Massacre de Christchurch: la Nouvelle-Zélande va durcir la législation sur les armes

Massacre de Christchurch: la Nouvelle-Zélande va durcir la législation sur les armes

Publié le :

Samedi 16 Mars 2019 - 23:44

Mise à jour :

Lundi 18 Mars 2019 - 14:18
© Marty MELVILLE / AFP
PARTAGER :

Par Glenda KWEK - Christchurch (Nouvelle-Zélande) (AFP)

-A +A

La Nouvelle-Zélande a annoncé lundi un durcissement de sa législation sur les armes après le carnage commis dans deux mosquées par un suprémaciste blanc qui a décidé de se défendre seul devant la justice.

La Première ministre Jacinda Ardern a assuré que la coalition gouvernementale était unie sur la nécessité de restreindre l'accès du public aux armes dont Brenton Tarrant est accusé de s'être servi vendredi pour tuer méthodiquement 50 fidèles dans deux mosquées de Christchurch, localité de l'île du Sud.

"Nous avons pris une décision en tant que gouvernement, nous sommes unis", a annoncé Mme Ardern, flanquée de Winston Peters, son vice-Premier ministre et partenaire au sein de la coalition au pouvoir.

Le parti de M. Peters, New Zealand First, opposé jusque-là à de telles mesures, a apporté son soutien total aux réformes. "La réalité c'est qu'après 13H00 vendredi, notre monde a changé à jamais et nos lois feront de même", a-t-il lancé, alors que le pays tente de comprendre comment le pire massacre de musulmans dans un pays occidental de l'histoire récente a pu se produire dans un archipel réputé paisible.

Mme Ardern a également annoncé l'ouverture d'une enquête interne sur une attaque qui pose de nombreuses questions sur le fait que Brenton Tarrant, fasciste autoproclamé, n'ait pas attiré l'attention des agences de renseignement.

Les réseaux sociaux sont également sur la sellette en raison de la diffusion en direct sur Facebook, pendant de longues minutes, du carnage filmé par son auteur, un ressortissant australien de 28 ans.

Si le groupe américain a dit avoir supprimé 1,5 million de vidéos, les réseaux sociaux sont montrés du doigt pour n'avoir pas bloqué les images en "temps réel de l'attaque terroriste".

Un jeune de 18 ans a été inculpé à Christchurch pour avoir relayé la vidéo mais aussi mis en ligne une photographie de la mosquée al-Nour avec la mention "cible atteinte", et pour incitation à la violence.

Cette tragédie a provoqué une onde de choc en Nouvelle-Zélande, pays de cinq millions d'habitants dont 1% se disent musulmans, réputé pour sa tradition d'hospitalité. Des Néo-Zélandais de tous bords continuaient à manifester lundi leur dégoût face aux attaques, et leur refus de la haine raciale.

- Cérémonie de purification -

Une cérémonie maorie de purification s'est tenue à la mosquée al-Nour, réunissant des Néo-Zélandais indigènes, les dirigeants de la communauté musulmane et les autorités locales. Puis des étudiants se sont présentés sur les lieux pour déposer des gerbes de fleurs et allumer des bougies.

D'autres ont participé à un nouveau haka, danse traditionnelle maorie, en hommage aux défunts. A Auckland, les élèves du collège Orewa se sont rassemblés pour créer la forme d'un coeur ainsi que le message "Kia Kaha", ou "Soyez forts" en langue maorie.

Au crépuscule, la famille et les amis des victimes ont prié devant la mosquée al-Nour, leurs clameurs lancinantes résonnant dans un parc proche. "Où que vous soyez, vous pouvez prier", a dit à l'AFP Saiya Raza, venu d'Auckland pour enterrer son cousin.

Les organisateurs de la plus grande foire aux armes de Nouvelle-Zélande, le Kumeu Militaria Show, près d'Auckland, ont annoncé l'annulation de l'événement du fait des massacre et des "risques élevés pour la sécurité".

La Nouvelle-Zélande avait déjà renforcé la législation sur les armes dans les années 1990 mais les lois sur la détention d'armes à feu sont restées assez permissives. La quasi totalité de ceux qui demandent un port d'armes obtiennent satisfaction.

Brenton Tarrant, qui avait fait lors de son inculpation le signe de reconnaissance des suprémacistes blancs, a limogé lundi son avocat commis d'office.

Celui-ci a précisé que l'extrémiste australien voulait "assurer seul sa défense dans cette enquête". "Il est apparu comme quelqu'un de rationnel et qui ne souffre pas d'un handicap mental".

- Confiance dans la justice -

Aux termes de la loi néo-zélandaise, il sera renvoyé en procès s'il plaide non coupable, ce qui rend possible une confrontation avec les survivants et les familles des victimes.

Mustafa Farouk, président de la Fédération des associations islamiques de Nouvelle-Zélande a déclaré qu'il avait foi en la justice.

"En tant que communauté, nous aimerions que cette personne soit traitée de manière équitable, qu'on lui donne tous ses droits", a-t-il dit. "Nous croyons en la justice ici et nous savons qu'elle fera ce qu'il faut".

Parallèlement, l'impatience monte parmi les familles qui réclament les corps de leurs proches, la coutume musulmane prévoyant d'inhumer un défunt dans les 24 heures suivant le décès.

Des ouvriers creusaient des dizaines de tombes dans un cimetière de Christchurch. Les médecins légistes ont dit espérer être en mesure de satisfaire les familles rapidement, tout en soulignant qu'ils devaient procéder avec précaution dans leur enquête.

Selon une liste qui circule parmi les familles, les personnes tuées avaient entre trois et 77 ans . Certains victimes étaient originaires du quartier, d'autres de pays aussi lointains que l'Egypte. Au moins deux des morts appartenaient à la même famille, un père et un fils.

New Delhi a annoncé dimanche que cinq de ses ressortissants avaient été abattus, le Pakistan a fait état de neuf morts, dont une personne tuée en tentant d'arrêter le tueur. Trente-et-une personnes sont toujours hospitalisées, dont neuf dans un état critique.

bur-arb-jac-ev/phv

Des Néo-Zélandais rendent hommage aux victimes d'une attaque près d'une mosquée de Christchurch le 17 mars 2019

Commentaires

-