Armes chimiques: la France sanctionne 25 entités et responsables

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Armes chimiques: la France sanctionne 25 entités et responsables

Publié le 23/01/2018 à 10:22 - Mise à jour à 10:40
© CLEMENS BILAN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

La France a gelé mardi des avoirs de 25 entités et responsables d'entreprises syriens mais aussi français, libanais ou chinois soupçonnés "d'alimenter le programme syrien de conception et réalisation d'armes chimiques", selon deux arrêtés diffusés au Journal officiel.

Ces sanctions interviennent alors que Paris doit réunir le même jour une trentaine de pays, en présence du chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson, afin de poursuivre les responsables d'attaques chimiques en Syrie et de riposter ainsi à un veto russe à l'ONU.

Parmi les entreprises visées figurent notamment des importateurs et distributeurs de métaux, d'électronique et de systèmes d'éclairage. Elles sont domiciliées à Beyrouth (Electronic Katrangi Trading, Nktronics, ABC Shipping Co.), Damas (Electronic System Group) ou Paris (Smart Green Powxer, Lumière Elysées, Smart Pegasus).

Aucun responsable du régime n'est en revanche visé. "Nous n'avons pas aujourd'hui d'éléments permettant d'engager cette démarche au niveau des autorités politiques syriennes", concède-t-on au Quai d'Orsay.

Alors que le régime de Bachar al-Assad a été accusé lundi d'une nouvelle attaque chimique contre une enclave rebelle de la Ghouta orientale, à l'est de Damas, au moins 130 attaques chimiques ont été perpétrées en Syrie entre 2012 et 2017, selon une évaluation française.

Les enquêteurs de l'ONU et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont conclu à la responsabilité du régime syrien dans quatre d'entre elles, dont l'une au sarin qui a tué au moins 80 personnes le 4 avril 2017 à Khan Cheikhoun.

La Russie, qui soutient militairement le président syrien Bachar al-Assad, accuse de son côté les enquêteurs de partialité et a fait usage à deux reprises en novembre de son droit de veto au Conseil de sécurité pour bloquer le renouvellement du mandat d'experts internationaux chargés d'enquêter sur les armes chimiques en Syrie.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Aucun responsable du régime n'est en revanche visé. "Nous n'avons pas aujourd'hui d'éléments permettant d'engager cette démarche au niveau des autorités politiques syriennes", conc

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-