572 gendarmes sont positionnés à Saint-Martin, et "resteront autant que nécessaire", a annoncé vendredi le lieutenant-colonel Sébastien Manzoni, commandant des forces de gendarmerie sur place, expliquant que la délinquance et l'insécurité étaient actuellement quasi nulles dans l'île.

Avant l'ouragan, 180 gendarmes étaient présents à Saint-Martin. Au plus fort du déploiement, ils étaient près de 800. Aujourd’hui, les forces comptent 572 hommes "qui resteront autant que nécessaire. Les effectifs vont décroître mais le volume qui restera à terme sera tout de même supérieur à celui présent avant Irma", a indiqué le lieutenant-colonel Manzoni, lors d'un bilan devant la presse.

Du fait de cette présence massive, la délinquance et l’insécurité sont quasiment nulles sur l’île, a-t-il dit.

Après une mission de secours à la population juste après le passage de l'ouragan, les gendarmes ont ensuite sécurisé le territoire "en six secteurs selon une structure d’Etat major type Otan jamais déployée en France avant", a indiqué le chef des gendarmes.

Selon lui, durant toute la période post-Irma, aucun fait de violence aux personnes n’a été commis, "contrairement aux rumeurs qui avaient circulé sur l'existence de bandes armées commettant des violences aux personnes, des vols (dans les habitations, ndlr) ou autres viols".

Mais il y a eu cependant des pillages de commerces ou d'entreprises. La phase d’interpellation des auteurs de vols et recels est intervenue quatre jours après Irma, a-t-il précisé. Depuis, 200 perquisitions ont eu lieu et plus d’une centaine de personnes sont mises en cause.

Un gendarme devant des bateaux endommagés après le passage de l'ouragan Irma sur l'île de Saint-Martin, le 16 septembre 2017


Commentaires

-