Macron dans les Alpes pour marquer un tournant vert

Macron dans les Alpes pour marquer un tournant vert

Publié le 12/02/2020 à 04:00 - Mise à jour à 20:18
© Ludovic Marin / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Laurence BENHAMOU, Jérôme RIVET - Paris (AFP)

-A +A

Emmanuel Macron est arrivé mercredi soir à Chamonix pour une nuit en altitude et une visite de la Mer de Glace, afin de promouvoir des mesures en faveur de l'écologie et de la biodiversité, au coeur des prochaines échéances électorales.

Comme il l'a dit à sa majorité mardi soir, le chef de l'Etat veut faire de l'écologie une des priorités de sa fin de quinquennat, engluée depuis des semaines dans la réforme des retraites.

Pour ouvrir ce nouveau chapitre, Emmanuel Macron a présidé mercredi midi à l'Elysée un Conseil de défense écologique. A la sortie, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, a confirmé une extension des parcs naturels et des mesures d'adaptation aux inondations.

L'Etat s'engage en outre à des pratiques éco-responsables : forfait de 200 euros par an pour inciter les fonctionnaires au vélo ou au covoiturage, arrêt des achats d'objets en plastique à usage unique, parkings à vélos et bornes électriques sur ses sites. Le Conseil a également annoncé la création d’une aire protégée du site du Mont-Blanc d’ici la fin de l’année.

Des mesures que les associations écologistes ont globalement jugé encore insuffisantes.

- Nuit à 2.000 mètres -

C'est pour donner plus de poids aux mesures de protection du Mont-Blanc et promouvoir l'action du nouvel Office français de la biodiversité, lancé en janvier, que le chef de l'Etat a décidé de passer un jour et demi dans le massif du Mont-Blanc.

Mercredi soir, il empruntera un petit train pour gagner le Refuge du Montenvers, à 1.913 mètres d'altitude, où il dînera avec des experts pour discuter de l'impact du réchauffement climatique.

Autour de la table seront réunis des sommités comme le célèbre climatologue Jean Jouzel, la biologiste Camille Parmesan et la spécialiste de la biodiversité Anne Larigauderie, de l'IPBES, qui a publié l'an dernier un rapport glaçant sur la disparition des espèces.

Emmanuel Macron a aussi convié quelques dirigeants d'associations, comme Michel Dubromel, président de France Nature Environnement. Et des personnalités engagées comme l'explorateur-aventurier sud-africain Mike Horn, de retour du Pôle nord où il a alerté sur la fonte des glaces. Mike Horn est cependant critiqué pour sa participation cette année au rallye du Dakar.

Jeudi matin, le président descendra les 500 marches qui mènent à la célèbre Mer de Glace. Son recul ces dernières années -- plus de 120 mètres au cours du siècle dernier -- est l’illustration la plus spectaculaire de l'impact du réchauffement en France.

De retour à Chamonix, Emmanuel Macron doit ensuite détailler des mesures de protection du mont Blanc et de son écosystème, menacés par la surfréquentation et les incivilités des visiteurs. Le massif, qui culmine à 4.809 m, sera davantage protégé par l'entrée en vigueur d'un arrêté préfectoral de protection naturelle.

- "Opération de communication" -

Ces derniers étés, plusieurs incongruités ou dégradations ont émaillé les ascensions du mont Blanc: l'atterrissage d'un avion de tourisme non loin du sommet pour que deux alpinistes suisses n'aient plus qu'à gravir les derniers mètres, un Britannique qui avait monté un rameur mais pas réussi à le redescendre, des Lettons qui avaient tenté de monter un mât de 10 mètres pour y faire flotter leur drapeau...

Mais ces quelques cas, médiatisés grâce aux réseaux sociaux, ne concernent qu'une poignée des quelque 20.000 personnes qui tentent l'ascension.

Les autorités ont également décidé de rendre obligatoire la réservation en refuge, pour lutter contre les bivouacs sauvages, interdits sur ce site classé.

Emmanuel Macron est en outre attendu par les associations locales sur les problèmes de qualité de l'air dans la vallée de l'Arve, lieu de passage de très nombreux poids lourds.

"Je ne peux pas interdire aux camions de passer", a-t-il lancé dans une interview au Dauphiné Libéré, en préconisant une politique européenne de renouvellement du parc de camions. "Si j’impose ce renouvellement seulement aux camions de la région, je les tue, car des camions viendront d’Espagne ou de Roumanie. La question est comment on oblige tous les roulants en Europe à renouveler leur parc", a-t-il plaidé.

"Tant mieux s'il prend des bonnes mesures pour protéger le site du mont Blanc, qui est très abîmé", a déclaré l'écologiste Yannick Jadot sur BFMTV. Mais "on peut sourire du fait que le président convoque ces comités de défense écologique quelques semaines avant une échéance électorale", en l’occurrence les municipales de mars, qui pourraient se traduire par une poussée des écologistes.

Auteur(s): Par Laurence BENHAMOU, Jérôme RIVET - Paris (AFP)


PARTAGER CET ARTICLE :


Emmanuel Macron, le 7 janvier 2019 à l'Elysée

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-