Brexit: le Labour veut des élections législatives pour "sortir de l'impasse"

Brexit: le Labour veut des élections législatives pour "sortir de l'impasse"

Publié le :

Jeudi 10 Janvier 2019 - 12:53

Mise à jour :

Jeudi 10 Janvier 2019 - 12:54
© Oli SCARFF / AFP
PARTAGER :

Par AFP - Wakefield

-A +A

Des élections législatives anticipées sont la solution pour débloquer la situation sur le Brexit, a déclaré jeudi Jeremy Corbyn, le leader du Labour, principal parti d'opposition au Royaume-Uni.

Les députés britanniques se prononceront mardi sur l'accord de divorce difficilement négocié par le gouvernement britannique avec l'UE. Mais le rejet du texte, qui hérisse autant les Brexiters que les europhiles, semble quasi inévitable.

Jeremy Corbyn a répété que le Labour voterait contre ce "mauvais accord" et estimé que "si le gouvernement ne peut faire passer ce texte extrêmement important, alors il doit y avoir une élection le plus tôt possible".

"Pour sortir de l'impasse, une élection est non seulement l'option la plus réaliste, mais également l'option la plus démocratique", a-t-il déclaré lors d'un discours dans une entreprise fabriquant des composants électriques à Wakefield, dans le nord de l'Angleterre.

Selon lui, les vainqueurs de ce scrutin pourront "négocier un meilleur accord pour le Royaume-Uni" qui aurait le soutien du Parlement et du pays.

M. Corbyn a répété privilégier des élections législatives anticipées à la tenue d'un second référendum, défendue par de nombreux parlementaires travaillistes, dont la députée de Wakefield Mary Creagh. "Nous gardons toutes les options sur la table", a-t-il dit, mais de nouvelles élections sont la "priorité".

La campagne du référendum de juin 2016 sur le Brexit a laissé de profondes divisions, y compris au sein du Labour. Jeremy Corbyn a assuré que son parti réconcilierait les deux camps autour de leurs intérêts communs.

Pour le chef du Labour, qui se situe à la gauche du parti, "la vraie fracture dans notre pays n'est pas entre ceux qui ont voté pour rester dans l'UE et ceux qui ont voté pour partir" mais entre les travailleurs et "l'élite" qui "fixe les règles" et "récolte les fruits".

Selon la presse britannique, la Première ministre conservatrice Theresa May réfléchit à soutenir un amendement travailliste garantissant les droits des travailleurs après le Brexit, dans l'espoir de faire passer son accord de Brexit au Parlement.

Si les députés rejettent quand même le texte, les seules autres possibilités, selon Mme May, sont un Brexit sans accord avec l'UE, ou pas de Brexit du tout.

M. Corbyn exclut pour sa part une sortie brutale de l'UE.

Le chef des Travaillistes, Jeremy Corbyn, donne un discours sur le Brexit dans une usine à Wakefield, dans le nord de l'Angleterre, le 10 janvier 2019


Commentaires

-