Un an après Irma, Macron se rendra fin septembre aux Antilles

Un an après Irma, Macron se rendra fin septembre aux Antilles

Publié le :

Mercredi 22 Août 2018 - 14:42

Mise à jour :

Jeudi 23 Août 2018 - 06:45
© Yann COATSALIOU / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

Un an après l'ouragan Irma qui a ravagé les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy aux Antilles, Emmanuel Macron se rendra sur place fin septembre, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, à l'issue du 1er conseil des ministres de rentrée.

Les 5 et 6 septembre derniers, Irma a dévasté les Caraïbes, faisant notamment 11 morts à Saint-Martin. Le phénomène de catégorie maximale 5, d'une intensité sans précédent sur l'Atlantique, a aussi endommagé 95% du bâti sur Saint-Martin et Saint-Barthélemy, soit 20.000 constructions.

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a fait lors du conseil des ministres une communication sur le suivi de la reconstruction des deux îles.

Un comité interministériel pour la reconstruction se tiendra "dans les semaines qui viennent", a précisé Benjamin Griveaux, "avant le déplacement du président de la République prévu pour la fin du mois de septembre".

Le chef de l'Etat, qui s'était tendu sur place une semaine après le passage de l'ouragan, avait promis qu'il reviendrait un an plus tard. Il avait confirmé cet engagement en juin dernier, lors de la présentation de ses priorités pour l'Outre-mer sur le quinquennat.

Benjamin Griveaux a souligné que cette "catastrophe exceptionnelle" avait appelé des "mesures exceptionnelles de la part de l'Etat" pour permettre la reconstruction, avec "la nomination d'un délégué interministériel à la reconstruction" et la mobilisation de 493,6 millions d'euros de subvention et de prêts "pour accompagner les habitants des deux îles face à la crise".

Un an après l'ouragan Irma qui a ravagé les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy aux Antilles, Emmanuel Macron se rendra sur place fin septembre, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Commentaires

-