Montpellier: plusieurs centaines de policiers rassemblés après un suicide

Montpellier: plusieurs centaines de policiers rassemblés après un suicide

Publié le :

Vendredi 19 Avril 2019 - 14:27

Mise à jour :

Vendredi 19 Avril 2019 - 14:28
© SYLVAIN THOMAS / AFP
PARTAGER :

Par AFP - Montpellier

-A +A

Plusieurs centaines de policiers se sont rassemblés dans le silence vendredi de 11H30 à 12H00 devant l'hôtel de police de Montpellier où s'est suicidée la veille l'une de leur collègue, a constaté une journaliste de l'AFP.

Visages marqués par la peine, les yeux souvent embués de larmes et se réconfortant les uns les autres, ces policiers, certains en uniforme, d'autres en civil, étaient debout en haut des marches menant à l'hôtel de police, tournés vers le drapeau français fixé sur la façade.

De source syndicale, quelque 400 personnes ont répondu à Montpellier à l'appel national des syndicats de police à des rassemblements, en hommage à leurs collègues qui se sont suicidés cette semaine, portant à 28 le nombre de suicides dans la police, depuis le début de l'année.

Un policier s'est donné la mort par arme à feu et a été retrouvé à son domicile jeudi en début d'après-midi à Villejuif (Val-de-Marne).

Le matin-même, vers 08H00, une capitaine de la police de la brigade financière de la sûreté départementale de l'Hérault s'était suicidée dans son bureau, d'une balle en plein coeur tirée avec son arme de service. Cette femme âgée de 48 ans était mère de deux enfants.

"Très choqués", plusieurs policiers ont exprimé vendredi matin à Montpellier "tristesse" et "douleur" face à ce "nouveau drame". "C'était une collègue compétente, bosseuse, très discrète et appréciée de tous", a souligné l'un d'eux, les yeux rougis par les larmes.

"Le personnel et le professionnel peuvent être très liés mais lorsqu'un policier exprime une détresse, il faut que le management apprenne à écouter et à prendre les mesures nécessaires", a estimé Bruno Bartocetti, du syndicat SGP Police-FO (Zone Sud), qui réclame plus de médecins de prévention.

Une cellule psychologique a été ouverte à Montpellier ainsi qu'une enquête confiée à l'IGPN.

D'autres rassemblements dans la région ont eu lieu devant les commissariats d'Agde, de Béziers (Hérault) et de Mende (Lozère), selon des correspondants de l'AFP.

En 2018, 35 policiers et 33 gendarmes se sont suicidés, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Des centaines de policiers se sont rassemblés dans le silence devant l'hôtel de police de Montpellier où s'est suicidée la veille l'une de leur collègue le 19 avril 2019


Commentaires

-