Alain Juppé "très réservé" sur la proportionnelle à l'Assemblée

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Alain Juppé "très réservé" sur la proportionnelle à l'Assemblée

Publié le 19/03/2018 à 09:53 - Mise à jour à 09:54
© ERIC PIERMONT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Alain Juppé s’est dit lundi "très réservé" sur l’introduction d’une dose de proportionnelle à l’Assemblée nationale, et a jugé qu’il ne fallait "pas toujours sacrifier à l’air du temps" au sujet du non-cumul des mandats dans le temps.

"Je n’ai jamais été favorable à la proportionnelle. Le scrutin majoritaire est la marque de fabrique de la constitution de la Ve République parce qu’il faut se souvenir d’où nous venons, et de ce que l’instabilité ministérielle avait provoqué en France à la fois sous la IIIe et la IVe République", a déclaré M. Juppé sur Public Sénat.

"Donc je suis très réservé sur la proportionnelle. Même une dose, une petite dose peut venir priver le gouvernement d’une majorité stable", a poursuivi l'ancien Premier ministre.

"Est-ce qu’on peut imaginer un système qui s’inspire de ce qui existe pour les municipales ? Dans les municipales, ceux qui arrivent en tête ont une large majorité de gouvernement. C’est peut-être une piste à explorer", a suggéré M. Juppé.

Par ailleurs, "les Français voient avec sympathie la baisse du nombre de parlementaires, donc il faut le faire", a également déclaré M. Juppé.

"Le (non-)cumul des mandats dans le temps, OK, c’est également populaire… Vous savez quand on est maire, pour faire un pont, il faut dix à quinze ans. Si on ne vous laisse pas le temps de le faire, vous ne faites pas", a poursuivi M. Juppé, élu pour la première fois maire de Bordeaux en 1995.

Donc vous n’y êtes pas favorable ? "Je pense que c’est l’air du temps, il ne faut pas toujours sacrifier à l’air du temps", a-t-il répondu.

"De même qu’il est suicidaire de contester le non-cumul des mandats, c’est extrêmement populaire. Mais on voit bien aujourd’hui qu’il y a des parlementaires qui sont hors sol, parce qu’ils n’ont pas d’ancrage local", a-t-il développé.

Sur la limitation du droit d’amendement envisagée par l’exécutif, "dans mon expérience gouvernementale ou parlementaire, j’avais repéré les parlementaires producteurs d’amendements. Certains pondaient des amendements par dizaines ou par centaines. Ca leur permettait de monter à la tribune, la nuit, devant un hémicycle vide". Mais "il faudrait surtout faire appel au bon sens des parlementaires pour qu’ils ne multiplient pas des amendements qui parfois consistent à changer une virgule".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


L'ancien Premier ministre Alain Juppé se dit réservé sur la proportionnelle à l'Assemblée nationale

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-