Violences conjugales: l'hébergement reste sous-dimensionné, déplorent les associations

Violences conjugales: l'hébergement reste sous-dimensionné, déplorent les associations

Publié le :

Samedi 10 Août 2019 - 08:00

Mise à jour :

Samedi 10 Août 2019 - 17:38
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives
PARTAGER :

Par Kenan AUGEARD - Paris (AFP)

-A +A

Cruciales pour aider les femmes victimes de violences conjugales, les places d'hébergement manquent encore cruellement, déplorent les associations, qui espèrent des progrès à l'issue du "Grenelle" annoncé pour septembre.

"Il manque en France plus de 2.000 places", assure à l'AFP Marie Cervetti, directrice de l'association FIT Une femme un toit, qui gère un centre d'hébergement pour les femmes de 18 à 25 ans victimes de violences.

Le cabinet de Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes, assure à l'AFP que "5.985 places d'hébergement dédiées aux victimes" existent en France, dont "2.238 places créées" depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Des milliers de femmes quittent chaque année leur domicile pour fuir un conjoint violent. Certaines se réfugient chez des proches, d'autres sont logées par des associations en foyers ou en centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS).

Composite, le réseau de l'hébergement pour femmes victimes de violences conjugales ne suffit plus. "Dans les grandes villes, on sait qu'on ne pourra pas satisfaire toutes les demandes", reconnaît Françoise Brié, directrice générale de la Fédération nationale Solidarité femmes (FNSF).

Mme Brié assure avoir recensé "plus de 600 demandes de création de places d'hébergement" parmi les 67 associations qui composent la FNSF.

Celles-ci ont ouvert plus de 300 places entre 2017 et 2018, ajoute-t-elle, reconnaissant que "c'est très peu par rapport aux besoins des femmes qui nous sollicitent".

- "Vous êtes un pion" -

En conséquence, de nombreuses femmes qui fuient leur conjoint violent doivent se rabattre vers le 115, numéro d'urgence pouvant fournir un hébergement à tous les sans-abris. "Le 115 ne peut être qu'un recours très temporaire en attendant une solution plus pérenne", estime Mme Brié.

"Il y a des jeunes filles ici qui ont pu passer par 20 lieux d'hébergement avant de venir chez nous", assure Mme Cervetti, parlant de "parcours d'errance institutionnelle inconcevables".

"En foyer, on vous met où on peut, vous êtes un pion": Raphaëlle, qui a vécu deux ans en foyer avec ses deux enfants, en garde un mauvais souvenir. "Vous êtes laissée à l'abandon, sans savoir ce que vous allez devenir".

L'hébergement en CHRS permet une prise de conscience, assure Mme Brié. "C'est là que des femmes se rendent compte que le problème qu'elles ont vécu n'est pas individuel, mais un problème de société", dit-elle.

C'est là, aussi, qu'elles peuvent préparer une solution de long terme. La directrice de la FNSF assure que son réseau a relogé plus de 1.000 femmes depuis 2009, et rappelle le lancement en mars d'une plateforme dédiée.

Le 10 juillet, Mme Schiappa a annoncé l'"ouverture de 240 places d’hébergement" dès cet été. Ces places "sont en cours de création", a assuré à l'AFP son cabinet.

"C'est positif", estime Mme Brié, mais "pour l'instant, on attend, on ne sait pas encore où elles seront créées".

Dans un rapport de novembre 2018 intitulé "Où est l'argent contre les violences faites aux femmes?", plusieurs organisations dont le CESE, la Fondation des femmes et le Haut conseil à l'égalité femmes-hommes (HCE) estimaient à 193 millions d'euros au moins le budget annuel nécessaire à l'hébergement des femmes victimes de violences, loin des 15 millions actuels.

Le "Grenelle des violences conjugales", qui doit durer près de trois mois du 3 septembre au 25 novembre, compte déboucher sur des mesures pour réduire ces violences et offrir une meilleure protection aux victimes.

En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences conjugales. Le collectif "Féminicides par compagnon ou ex" a recensé 85 féminicides depuis le 1er janvier 2019.

Cruciales pour aider les femmes victimes de violences conjugales, les places d'hébergement manquent encore cruellement, déplorent les associations, qui espèrent des progrès à l'issue du "Grenelle" annoncé pour septembre.


Commentaires

-