Les enceintes connectées ont de plus en plus l'oreille des Français

Les enceintes connectées, permettant d'accéder à des services en ligne avec la voix, arrivent peu à peu sur le marché français avec un accueil favorable qui dépasse le cercle des a - © MANJUNATH KIRAN / AFP/Archives


Déjà présentes depuis près de trois ans aux Etats-Unis, les enceintes connectées, permettant d'accéder à des services en ligne avec la voix, arrivent peu à peu sur le marché français avec un accueil favorable qui dépasse le cercle des accros de technologies.

Près d'un an après l'arrivée en France du Google Home, c'est au tour d'Amazon de proposer à partir de mercredi ses enceintes connectées Echo, en attendant celle d'Apple, le HomePod, pour le 18 juin.

Les opérateurs Orange et Deutsche Telekom devraient lancer la leur, Djingo, à l'automne prochain.

Les enceintes connectées permettent de commander à la voix une multitude de services: écouter de la musique en ligne, demander des informations ou la météo, commander des équipements de la maison ("éteins la lumière du salon"), voire poser des questions de culture générale ou demander des pronostics sportifs.

L'attente de la part des consommateurs semble être réelle, selon des experts.

"D'après différentes études réalisées, plus de 50% des Français sont intéressés par ces appareils", explique Benjamin Gautier, manager pour le cabinet Wavestone.

"La voix est vue comme étant plus pratique que l'écrit pour réaliser des recherches mais également désormais pour acheter en ligne. Et puis ces enceintes sont parfaites pour ce qui touche à la domotique, qui est en plein boom", a-t-il estimé.

Le taux d'équipement en France s'avère encore faible, "environ 1%" de la population, contre 25% aux Etats-Unis, mais le marché "est en train d'exploser", assure-t-il.

La rapidité de l'adoption par les utilisateurs se rapproche de celle observée lors de l'apparition des smartphones, il y a plus de dix ans, laissant envisager une adoption rapide et massive, estime l'expert.

Les constructeurs eux-mêmes sont peu loquaces sur leurs chiffres de vente mondiaux, Amazon par exemple se bornant à assurer avoir "vendu des dizaines de millions d'enceintes dans le monde en 2017".

Mais selon le cabinet Strategy Analytics, le marché mondial a explosé de 300% au quatrième trimestre 2017, avec 18,6 millions d'enceintes connectées vendues dans le monde.

Selon ces chiffres, Amazon détenait une part de marché de 51,8% avec 9,7 millions d'enceintes vendues sur le trimestre, contre 35,7% et 6,7 millions d'unités vendues pour Google, qui est arrivé plus tard sur le marché américain, même s'il a devancé Amazon sur le marché français.

- La vie privée en question -

Pourtant, les interrogations demeurent, notamment concernant le respect de la vie privée, les cas d'enceintes ayant enregistré leurs propriétaires à leur insu étant régulièrement rapportés.

La Quadrature du Net, une association de défense des droits des internautes, a ainsi indiqué récemment que des conversations pouvaient être écoutées non seulement par des algorithmes, mais aussi par des humains qui retranscrivent les demandes afin d'aider les logiciels d'intelligence artificielle à améliorer leurs réponses.

Google comme Amazon répondent qu'ils ont porté une attention particulière au respect de la vie privée.

Amazon précise notamment que l'utilisateur peut couper le micro à tout moment, grâce à un simple bouton, pour rendre "sourde" Alexa, l'intelligence artificielle embarquée sur Echo.

Et l'utilisateur "peut prendre connaissance" de ce qu'Alexa a enregistré autour d'elle "et l'effacer s'il le souhaite", explique Nicolas Meynard, le responsable d'Alexa pour la France.

"Les utilisateurs font peu de cas de la transmission de leurs données" et "tout laisse à penser qu'ils ne se posent pas particulièrement de questions autour de ces problématiques", ajoute Benjamin Gautier.

Les industriels et fournisseurs de services surveillent attentivement le développement des enceintes connectées, pour pouvoir profiter de cette nouvelle opportunité d'atteindre les consommateurs.

Après l'annonce officielle du lancement en France d'Echo mercredi, de nombreux services ont annoncé qu'ils seraient compatibles avec l'enceinte connectée d'Amazon, des Pages Jaunes à des journaux comme 20 Minutes, Le Parisien ou L'Equipe, en passant par le fabricant de matériel électrique Legrand ou les thermostats intelligents Tado°.

La station connectée d'EDF Sowee, qui permet de piloter son chauffage, et l'enceinte connectée Triby pourront également utiliser Alexa comme assistant vocal, ont annoncé les entreprises concernées.


Voir la version optimisée mobile de cet article