Fêtes de Bayonne: ouverture dans la liesse, sous haute sécurité et payantes

Les festivaliers arrivent à Bayonne pour la cérémonie d'ouverture, le 25 juillet 2018 - © IROZ GAIZKA / AFP


Les Fêtes de Bayonne, une des plus grandes manifestations populaires d'Europe avec un million de fêtards attendus jusqu'à dimanche, ont été ouvertes mercredi vers 22H00, comme ces dernières années sous haute sécurité, et avec pour la première fois un accès partiellement payant.

Comme c'est la tradition, les Fêtes ont été ouvertes depuis le balcon de l'Hôtel de ville, face à une marée humaine, avec des invités d'honneur dont cette année des membres de l'équipe de France féminine de rugby, vainqueur du Grand Chelem au Tournoi des Six nations 2018.

Pendant cinq jours et cinq nuits, les Fêtes de Bayonne, lancées en 1932 (elles n'ont été interrompues que de 1940 à 1944 pendant l'Occupation) voient se succéder concerts, spectacles, concours gastronomiques, pelote basque, courses landaises, corridas.

Petite révolution, l'accès y devient cette année partiellement payant, de vendredi à dimanche à raison d'un forfait de 8 euros, pour tous les non-résidents bayonnais. Mais mercredi soir, c'était gratuit, et des milliers de "festayres" (fêtards en langue gasconne), vêtus de rouge et blanc, tenue traditionnelle des Fêtes, ont salué l'ouverture sous le balcon de l'hôtel de ville.

Le sacrifice du principe de gratuité des fêtes populaires, a expliqué Jean-René Etchegaray, le maire (UDI) de Bayonne tient au coût croissant de la sécurité. Sur un budget de 2,9 millions d'euros, la sécurité représente environ 570.000 euros, en hausse par rapport à 2017, sans compter 555.000 euros du nouveau dispositif de filtrage d'accès.

Les Fêtes, depuis l'attentat de Nice en 2016, restent sous haute surveillance avec entre 800 et 1.000 fonctionnaires, CRS, police, gendarmerie, armée, déployés sur le terrain, et un périmètre des Fêtes (le centre-ville) filtré via dix points d'entrée où les sacs sont fouillés.

Après la feria de Pentecôte à Vic-Fezensac (Gers), les fêtes de Bayonne sont le deuxième grand événement populaire du Sud-Ouest à faire payer un tribut aux festayres. L'expérience sera scrutée par d'autres municipalités comme Dax ou Mont-de-Marsan (Landes) dont les fêtes attirent aussi chaque année des centaines de milliers de visiteurs.

Cette année, la municipalité de Bayonne s'est aussi mobilisée particulièrement contre les violences sexuelles en multipliant les centres de prévention, accueil pour les victimes, dans le périmètre des fêtes et en annonçant qu'elle se portera partie civile "dans le cas où une agression, à caractère sexiste commise pendant les Fêtes de Bayonne ferait l'objet d'une plainte en justice".


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr