Marseille: habitants et personnalités écrivent au ministre pour dénoncer "l'incurie" du maire

Marseille: habitants et personnalités écrivent au ministre pour dénoncer "l'incurie" du maire

Publié le :

Jeudi 22 Novembre 2018 - 16:00

Mise à jour :

Jeudi 22 Novembre 2018 - 16:02
© CHRISTOPHE SIMON / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Marseille

-A +A

Un collectif d'habitants et de personnalités dénoncent dans une lettre ouverte "l'incurie" de la mairie de Marseille après l'effondrement d'immeubles vétustes qui a fait 8 morts et appellent à la mobilisation de "moyens importants pour éradiquer le mal-logement".

A l'initiative du collectif citoyen Marseille en commun, l'appel adressé au ministre du Logement, Julien Denormandie a été signé par une cinquantaine de personnalités comme le réalisateur marseillais Robert Guédiguian, la comédienne Ariane Ascaride, le député européen José Bové mais aussi par des militants associatifs ou encore des urbanistes.

"Le maire et ses adjoints ne peuvent se défausser, comme ils l’ont fait jusqu’alors. Leur responsabilité est patente en tant qu’organisateur, comme le dit la loi, de la stricte surveillance des logements. En matière de logement, de santé publique et de sécurité des habitants, il y a une obligation de résultat du maire. L’incurie tue !", écrit le collectif dans une tribune publiée sur le site du Monde.

"Ce drame nécessite un sursaut des pouvoirs publics mais aussi une participation citoyenne de tous les acteurs qui, depuis des années, alertent sur la situation. Il y a urgence à mettre en œuvre au plus vite dans le centre-ville de Marseille une opération d’intérêt national (OIN) mobilisant, dans le cadre d'un plan Etat-région-métropole-ville, des moyens importants pour éradiquer le mal-logement dans notre cité", poursuivent les auteurs de la lettre.

"Ce plan ne peut être confié seul au maire et aux autorités publiques qui ont failli et qui trouveront l’aubaine, à la suite de ce drame, pour poursuivre leur politique de gentrification et de chasse des +pauvres+ du centre-ville", ajoutent-ils.

Ils demandent au ministre du Logement et au préfet des Bouches-du-Rhône l'organisation d'une conférence citoyenne "pour répondre à l’urgence du mal-logement" placée sous l’égide de la Commission nationale du débat public qui tirera au sort un jury citoyen. Ces habitants formés par "les acteurs locaux (publics, associatifs et citoyens) à l'état de la situation" organiseront les auditions et le débat public au cours du premier trimestre 2019, expliquent-ils.

Redoutant de nouveaux accidents, la mairie de Marseille, très critiquée après l'effondrement le 5 novembre d'immeubles vétustes d'un quartier très populaire du centre-ville qui a causé la mort de huit personnes, a procédé à l'évacuation par précaution de plus d'un millier de personnes depuis le drame.

Des services de secours interviennent le 10 novembre 2018 près des immeubles effondrés à Marseille le 5 novembre 2018


Commentaires

-