Service national universel: Attal annonce 13 départements pilotes

Service national universel: Attal annonce 13 départements pilotes

Publié le :

Mercredi 16 Janvier 2019 - 21:45

Mise à jour :

Mercredi 16 Janvier 2019 - 22:12
© Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

Par Isabelle TOURNÉ - Paris (AFP)

-A +A

Le service national universel (SNU), à terme obligatoire pour les jeunes de 16 ans, sera effectif dès juin prochain, avec quelque milliers de volontaires. Gabriel Attal, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation, chargé de le mettre en œuvre, dévoile à l'AFP les contours de cette première phase.

QUESTION: Vous avez annoncé une phase pilote du SNU dès cette année. Quand sera-t-elle lancée ?

REPONSE: Pendant la deuxième quinzaine de juin, dans 13 départements : un département par grande région métropolitaine et un en Outre-mer. Environ 3.000 jeunes seront appelés. Pour tous, quel que soit leur statut (lycéen, apprenti, jeune travailleur, etc.), ils seront dans l’année qui suit la classe de 3ème et seront recrutés sur la base du volontariat. J'ai demandé aux préfets de cartographier la jeunesse de leur département pour que participent à la fois des jeunes scolarisés, des apprentis, des décrocheurs, des jeunes en situation de handicap,... et que la cohorte de volontaires reflète bien la cohorte des jeunes de 16 ans sur le territoire. A cette mixité sociale s'ajoutera une mobilité géographique, un jeune de Creuse ne fera pas son SNU dans la Creuse.

La seconde phase obligatoire de 15 jours prendra la forme d'une mission d'intérêt général, auprès d’une association, d’une collectivité locale ou d’un corps en uniforme, entre juillet 2019 et juin 2020, pour les jeunes qui auront participé à cette phase pilote de juin. Je vais proposer que les missions puissent être réalisées sur 15 jours consécutifs, ou bien de façon perlée, tout au long de l'année. Viendra ensuite la phase volontaire, à partir de 18 ans, avec un engagement de 3 mois minimum.

Q: A quoi ressemblera la première phase, avec les jeunes volontaires ?

R: Les jeunes seront hébergés dans des structures diverses selon les départements (internats, bâtiments dépendant du ministère des armées, centres de formation,...).

A leur arrivée, un trousseau leur sera remis, avec un uniforme. Ils seront regroupés au sein de maisonnées de 10 jeunes, avec un tuteur et des encadrants plus expérimentés. Les armées seront mobilisées à plusieurs titres : elles participeront à la formation des encadrants (titulaires du Bafa, éducateurs spécialisés,...), participeront également à l’encadrement, et à plusieurs modules pédagogiques.

La journée commencera par le salut au drapeau et le chant de l’hymne national. Ce moment de communion républicaine est important. Des contacts que j'ai eus avec les jeunes, il est en effet ressorti un attachement aux symboles de la République, qui a sans doute été renforcé par les attentats de 2015.

Pendant deux semaines, les appelés suivront différents modules, comme une formation aux premiers secours, des ateliers sur la protection à l'environnement ou les valeurs de la République... Avec (le ministre de l'Education) Jean-Michel Blanquer, nous souhaitons privilégier des pédagogies dites "actives" : on peut apprendre beaucoup par des jeux de rôle, des simulations, des débats. On s'appuiera aussi sur des activités à l'extérieur comme des parcours en forêt, des courses d'orientation, des franchissements d’obstacles.

Cette phase permettra, enfin, de réaliser des bilans de santé, de maîtrise de la langue française, ou d'évoquer avec les jeunes leur horizon professionnel et leurs perspectives d'insertion.

La quinzaine se terminera par une cérémonie républicaine, présidée par le préfet, autour des valeurs de la République.

Q: Quand le SNU deviendra-t-il obligatoire ?

R: Cette question reste à trancher. Elle le sera dans le courant de l'année.

Dès 2020, tous les départements seront en mesure d'accueillir des jeunes.

Il faudra quelques années pour que le dispositif monte en puissance et concerne près de 800.000 jeunes à terme. Le rapport du général Daniel Ménaouine (qui a servi de base au projet, ndlr) propose qu'il soit effectif au plus tard en 2026. Nous travaillons à des scénarios qui nous permettent d'aller un peu plus vite.

A l'issue de la phase pilote, qui servira aussi à tester l’ensemble des paramètres de notre organisation, nous organiserons un retour d’expérience dans les 13 départements et nous affinerons le calendrier du SNU, et son coût.

Gabriel Attal, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation, le 17 octobre 2018 à Paris

Commentaires

-