Dupont-Aignan soutient les "gilets jaunes" pour "faire reculer le gouvernement"

Dupont-Aignan soutient les "gilets jaunes" pour "faire reculer le gouvernement"

Publié le :

Samedi 17 Novembre 2018 - 09:30

Mise à jour :

Samedi 17 Novembre 2018 - 11:42
© Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

Le président de Debout la France (DLF) Nicolas Dupont-Aignan a jugé samedi que le gouvernement avait une "dernière chance" d'entendre "le peuple", appelant les "gilets jaunes" à "manifester dans le calme" contre la hausse des prix des carburants.

"Allez-y, foncez, quelle que soit votre couleur politique, c'est la manifestation du peuple", a lancé M. Dupont-Aignan sur Franceinfo, au début de la journée de mobilisation citoyenne.

"C'est la dernière chance pour ce gouvernement: soit il entend la colère du peuple, il réoriente sa politique, soit ça va mal finir", d'après le député de l'Essonne, qui pense que cela peut tourner en "révolution".

Aux accusations d'instrumentalisation, l'ancien allié de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle répond que "ce combat" sur le prix des carburants, il "le mène depuis des années" et qu'il "ne hurle pas avec les loups".

Lui-même ira "saluer les habitants" de sa ville de Yerres mais ne veut pas "par (s)a présence dans une manifestation l'orienter politiquement".

Par ailleurs, présent porte Maillot à Paris auprès de "gilets jaunes", Florian Philippot, président des Patriotes, a affirmé à BFMTV que "la balle est dans le camp du gouvernement" qui doit "annoncer des choses extrêmement concrètes pour le pouvoir d'achat des Français".

"Ce sont des gens extrêmement responsables que j'ai vus" sur le terrain, même si "on essaie de les dépeindre comme des sauvages", a ajouté l'eurodéputé et ancien numéro deux du FN, appelant cependant à "faire très attention", après le décès d'une manifestante sur un barrage en Savoie.

Plusieurs responsables des Républicains se sont également rendus à des rassemblements, tel Guillaume Peltier dans le Loir-et-Cher et Damien Abad dans l'Ain, qui promeut sur twitter "ni indifférence ni récupération politique".

Pour sa part, M. Dupont-Aignan appelle-t-il toujours à bloquer les routes dans toute la France? "Non, j'appelle les Français à descendre dans la rue pour dire +ça suffit+. Il faut entrer en résistance contre ce pouvoir qui nous méprise, qui nous rackette et qui, si on ne fait rien, continuera lui à bloquer la France", a déclaré le président de DLF.

"Le problème d'Edouard Philippe, c'est qu'il veut faire croire qu'il va aider les Français" alors que les mesures d'accompagnement annoncées cette semaine sont selon lui "une miette".

"Tout le monde est d'accord sur la transition énergétique (...) On a fait un plan à Debout la France: des prêts à taux zéro" à grande échelle pour changer de véhicule, "égaliser (les prix) essence et diesel par le bas" et "une action beaucoup plus forte sur l'isolation thermique", préconise M. Dupont-Aignan.

"L'objectif du gouvernement, c'est pas la transition énergétique, c'est trouver de l'agent dans la poche des Français", dénonce-t-il.

Nicolas Dupont-Aignan a jugé que le gouvernement avait une "dernière chance" d'entendre "le peuple" samedi, appelant les "gilets jaunes" à "manifester dans le calme" contre la hausse des prix des carburants.


Commentaires

-