Critiques et départ forcé : l'imbroglio politique allemand continue

Critiques et départ forcé : l'imbroglio politique allemand continue

Publié le :

Vendredi 09 Février 2018 - 16:15

Mise à jour :

Vendredi 09 Février 2018 - 16:52
© SASCHA SCHUERMANN / AFP/Archives
PARTAGER :

Par Antoine LAMBROSCHINI - Berlin (AFP)

-A +A

Pas encore en place, le futur gouvernement d'Angela Merkel est déjà critiqué de toutes parts. Dernier épisode en date, il a perdu vendredi son chef de la diplomatie désigné, le social-démocrate Martin Schulz, affaibli par ses volte-face.

La chute aura été brutale pour l'ancien président du Parlement européen. Mis en cause pour avoir revendiqué le poste de ministre après avoir promis fin 2017 qu'il ne rentrerait jamais dans un gouvernement de la chancelière conservatrice, M. Schulz a finalement renoncé sous le feu des critiques.

Sa crainte: que les nombreux opposants au sein de son parti à l'accord de coalition négocié cette semaine au forceps avec la chancelière allemande ne fassent capoter l'alliance. Les militants du parti social-démocrate (SPD) sont en effet appelés en interne à voter sur le texte du 20 février au 2 mars.

"Les débats autour de ma personne menacent le succès du vote. Je déclare donc par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement", dit-il dans un communiqué.

- Le prix de la 'parole donnée' -

Sa décision intervient après une volée de bois vert venue de ses "camarades" du SPD, en particulier le ministre sortant des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, furieux d'être écarté pour laisser la place à Martin Schulz. Il a déploré dans la presse que "la parole donnée compte si peu".

Déjà démissionnaire depuis mercredi de la tête du SPD, M. Schulz sort donc par la petite porte, un an après son arrivée sur la scène politique nationale avec l'objectif de ravir la chancellerie à Angela Merkel.

Il laisse un parti exsangue. Après avoir enregistré le pire score aux législatives de son histoire (20,5%), les sociaux-démocrates n'ont plus qu'une poignée de points d'avance dans les sondages sur l'extrême droite.

Ce départ sans gloire ne fait pas les affaires non plus d'Angela Merkel qui essuie critique après critique depuis l'annonce de l'accord de coalition à l'issue de quatre mois d'imbroglio post-électoral.

Plusieurs figures de son propre parti conservateur, la CDU, l'accusent d'avoir fait trop de concessions aux sociaux-démocrates, leur offrant notamment le ministère des Finances, dans le seul but d’éviter des élections anticipées et de se maintenir à la chancellerie un quatrième mandat.

Les chrétiens-démocrates doivent encore approuver l'accord lors d'un congrès le 26 février. Si un échec est peu probable, les mille délégués peuvent néanmoins réserver à Angela Merkel un débat houleux dont elle n'a guère l'habitude.

"On ne va pas simplement acquiescer", a prévenu, dans le journal populaire Bild, la députée Sylvia Pantel.

Son influent collègue Norbert Röttgen relève qu'accorder au SPD, grand perdant des législatives, les ministères régaliens de la Justice, des Affaires étrangères et des Finances, mine l'autorité de la CDU. Elle ne contrôlera que l'Economie et la Défense.

"La CDU se retrouve structurellement affaiblie dans l'appareil gouvernemental et perd en influence", estime-t-il.

Autre motif de grogne, le peu de personnalités venant de l'ex-RDA communiste dans le cabinet pressenti de Mme Merkel.

- Les 'adieux' de Merkel ? -

En effet, des noms circulant, la chancelière serait la seule représentante de l'ex-Allemagne de l'Est, une région où le sentiment d'exclusion reste déjà très fort près de trente ans après la chute du mur de Berlin, et où l'extrême droite a fait des scores records notamment grâce à son discours anti-élites.

"Peut-être qu'on comprendra un jour que l'Est fait partie de l'Allemagne", a ironisé Gregor Gysi, ancien responsable du parti de la gauche radicale.

Manuela Schwesig, une responsable SPD dans l'Est du pays, a elle exigé qu'"un Allemand de l'Est ou une Allemande de l'Est (soit) représenté dans le gouvernement".

"Cela bouillonne partout", résume Paul Ziemiak, le dirigeant des jeunes de la CDU.

Depuis l'annonce de l'accord gouvernemental, la presse allemande est quasi-unanime pour percevoir dans ces turbulences le déclin de la chancelière, confrontée à l'usure de son pouvoir.

"Angela Merkel a réussi, elle va rester chancelière si les membres du SPD votent pour l'accord de coalition. Mais ses adieux du pouvoir ont commencé, et donc aussi le débat sur sa succession", écrit ainsi l'influent hebdomadaire Der Spiegel.

Martin Schulz lors d'un congrès extraordinaire du SPD à Bonn, le 21 janvier 2018


Commentaires

-