La création d'une Eglise d'Ukraine autonome célébrée à Istanbul

La création d'une Eglise d'Ukraine autonome célébrée à Istanbul

Publié le :

Dimanche 06 Janvier 2019 - 12:04

Mise à jour :

Dimanche 06 Janvier 2019 - 12:06
© MARKIV MYKHALIO / UKRAINE PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP
PARTAGER :

Par Ulrich VON SCHWERIN - Istanbul (AFP)

-A +A

Le patriarche Bartholomée de Constantinople a remis dimanche à Istanbul le décret officiel confirmant la création d'une Eglise ukrainienne indépendante, un revers pour l'Eglise russe qui avait dénoncé un "schisme".

L'événement, qui conclue la procédure de reconnaissance de cette Eglise par le patriarcat de Constantinople, a eu lieu pendant la messe de l'Epiphanie à l'église orthodoxe Saint-Georges d'Istanbul, en présence notamment du président ukrainien Petro Porochenko, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Ce décret, appelé "tomos", a été signé samedi par le patriarche Bartholomée et le métropolite Iepifani, élu en décembre à la tête de la nouvelle Eglise. Il ouvre notamment la voie à la reconnaissance de cette Eglise par d'autres confessions chrétiennes.

"Le soleil se lève toujours après l'obscurité de la nuit. L'ancienne injustice (...) a été éliminée, la justice a été restaurée", a déclaré Mgr Iepifani pendant la cérémonie qu'il a co-célébrée avec le patriarche Bartholomée.

Saluant un événement qui "restera dans l'histoire de notre pays", M. Porochenko a assuré que "l'Ukraine respectera le choix religieux et la liberté religieuse de chaque citoyen".

La campagne électorale pour la présidentielle du 31 mars bat son plein en Ukraine et les sondages les plus récents montrent une popularité en hausse pour M. Porochenko qui n'a pas encore officiellement annoncé sa candidature mais devrait briguer un nouveau mandat. Les sociologues attribuent cette hausse à la création de l'Eglise indépendante d'Ukraine présentée par le président sortant comme l'une des grandes réalisations de son mandat.

- "Premier pas" -

En octobre 2018, le patriarcat de Constantinople a pris la décision historique de reconnaître une Eglise orthodoxe indépendante en Ukraine. Cela a provoqué la colère de l'Eglise orthodoxe russe qui a dénoncé un "schisme" et rompu ses liens avec Constantinople.

Basé à Istanbul, le patriarche de Constantinople est considéré comme "le premier parmi ses égaux" et exerce une primauté historique et spirituelle sur les autres patriarches du monde orthodoxe.

"Le patriarcat de Moscou empiète sur l'autorité du patriarcat de Constantinople depuis des années", affirme Dietmar W. Winkler, professeur de patristique et d'histoire de l'Eglise à l'université de Salzbourg.

"Avec la (reconnaissance de l'Eglise autonome d'Ukraine), Bartholomée essaie de réaffirmer son autorité sur l'Eglise orthodoxe", explique-t-il.

Un concile réuni à Kiev a acté en décembre dernier la création de cette nouvelle Eglise orthodoxe, mettant fin à 332 ans de tutelle religieuse russe sur l'Ukraine, et élu à sa tête le métropolite Iepifani, âgé de 39 ans.

Critique de l'influence religieuse russe en Ukraine, Mgr Iepifani est considéré comme un proche du patriarche de Kiev, Filaret, excommunié par Moscou pour la création d'une Eglise dissidente en Ukraine en 1992, après la dissolution de l'URSS, et réhabilité en octobre par le patriarcat de Constantinople.

L'Eglise d'Ukraine réunit le patriarcat de Kiev autoproclamé en 1992 et doté du plus grand nombre de fidèles, selon les sondages, et la minuscule Eglise dite autocéphale.

Une troisième branche, loyale au patriarcat de Moscou, qui a perdu une partie de ses fidèles depuis le début de la crise avec la Russie en 2014 mais dispose toujours du plus grand nombre de paroisses en Ukraine, a rejeté le concile comme "illégal".

Certains experts, comme Regina Elsner, experte du Centre pour les Etudes sur l'Europe de l'Est à Berlin, estiment que la reconnaissance par Constantinople n'est qu'une "premier pas".

"Il faut voir maintenant combien d'évêques ukrainiens vont rejoindre cette Eglise, et combien d'autres Eglises orthodoxes la reconnaissent", explique-t-elle.

Ces tensions religieuses marquent un nouvel épisode du divorce politique, culturel et social entre Kiev et Moscou depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014 et l'éclatement d'un conflit armé entre l'armée ukrainienne et des séparatistes prorusses qui a fait plus de 10.000 morts.

"La politique a joué un rôle majeur dans la reconnaissance de la nouvelle Eglise d'Ukraine", estime M. Winkler. "Si le conflit politique entre la Russie et l'Ukraine est résolu, il sera également possible de trouver un compromis pour l'Eglise orthodoxe".

burx-lsb/lch

Photo prise le 6 janvier 2019 à Istanbul et fournie par le service de presse de la présidence ukrainienne montrant le patriarche Bartholomée de Constantinople (G) et Mgr Iepifani,


Commentaires

-