Savoie: décès d'un homme lors d'une expulsion, l'IGPN saisie

Savoie: décès d'un homme lors d'une expulsion, l'IGPN saisie

Publié le :

Jeudi 04 Juillet 2019 - 09:54

Mise à jour :

Jeudi 04 Juillet 2019 - 13:34
©DR
PARTAGER :

Par AFP - Chambéry

-A +A

L'IGPN a été saisie après le décès d'un homme d'une cinquantaine d'années, victime d'un arrêt cardiaque alors qu'il était expulsé avec sa famille de leur logement de Chambéry, a-t-on appris jeudi auprès du parquet.

Trois policiers du commissariat de Chambéry sont venus mercredi assister l'huissier dans l'expulsion de cette famille qui ne payait pas de loyer, en application d'une décision de justice, a expliqué à l'AFP le procureur de la République Thierry Dran, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

La situation s'est envenimée, le père de famille s'est énervé, et a fini par mourir d'un arrêt cardio-respiratoire, à l'arrivée des pompiers.

Les inspecteurs de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) ont commencé leur enquête jeudi matin, a indiqué à l'AFP Lætitia Philippon, la directrice départementale de la sécurité publique de la Savoie, supérieure des policiers, tandis que M. Dran a ouvert une enquête pour recherche des causes de la mort.

Selon des voisins interrogés par le Parisien, en effet, le père de famille avait dit aux policiers qu'il ne se sentait pas bien, et leur avait confié précédemment porter un pacemaker. Un voisin affirme avoir dit aux policiers qui l'emmenaient que la victime "avait déjà fait des crises cardiaques".

Simone, 88 ans, la voisine du rez-de-chaussée dans ce petit HLM qui compte sept appartements, a dit à l'AFP "avoir encore dans les oreilles les cris abominables" du père de famille et de sa plus jeune fille lors de l'interpellation.

L'épouse lui avait dit l'an dernier que son mari, "très malade" du cœur, était hospitalisé.

- 'Drame terrible' -

RTL a pour sa part publié une vidéo d'un témoin sur laquelle on voit le père de famille, en jean et tee-shirt, menotté dans le dos, les jambes pliées de manière apparemment volontaire, porté par les policiers vers leur voiture. "Il ne voulait pas marcher, ils ont dû le porter", a expliqué Mme Philippon.

L'expulsion, la troisième en un an, "a démarré dans le calme, alors que seuls la femme et les trois enfants" âgés d'environ 4 à 10 ans étaient présents, a-t-elle ajouté.

Selon Simone, un dernier-né, très prématuré, est actuellement hospitalisé en couveuse.

A son arrivée, le père s'est montré "énervé et vindicatif", et a menacé l'huissier, brisant de surcroît la lucarne en verre d'une porte, et se blessant à la main, a indiqué Lætitia Philippon.

Trois autres policiers ont dû être appelés en renfort.

"Vu son excitation", a expliqué Mme Philippon, "les policiers ont décidé de l'interpeller, il a été maîtrisé et menotté, et conduit hors de l'appartement pour être emmené au commissariat, afin de dresser une procédure pour menace et outrage".

C'est alors que l'homme, d'origine algérienne "convulse et se trouve mal". Les policiers "le +démenottent+, le sortent" de la voiture, "il fait un arrêt cardiaque", les policiers "font u massage cardiaque après avoir appelé les pompiers en urgence". Le cœur du quinquagénaire "repart alors, mais il refait un arrêt cardiaque à l'arrivée des pompiers", a détaillé Mme Philippon, et décède.

Selon elle, le père "n'est pas mort devant sa famille", restée dans le logement.

Les services sociaux ont pris en charge la famille qui a été relogée, et les policiers font également l'objet d'un suivi psychologique. Pour Mme Philippon, "c'est un drame terrible pour la famille et un choc important pour les policiers".

Une autopsie devait être réalisée dans la journée, selon M. Dran.

Municipale 2014


Commentaires

-