Pérou: le pape dans une région gangrenée par la ruée vers l'or

Pérou: le pape dans une région gangrenée par la ruée vers l'or

Publié le :

Vendredi 19 Janvier 2018 - 09:03

Mise à jour :

Vendredi 19 Janvier 2018 - 09:06
© Ernesto BENAVIDES / AFP/Archives
PARTAGER :

Par Katell ABIVEN - Puerto Maldonado (Pérou) (AFP)

-A +A

Ici, "la vie ne vaut rien", déplore parfois la presse locale: dans la région amazonienne de Madre de Dios, au Pérou, où le pape François se rend vendredi, l'orpaillage dicte sa loi, grignotant la jungle.

A Puerto Maldonado (sud-est), capitale régionale de près de 100.000 habitants, le souverain pontife sera accueilli par 3.500 indigènes - victimes de cette ruée vers l'or, artisanale, souvent illégale - avec qui il évoquera son encyclique Laudato Si (2015), en défense de l'environnement.

- L'Amazonie, grignotée -

"Dans le sud du Pérou, l'activité minière aurifère est le facteur le plus critique" de déforestation, explique Matt Finer, directeur du projet Maap (surveillance des Andes amazoniennes) mené par deux associations écologistes, l'une locale et l'autre américaine.

Grâce à des satellites et des drones, Maap publie sur internet (http://maaproject.org), en temps quasi-réel, la destruction de l'Amazonie péruvienne, qui s'accélère avec un record de 20.000 hectares rayés de la carte en 2017.

L'objectif? "Alerter des nouveaux foyers de déforestation dus à l'activité minière illégale", indique Daniela Pogliani, directrice de l'association Conservacion amazonica, assurant que l'outil a permis à plusieurs reprises aux autorités d'intervenir.

"La visite du pape est très positive. Il faut que la réalité de Madre de Dios soit connue", estime Mme Pogliani, car c'est "la région avec la plus grande biodiversité du Pérou", peuplée de jaguars, perroquets et de singes mais abîmée par une activité minière "très destructive".

Le Pérou est le cinquième producteur mondial d'or. Selon un rapport de 2016 de l'Initiative mondiale contre le crime organisé, 90% du métal précieux de Madre de Dios vient de mines artisanales ou illégales.

- Les indigènes, envahis -

En première ligne, les peuples indigènes souffrent chaque jour de voir leurs terres saccagées par l'orpaillage, qui perfore la jungle de cratères de boue, même si certains y participent quand même, appâtés par les gains. Une trentaine de communautés vivent autour de Puerto Maldonado.

En 2015, cette activité avait détruit une partie de l'habitat des Mashco-Piro, une tribu isolée, qui avait dû rompre cet isolement pour chercher de la nourriture, affrontant d'autres tribus avec leurs arcs et leurs flèches.

Dans une lettre commune adressée au pape, plusieurs leaders indigènes ont demandé cette semaine son aide pour favoriser "une alternative à la tentation de l'enfer minier".

- Les habitants, empoisonnés -

Pour extraire de l'or, les mineurs artisanaux utilisent du mercure. Un composant extrêmement polluant qui s'infiltre dans les terres et les eaux de Puerto Maldonado, contaminant le poisson.

Une étude de l'institut scientifique américain Carnegie a montré que neuf des 15 espèces de poissons les plus consommées localement présentent des niveaux de mercure supérieurs aux normes. Et 78% des habitants affichent des taux alarmants dans leur corps.

"L'effet le plus courant est sur le système neurologique" dont le développement est affecté, particulièrement chez "les femmes enceintes et les enfants", explique Susan Egan Keane, de l'ONG américaine Natural Resources Defense Council (NRDC), partenaire d'un projet de 45 millions de dollars pour réduire l'usage du mercure dans les mines d'or de huit pays dont le Pérou.

- Les mineurs, exploités -

Installés sur les rives des fleuves, les campements de dizaines de milliers de mineurs illégaux - souvent des habitants pauvres venus d'autres régions en quête d'un meilleur avenir - sont devenus de véritables villes, des zones de non-droit violentes, où étrangers et journalistes ne sont pas les bienvenus.

Certains travailleurs, des enfants notamment, sont réduits à l'esclavage par les trafiquants. De jeunes femmes, alléchées par des promesses d'emploi, voient leurs papiers confisqués et sont forcées à se prostituer, selon le rapport de l'Initiative mondiale contre le crime organisé.

Dans le plus grand campement, La Pampa, "des gens sont tués tous les jours", confie Gabriel Arriaran, anthropologue et journaliste spécialiste de la région. "C'est comme le Mexique: des fosses communes, des personnes disparues, des guerres entre bandes..."

Manuel Calloquispe en sait quelque chose. Correspondant du journal El Comercio et animateur d'une émission télévisée locale, il a été menacé, et même roué de coups chez lui, pour avoir osé raconter la réalité de Madre de Dios.

"Les mineurs paient les journalistes" pour acheter leur silence, donc "quand quelqu'un informe de manière différente, cela ne leur plait pas", soupire-t-il.

Des indigènes d'Amazonie à Puerto Maldonado, au Pérou le 18 janvier 2018


Commentaires

-