Mélenchon mobilise dans la rue contre le "coup d'Etat social" de Macron

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Mélenchon mobilise dans la rue contre le "coup d'Etat social" de Macron

Publié le 23/09/2017 à 04:00 - Mise à jour à 18:00
© BERTRAND LANGLOIS / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Sous le soleil et en scandant "Résistance", des milliers de personnes ont défilé samedi après-midi à Paris, à l'appel de Jean-Luc Mélenchon, pour dire non au "coup d'Etat social" d'Emmanuel Macron que constitue notamment, selon La France insoumise, la réforme du Code du travail.

Massés aux abords de la place de la Bastille, les manifestants, avec pancartes ("Y'a rien de bon dans le Macron" ou encore "Les fainéants dans la rue") et banderoles, ont marché vers la place de la République, à moins de deux kilomètres de là, où M. Mélenchon, qui promettait "une déferlante", doit prononcer un discours vers 17H00.

Dans le carré de tête, derrière une banderole "Non au coup d'Etat social", figuraient notamment aux côtés du leader de La France insoumise, l'ancien candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon ou encore plusieurs responsables et députés LFI comme Clémentine Autain. Les militants CGT sont venus en nombre. Le patron du PCF, Pierre Laurent, a passé une tête mais sans défiler, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"C'est une démonstration de force du sentiment d'hostilité aux ordonnances", s'est réjoui M. Mélenchon, ceint de son écharpe tricolore de député de Marseille.

Venu des Vosges, Patrick, 64 ans, employé de banque à la retraite et encarté LFI, justifie sa présence "parce que Macron fait déborder le vase. Je me bats pour les jeunes".

"C'est important de montrer que nous sommes mobilisés. Même si je ne suis pas touché par les ordonnances, le CDI reste le seul moyen de faire des projets d'avenir", témoigne Valentin Braud, 24 ans, professeur d'histoire-géo à Toulouse.

Après une mobilisation syndicale en retrait jeudi, la manifestation sur un mot d'ordre plus large constitue un test pour le mouvement social et les Insoumis, qui remettent en cause la légitimité politique de l'exécutif.

"On assume notre rôle et on prend l'initiative", explique le député LFI Alexis Corbière. "La France insoumise se fait entendre et prend sa place", ajoute-t-il pour expliquer l'originalité d'un appel émanant d'un mouvement politique sur des revendications sociales.

- 'Ni Dieu, ni maître... ni Mélenchon' -

Alors que les ordonnances ont été publiées le matin même au Journal officiel pour une entrée en vigueur immédiate, le mot d'ordre a été élargi à l'ensemble des initiatives politiques du gouvernement depuis quatre mois, résumées par l'expression choc de "coup d'Etat social": augmentation de la CSG, réduction des aides au logement, suppression d'emplois aidés...

De nombreux cars ont été affrétés en provenance de toute la France par LFI, qui espère une participation équivalente à celle de la "Marche pour la République" du 18 mars, soit environ 130.000 personnes.

En marge de la manifestation, des militants radicaux du "black bloc" scandaient des slogans contre la police ou encore "Ni Dieu, ni maître... ni Mélenchon". De brefs incidents ont éclaté entre eux et des "Insoumis" près de la scène où doit prendre la parole M. Mélenchon.

Alors que LR, PS et FN connaissent de grandes difficultés internes, Jean-Luc Mélenchon entend ainsi faire la démonstration qu'il est le seul, avec son groupe de 17 députés "Insoumis", à pouvoir incarner l'opposition à la politique d'Emmanuel Macron dans son ensemble.

Le chef de l'Etat est, aux yeux de LFI, un président mal élu, porté au pouvoir au terme d'un second tour où l'objectif de nombreux électeurs était avant tout d'éliminer Marine Le Pen.

Mais, face à cette initiative inédite, la gauche a répondu en ordre dispersé. Fâché avec LFI, le PCF défile également samedi, mais à quelques encablures de là et pour la paix, comme prévu de longue date.

Europe Ecologie-Les Verts n'a pas formellement appelé à participer de même que le Parti socialiste. Mais M. Hamon et son mouvement du 1er juillet (M1717) ont participé à la manifestation, comme aux deux journées d'action précédentes de la CGT. Idem pour l'eurodéputé socialiste Emmanuel Maurel et son courant "Maintenant la gauche".

lum-sac-awa-sva/frd/nm

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Jean-Luc Mélenchon (centre) et des militants de La France Insoumise à Marseille le 27 août 2017

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-