Marseille: Gaudin fixe au 20 décembre le conseil municipal qu'il avait reporté

Marseille: Gaudin fixe au 20 décembre le conseil municipal qu'il avait reporté

Publié le :

Mardi 11 Décembre 2018 - 09:03

Mise à jour :

Mardi 11 Décembre 2018 - 09:04
© GERARD JULIEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Marseille

-A +A

Le maire LR de Marseille, Jean-Claude Gaudin, qui avait reporté dimanche le conseil municipal qui devait se tenir lundi, dans un climat tendu un mois après l'effondrement d'immeubles, a fixé mardi la séance au 20 décembre.

"La séance a été fixée au 20 décembre", a indiqué le maire sur France Bleu Provence. Il avait invoqué les "débordements" lors des manifestations de samedi dernier dans l'ensemble du pays, notamment à Marseille, pour reporter la séance du conseil municipal.

Un mois après l'effondrement meurtrier de deux immeubles insalubres, qui a fait, le 5 novembre, huit morts rue d'Aubagne, dans le centre-ville, le conseil municipal s'annonçait tendu avec plusieurs manifestations prévues devant la mairie.

Au centre de vives critiques depuis l'effondrement des immeubles, M. Gaudin s'est dit mardi "profondément atteint par la mort des huit personnes".

"Marseille est en deuil, le maire est atteint", a-t-il répété assurant avoir "entendu la colère" des Marseillais. "Mais cela concerne surtout des copropriétés privées et pas des immeubles qui appartiennent à la ville de Marseille qui Dieu merci sont bien gérés", a dit M. Gaudin.

Cependant "la ville de Marseille fait sa part", a-t-il ajouté. L'un des immeubles effondré avec ses huit occupants rue d'Aubagne était une copropriété privée, l'autre, fermé pour péril imminent, appartenait à Marseille-Habitat, dont l'actionnaire principal est la ville de Marseille.

Malgré le report annoncé la veille, le collectif du 5 novembre, créé après la catastrophe, avait maintenu sa manifestation. Des centaines de personnes ont marché dans le calme lundi, à l'heure où devait débuter la séance du conseil municipal, jusqu'à la mairie pour exprimer leur colère et lui "demander des comptes".

Le conseil municipal, le dernier de l'année, doit entériner une série de mesures "d'urgence" après le drame de la rue d'Aubagne, notamment la prise en charge des frais d'obsèques des victimes, ou encore la gratuité de l'accueil en crèche pour les personnes évacuées. Depuis la catastrophe, près de 1.500 personnes ont été évacuées de près de 200 immeubles en mauvais état dans la ville.

Le maire LR de Marseille, Jean-Claude Gaudin, qui avait reporté dimanche le conseil municipal qui devait se tenir lundi, dans un climat tendu un mois après l'effondrement d'immeubles, a fixé mardi la séance au 20 décembre.

Commentaires

-