Notre-Dame: les catholiques pleurent un "symbole vivant" de leur foi

Notre-Dame: les catholiques pleurent un "symbole vivant" de leur foi

Publié le :

Lundi 15 Avril 2019 - 23:14

Mise à jour :

Mardi 16 Avril 2019 - 00:56
© ERIC FEFERBERG / AFP
PARTAGER :

Par Karine PERRET - Paris (AFP)

-A +A

Avec l'incendie qui a défiguré Notre-Dame de Paris, les catholiques de France pleurent l'une de leurs plus belles cathédrales qui est à la fois un "symbole vivant" de leur foi, un lieu de "réconciliation" avec les autres cultes et les non-croyants mais aussi un morceau de l'histoire de France.

Alors que les flammes faisaient toujours rage, le Vatican a exprimé son "incrédulité" et sa "tristesse" lundi soir, se désolant pour ce "symbole de la chrétienté, en France et dans le monde".

"Ca va être une grande perte, une grande blessure", a déclaré Eric de Moulins-Beaufort, le président récemment élu de la Conférence des évêques de France (CEF), sur Twitter. La cathédrale "fait partie des symboles de ces efforts de paix, de beauté, d’espérance, de foi et même au-delà de la foi chrétienne", a-t-il ajouté.

"C'est le lieu symbolique de catholiques non seulement à Paris mais pour beaucoup de catholiques dans le monde", a renchéri Vincent Neymon, porte-parole adjoint de la CEF, auprès de l'AFP. A quelques jours du week-end de Pâques, c'est "un symbole de l'histoire et un haut-lieu de la foi catholique qui est en train de brûler".

Il a rappelé qu'à "l'intérieur, il y a des tableaux, des statues, du mobilier liturgique précieux qui sont chers au coeur des catholiques". "Il y a aussi le trésor. Un lieu dans lequel il y a des choses précieuses vénérées, dont les épines de la couronne du Christ". Cette dernière et la tunique de saint Louis ont été "sauvées", selon Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale.

"Nous sommes nous-même complètement KO", a déclaré en fin de soirée l'archevêque de Paris Mgr Michel Aupetit, au côté du président Emmanuel Macron. Peu avant, se désolant de voir "la charpente, la toiture et la flèche (...) consumés", il avait appelé à sonner les cloches des églises.

Lundi soir, parmi les Parisiens sidérés à la vue du bâtiment en flammes, certains étaient agenouillés sur le trottoir, priant et récitant des "je vous salue Marie". Des offices ont eu lieu dans différentes églises, comme au Sacré-Coeur à Paris ou à l'église de Saint-Melaine à Rennes.

Au-delà de sa dimension spirituelle, Notre-Dame a "une dimension symbolique très forte, historique et culturelle très forte qui touche tous les Français", a souligné Stanislas Lalanne, l'évêque de Pontoise, pour qui l'émotion va bien au-delà des seuls chrétiens.

- Vieille dame -

Notre-Dame de Paris "c'est notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, le lieu où nous avons vécu tous nos grands moments", a déclaré le président Emmanuel Macron, venu sur place: "Cette cathédrale, nous la rebâtirons".

"On ne peut pas abandonner cette vieille dame qui a 855 ans !", a lancé Mgr Chauvet.

Cette cathédrale, "ça dépasse de loin les catholiques, c'est l'histoire de France", résume pour l'AFP Jean-Louis Schlegel, sociologue des religions. "C'est là que le général De Gaulle a célébré la Libération de Paris, c'est là que Napoléon s'est fait sacrer. Il y a eu des messes pour la mort des présidents Charles de Gaulle, Georges Pompidou, et même François Mitterrand", a-t-il rappelé.

"Ces dernières années, pour les événements tragiques, les attentats ou les grandes tragédies, il y a eu des messes à Notre-Dame, qui semble un lieu de réconciliation pour les catholiques, mais aussi les autres cultes et les non croyants. On peut s'y retrouver", a-t-il ajouté. "Croyants et incroyants, peuvent se retrouver aux moments importants de l’histoire de notre pays", a renchéri la Conférence des évêques.

"Dans cette cathédrale, il s'est passé tellement d'événements pour l'Histoire de France", affirme de son côté à l'AFP Olivier Bobineau, également sociologue des religions. C'est un "lieu unique dans l'histoire du monde ; Notre-Dame incarne le patrimoine, la culture, la sagesse, la philosophie..., et la République française ne peut pas faire sans cette histoire".

Joël Mergui, président du Consistoire, a assuré que tous étaient "sous le choc, croyants ou non croyants, chrétiens ou pas car c’est un joyau de l’histoire de France et du christianisme autant que du patrimoine de l’Europe qui est (...) en proie aux flammes". Le grand rabbin Haïm Korsia, a aussi apporté son "soutien" face à ces "bien tristes images de la cathédrale", tandis que Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris a déploré le "spectacle terriblement affligeant de l'incendie".

Moment de recueillement à proximité de Notre-Dame, le 15 avril 2019


Commentaires

-