Toys'R'Us: 200 à 250 licenciements envisagés, plan social "indécent"

La filiale française du géant américain de la distribution de jouets Toys'R Us avait demandé en juillet à être placée en redressement judiciaire - © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives


Entre 200 et 250 licenciements sont prévus chez Toys'R'Us France en fonction des offres déposées pour la reprise de la filiale du géant américain de la distribution de jouets, selon les syndicats qui ont dénoncé mardi un projet de plan social "indécent".

Trois candidats à la reprise de Toys'R'Us, placé en redressement judiciaire en juillet, ont déposé une offre "globale" au tribunal de commerce d'Evry, rappellent les syndicats CFDT et CGT et les représentants du personnel dans un communiqué.

Il s'agit, avait indiqué vendredi Jean Charretteur, directeur général de la filiale française, de Pierre Mestre, (groupe Orchestra, spécialisé dans la vente d'articles de puériculture et de prêt-à-porter pour enfants); de Jellej Jouets, une société en cours de création qui sera contrôlée à 90% par Cyrus Capital, un des fonds créanciers des entités américaines du groupe Toys'R'Us; et enfin de la société Financière Immobilière Bordelaise, un fonds d'investissement spécialisé dans l'immobilier commercial.

Cette dernière est également intéressée par le groupe de distribution de jouets Ludendo (La Grande Récré), lui aussi en redressement judiciaire.

Sur les "1.167 salariés" de Toys'R'Us France, les licenciements "s’échelonneraient entre 200 et 250, en fonction des offres", indiquent les syndicats.

Des "salariés condamnés", selon eux, car le projet de plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) présenté mardi est "indécent", avec un budget "dérisoire" envisagé pour financer les mesures d'accompagnement (aide à la formation, mobilité géographique, aide à la création d'entreprise…) de "1.000 euros par salarié", dénoncent-ils.

Aucune indemnité supra-légale n'est par ailleurs prévue, ont-ils précisé à l'AFP.

Les représentants du personnel et les syndicats "en appellent désormais à la responsabilité de l'entreprise pour augmenter substantiellement le montant du budget" du PSE. Ils "comptent également sur les candidats à la reprise" et "sur les pouvoirs publics", soulignent-ils dans leur communiqué.

M. Charretteur n'était pas joignable dans l'immédiat.

"Dans l'attente d'un retour de la direction et des administrateurs judiciaires", les représentants du personnel "ont décidé d'arrêter toute discussion", ajoutent les syndicats.

Numéro un de la distribution de jouets en France où il gère 53 magasins, Toys'R'Us avait annoncé mi-mars chercher un repreneur, après la mise en liquidation des 735 magasins de l'enseigne aux États-Unis.

Le tribunal de commerce d'Evry doit examiner les offres le 3 octobre.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr