Libérée des geôles pakistanaises, Asia Bibi "espère" rentrer un jour au pays

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Libérée des geôles pakistanaises, Asia Bibi "espère" rentrer un jour au pays

Publié le 25/02/2020 à 19:49 - Mise à jour à 20:02
© Martin BUREAU / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Mariëtte Le Roux - Paris (AFP)

-A +A

La chrétienne pakistanaise Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème en 2010 et acquittée huit ans plus tard avant de trouver refuge au Canada, a confié mardi son espoir de pouvoir rentrer un jour au Pakistan.

De passage à Paris pour promouvoir son livre autobiographique "Enfin Libre!", elle a évoqué sa nouvelle vie au Canada, qui lui a accordé un permis de séjour d'un an, lors d'un entretien avec l'AFP.

"Je n'ai pas encore visité le Canada. La plupart du temps, je reste à la maison (...) Je ne sors pas beaucoup, surtout en raison du froid et de la neige", a raconté cette ancienne ouvrière agricole de 48 ans, qui s'exprimait en ourdou, via un traducteur en anglais.

Illettrée, Asia Bibi ne maîtrise aucune des deux langues officielles du Canada, le français et l'anglais. Mais elle a trouvé dans son pays d'accueil une sécurité qu'elle n'a pas connue depuis des années.

Elle vit avec son époux Ashiq, 58 ans, et ses deux filles Eisha (21 ans) et Eisham (20 ans) dans un appartement de trois pièces, à l'adresse gardée secrète en raison des menaces dont elle reste la cible.

Ses soeurs, son frère, son père et sa belle-famille lui manquent. Mais plus que tout, sa "culture et (sa) nourriture !", sourit-elle.

"Personne ne peut oublier son pays natal", dit-elle, confiant son espoir que la situation de son pays évolue et lui permette d'y revenir un jour. "Je l'espère vraiment, tout comme je gardais l'espoir d'être libérée un jour quand j'étais en prison".

- Un avenir en France ? -

Mme Bibi avait été condamnée à mort pour "blasphème" à la suite d'une dispute avec des villageoises musulmanes au sujet d'un verre d'eau. Le blasphème est un sujet incendiaire au Pakistan, où de simples accusations suffisent parfois à entraîner des lynchages meurtriers.

Une condamnation sans aucun fondement, a répété mardi Asia Bibi.

"En aucun cas (...) Il ne me viendrait jamais à l'idée d'insulter un prophète", a insisté cette ardente catholique.

S'en était suivie une longue saga judiciaire qui avait divisé le pays et ému la communauté internationale, attirant l'attention des papes Benoît XVI et François.

Après avoir passé plus de huit ans dans les couloirs de la mort au Pakistan, jusqu'à son acquittement en octobre 2018, elle vit depuis mai 2019 au Canada.

Son livre - co-écrit avec la journaliste française Anne-Isabelle Tollet qui a mené campagne pour sa libération - retrace ces dix années de calvaire, entre maltraitances et menaces de mort, jusqu'au fond d'une geôle crasseuse.

Où ira t-elle dans un futur proche? Asia Bibi ne le sait pas encore.

"Je n'ai pas décidé. Je sais que l'Union européenne travaille très dur sur mon cas et qu'ils sont ceux qui vont décider où je vais vivre", explique celle qui devrait "très probablement" aborder le sujet d'une demande d'asile à la France lors d'une rencontre avec le président Emmanuel Macron vendredi.

Mardi, Asia Bibi a été faite citoyenne d'honneur de la ville de Paris, par la maire Anne Hildago, une distinction symbolique.

"Votre courage, votre calme, votre force intérieure nous a époustouflés. Vous êtes une leçon de vie", a lancé Mme Hidalgo lors de la cérémonie, ajoutant qu'elle soutiendrait sa demande d'asile en France.

Auteur(s): Par Mariëtte Le Roux - Paris (AFP)


PARTAGER CET ARTICLE :


La chrétienne pakistanaise Asia Bibi à Paris, le 25 février 2020

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-