Nicaragua : enterrement sous surveillance policière d'un adolescent tué durant une manifestation

Nicaragua : enterrement sous surveillance policière d'un adolescent tué durant une manifestation

Publié le :

Mardi 25 Septembre 2018 - 02:37

Mise à jour :

Mardi 25 Septembre 2018 - 02:40
© Inti OCON / AFP
PARTAGER :

Par AFP - Managua

-A +A

L'enterrement de Matt Romero, un adolescent de 16 ans tué par une balle dans la poitrine dimanche à Managua alors qu'il participait à une manifestation de l'opposition contre le président nicaraguayen Daniel Ortega, s'est déroulé lundi sous haute surveillance policière, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le cortège funèbre de plusieurs centaines de personnes a été surveillé par des dizaines de policiers anti-émeutes à bord de fourgonnettes. Il n'y a pas eu d'incident violent pendant les obsèques en dépit de la tension.

Les proches, amis et opposants qui ont accompagné la dépouille de Matt Romero jusqu'au cimetière étaient partagés entre chagrin et colère contre la présence policière.

"Nous n'avons pas peur !", "nous serons dans la rue jusqu'à ce que le Nicaragua soit libre !", "justice !", criaient les participants aux funérailles.

Dilsia Romero, une tante du jeune homme tué, a démenti la version policière selon laquelle l'adolescent a été victime de "tirs croisés". "Ce sont les policiers anti-émeutes qui l'ont tué (...) Ils tirent pour tuer", a déclaré Mme Romero, qui vit dans une maison modeste du quartier Larreynaga, à l'est de Managua.

La mère de Matt Romero, employée de l'Etat, a refusé le cercueil et l'aide financière que lui offrait le gouvernement pour les obsèques, a-t-elle ajouté.

Le calme précaire de ces dernières semaines au Nicaragua a été rompu dimanche par la mort du jeune opposant, qui manifestait pour réclamer la libération des "prisonniers politiques". Au moins cinq autres manifestants ont été blessés, lorsque ce rassemblement a été attaqué par des paramilitaires, soutiens du régime, selon les journalistes de l'AFP et des témoignages recueillis sur place.

Les violences politiques au Nicaragua ont fait plus de 320 morts depuis le début des manifestations en avril dernier contre Daniel Ortega et son épouse et vice-présidente Rosario Murillo, accusés par leurs opposants de népotisme et de corruption.

Funérailles de Matt Romero, au cimetière Milagro de Dios à Managua, le 24 septembre 2018


Commentaires

-